août 15, 2017 11:08

Publié par Gaelle Alban

Antigua

Le Guatemala m’a tellement plu que j’ai une réelle envie d’y retourner. Je n’y suis restée que quatre jours, mais ils me permirent toutefois de découvrir des lieux sublimes. Pour vous donner envie d’y aller, je vais vous présenter ce que j’ai vu de ce pays si attachant.

Le 12 mai dernier, nous avons atterri au Guatemala pour un séjour de quatre jours. Le beau temps étant au rendez-vous, ce voyage de presse commençait sous de bons hospices. De l’aéroport de Guatemala, direction Antigua. Bâtie sur le même principe que les villes coloniales d’Amérique latine, elle ne manque pas de charme. Durant le trajet nous menant à la Casa Santa Domingo où nous allons déjeuner, notre guide nous raconte l’histoire de la ville de  Guatemala et celle d’Antigua.

La ville de Guatemala

Antigua centre ville

Antigua centre ville

C’est la capitale économique et gouvernementale du pays (République).  Les Guatémaltèques la nomme Guate… diminutif local. Plus grande métropole d’Amérique centrale, la ville de Guatemala comporte cinq universités dont celle de San Carlos… la troisième plus ancienne des Amériques encore existantes. Bien que située en altitude (1500/1600 mètres), cette ville bénéficie d’un climat tempéré chaud avec un hiver sec. En revanche, de mai à novembre, c’est la saison des pluies. Nous avons eu de la chance car il n’a pratiquement pas plu. La population, en majorité indienne, comporte 23 ethnies qui ne se mélangent pas avec les Ladinos (métis et descendants des conquérants espagnols).

Antigua

Antigua : Statue du Palais musée, bottes avec des fleurs et plantes grimpantes…

La ville de Guatemala dispose de nombreux sites touristiques. Le palais du gouvernement, le site archéologique Kaminalijuyu, le Cerrito del Carmen, la bibliothèque nationale et la cathédrale méritent une visite. Tout comme le Musée d’archéologie et d’ethnologie de la Aurora (objets mayas venant de l’Altiplano et de Petén). Le Musée de l’artisanat (costumes, céramiques et objets d’argent) et le Musée Popol Vuh d’archéologie valent le détour. Vous ne regretterez pas d’y être allé. Le parc des Nations unies et le zoo seront parfait pour une promenade relaxante.

Palais Musée d'Antigua

Vestiges d’un monument et palais musée

Aux alentours de la ville de Guatemala, divers sites touristiques sont à voir. En premier, Antigua inscrite depuis 1979 au patrimoine mondial de l’Unesco. Puis le lac Atitlán et Chinautla réputée pour ses poteries. Vous aimerez aussi San Pedro pour son magnifique marché de tisserands. Et vous resterez bouche-bé d’admiration devant le site archéologique de Mixco Viejo et les pyramides mayas de Tikal.

Antigua la survivante

Antigua Eglise en ruine

ancienne cathédrale Saint-Joseph et couvent

A plusieurs reprises, cette ville fut secoué par de violents séismes. En revanche, elle ne résista pas au tremblement de terre de 1773 sous lequel elle fut ensevelie. La majorité de la population quitta cette ville sauf les caféiers. De ce fait, le gouvernemnt espagnol la déplaça à un autre endroit. Son nouveau nom d’Antigua signifie “Vieille”. Malgré tout, elle a conservé son aspect de l’époque. Toutefois, en 1976, des secousses ont détruit plusieurs églises. Antigua fut fondée en 1543 par les Espagnols sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala. Ils en firent la troisième capitale du Royaume du Guatemala. A cette époque, elle fut classée comme la troisième plus belle ville des Indes espagnoles. Le conquistador Bernal Díaz del Castillo, ancien compagnon de Hernán Cortés, en fut longtemps le gouverneur. En 1676, y fut construit la troisième université du continent, la Universidad de San Carlos de Borromeo. Cette université est devenue un musée et une salle pour concert classique.

Maisons de couleur

Cette charmante ville de 20 000 habitants se démarque par son style colonial, son architecture spécifiques et ses églises typiques qui nous racontent trois cent ans d’histoire. Oliverio Guerreo, notre guide, nous a emmener déambuler dans les ruelles pavées qui aboutissent sur des petites places. Les habitations aux façades colorées qui bordent les rues sont ornées de grilles forgées et de fleurs. Toutes abritent de jolis patios.

Jeunes marés

Au Guatemala, les mariages se célèbrent à l’église

Puis, Oliverio nous explique l’origine et l’histoire de chaque monuments historiques. Un cour d’histoire passionnant qui nous permet de mieux comprendre le vécu de cette jolie ville. Autre point spécifique d’Antigua, sa construction en damier inspirée des principes de la Renaissance.

Deux mariage à Antigua

Belle rencontre avec ces jeunes mariés forts sympathiques

Antigua est un remarquable concentré de trésors architecturaux et religieux. Si vous aimez les vieilles pierres, vous allez adorer cette ville.  Monastères, églises et la cathédrale bénéficient de la beauté de l’architecture coloniale, du style baroque et de la Renaissance espagnole.

Nombreuses fleurs sur les hôtels

La ferveur religieuse transpire partout. Ne manquez pas de visiter l’emblématique arche de Santa Catalina, le couvent des Capucines, l’église de La Merced (avec une vue imprenable depuis sa terrasse sur le toit), la cathédrale San José, ou encore le couvent et l’église Santa Clara.

Le lavoir

Tout en continuant la promenade, Oliverio nous fait passer devant un immense lavoir. Et là, des souvenirs de jeunesse refont surface. Quand j’étais enfant, j’allais chez mon arrière grand-mère dans la Haute Saône. A cette époque, on faisait bouillir le linge dans une grande marmite puis on allait le rincer au lavoir du village. C’était l’occasion de bons moments de rigolade. J’ai adoré cette époque où le contact humain primait sur le reste.Il existait un réelle solidarité entre les habitants. Même s’il y avait des problèmes et que tout était loin d’être parfait, on s’occupait des personnes seules… surtout quand elles avaient des problèmes. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai fait le tour de ce lavoir pour observer les lavandières au travail.

Antigua centre ville

Mais Antigua, ce n’est pas que de l’histoire. Cette ville est riche d’une tradition culinaire qui vaut le détour. Laissez-vous tenter par les échoppes, les cafés, les restaurants et les stands disséminés dans les rues. Puis Oliverio nous emmène à l’hôtel “El Meson de Maria” qui nous charme d’entrée avec son jardin intérieur, ses tables et ses canapés. Les convives sont confortablement installés en train de siroter une boisson fraîche et papoter en toute sérénité. C’est là que nous allons dormir deux nuits de suite. J’aime bien ma chambre tellement typique du style de ce pays. Bien qu’elle soit un peu sombre, elle me convient car de la fenêtre j’ai une superbe vue sur le verdoyant patio. A droite de ma porte, un banc invite à la relaxation et sur un gauche un drôle de fauteuil de barbier.

Antigua et ses Edifices remarquables

Eglise

Eglise et vues intérieur

Le palais des Capitaines-Généraux :  Edifié en 1549/1558, il fut reconstruit à plusieurs reprises. Il servit de siège du gouvernement de toute l’Amérique central. En effet, le royaume de Guatemala comportait le Chiapas (au sud du Mexique), le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica. Il est aujourd’hui occupé par la préfecture, l’hôtel de police et l’office du tourisme (Inguat). Vous ne pourrez pas manquer son imposante façade à colonnades et d’origine pour une grande partie.
L’ancienne cathédrale Saint-Joseph : située sur le côté est de la place d’Armes, elle fut inaugurée en 1680. Elle trône sur l’emplacement d’une église du XVIème siècle. Il a fallu onze ans pour son édification. Plusieurs séismes ont perturbé sa construction. Actuellement, il ne reste que sa façade baroque. Le reste est en ruines.

Deux églises d'Antigua

L’hôtel de ville, au nord de la place d’Armes : Il s’agit de l’un des rares édifices d’Antigua à ne s’être jamais écroulé lors des tremblements de terre. Il abrite le musée de Santiago, qui expose des meubles, des armes et des objets de l’époque coloniale, et le musée du Vieux livre.
Las Capuchinas, ou couvent des Capucines : Fondé par des religieuses madrilènes, sa construction s’est termine en 1736 sous la direction de Diego de Porres1, l’architecte en chef de la ville. Les cellules monastiques sont disposées autour d’un patio circulaire.

Hôtel très fleuri

L’église de La Merced : Construite au XVIème siècle, détruite puis restaurée, elle a subi des modifications. La façade baroque actuelle date du XIXème siècle. Restaurée récemment., elle a retrouvé une nouvelle jeunesse. Ses motifs décoratifs en stuc blanc sur fond jaune sont caractéristiques. Dans les ruines du monastère se trouve une grande fontaine, avec une impressionnante vasque de 27 mètres de diamètre.

Le chocolat et les Mayas

Cabosses contenant les fèves de cacao

Bien évidement, la gourmandise fait partie de nous. Pour la satisfaire, nous avons droit à un atelier chocolat chez “Chocolate D’taza” . Nous sommes reçu par Lucy Machan et son mari. Présentation de ce couple fort sympathique qui perpétue la tradition familiale démarrée en 1910. En effet, son arrière grand-mère n’aimait pas le chocolat qu’on lui faisait boire. Résultat, ils ont décidé de le fabriquer eux-même. C’est parti pour la découverte de la fève de Cacao et de ses origines. Les premiers cultivateurs de cacaoyer furent les Mayas, l’une des plus anciennes civilisations d’Amérique. A l’époque il s’agissait d’un breuvage appelé Kakaw considérée une boisson chocolaté divine aux propriétés mystiques. Elle était composé de fèves de cacao grillées et moulues, mélangées à de l’eau et des épices.

Chocolat chaud

La boisson chocolatée était réservée aux nobles et aux guerriers car le Cacao était considéré comme ‘la Nourriture des Dieux’. Les Mayas lui prêtaient d’autres vertus. Elle était réputée comme étant médicinale, nourrissante, fortifiante et aphrodisiaque. Elle permettait également de vaincre la fatigue et de stimuler les qualités physiques et psychiques. Elle était aussi censée conférer force et vitalité. Le beurre de cacao servait comme baume pour cicatriser gerçures et brûlures. Il était utilisé pour se protéger des ardeurs du soleil, soigner le foie ou les poumons. Surprenant, les Mayas s’en servait comme un remède préventif contre les morsures de serpent. Les fèves de cacao servaient de monnaie d’échange entre de la nourriture et même des vêtements quand les Espagnos ont envahi le pays. Ensuite, les Mayas l’ont utilisé pour payer leurs impôts aux envahisseurs et acheter des esclaves. Séduits par cette boisson, les Espagnols l’ont introduit sur le continent européen.

Maintenant, la mini-formation de chocolatier commence.

Cuisson des fèves de cacao

Cuisson des fèves de cacao

Tout commence par les fleurs qui poussent sur le tronc du cacaoyer. Après avoir été fécondées, les fleurs produisent un fruit de couleur. Une fois mûrs, les fruits sont récoltés manuellement à l’aide d’une machette. La cabosse (le fruit) contient de 16 à 60 graines.  Lors de la récolte, on les ouvre. Entourées de leur pulpe elles sont retirées du fruit. Ensuite, elles  sont fermentées et séchées. Le séchage terminé, elles sont utilisées pour la fabrication du chocolat.

On écrase les fèves de cacao pour en faire de la pâte de chocolat.

On écrase les fèves de cacao pour en faire de la pâte de chocolat.

Plusieurs étapes sont nécessaires avant d’arriver au produit fini : fermentation, torréfaction, broyage et affinage. Le couple nous explique qu’ils achètent le cacao au pied des volcans et qu’il en existe vingt variétés. Nous assistons au scindage de la coque qui se fait à la main afin de ne conserver que le noyau.

Une fois la pâte obtenu, on met du sucre que l'on mélange avec.

Pâte de chocolat, ajout de sucre et malaxage du tout.

Puis les fèves sont fermentées, torréfiées et dégermées. La torréfaction artisanale implique un chauffage de 140 à 160 °C pendant 20 à 30 minutes pour que les arômes du cacao puissent se développer. Une fois les noyaux grillés, il faut les moudre. Le résultat donne la pâte de cacao.

On coupe les barres de chocolat en cubes identiques. Puis ont fait des galettes ou du chocolat chaud.

On coupe les barres de chocolat en cubes identiques. Puis ont fait des galettes ou du chocolat chaud.

Le pressage de cette pâte permet d’obtenir le beurre de cacao. Ensuite, on ajoute du sucre ou pas selon les goûts. Nous mettons tous la main à la pâte et après quelques efforts, nous avons réussi à fabriquer une mini plaque de chocolat ronde extra plate.

Après le chocolat, le café

Champs de Caferiérs

Champs de Caferiérs et cerises rouges du caféier.

La région d’Antigua s’avère être la plus favorable à la culture du café. Cette vallée fermée, dominée par les volcans Agua, Acatenango et Fuego, jouit d’un micro-climat. En effet, Antigua jouit d’une faible humidité constante (environs 65%), d’un bon ensoleillement et d’une bénéfique fraîcheur nocturne. Il arrive même que le volcan Fuego (toujours en activité) vienne enrichir le sol d’une poussière de cendres à forte teneur en minéraux. Les hauts plateaux se trouvent à des altitudes oscillant entre 1 500 et 2 500 m. Les caféiers poussent au milieu d’une région sauvage, authentique et souvent très difficile d’accès. Lave fertile et pluies abondantes favorisent l’agriculture.

Récolte des graines rouges du caféier.

Récolte des graines rouges du caféier.

Pour mieux comprendre ce qu’est la culture des caféiers, nous montons vers la montagne pour visiter un champs de ces arbustes tant prisés. Il s’agit d’un petit arbuste qui met 5 ans environ à donner ses premiers fruits et vit autour d’une quarantaine d’année. Comme la récolte est pratiquement terminée nous ne verrons pas beaucoup de “cerises rouges” (fruits des caféiers appelés aussi une drupe). Le propriétaire De La Gente, nous explique comment se récolte ces petits fruits non comestibles en l’état.

Transport du café à dos de Mule

Transport des graines de café à dos de Mule

En premier, nous apprenons qu’avant d’être récoltés les fruits doivent être bien mûrs. Pour un Arabica, il faut attendre 6 à 8 mois après floraison. En revanche, pour un Robusta, ce9 à 11 mois sont nécessaires pour que les fruits soient murs à point. Les producteurs cueillent les fruits à la main (pickiéng). Cette méthode manuelle, bien que fastidieuse, favorise un meilleur tri des fruits. C’est également un gage de qualité. Surtout s’il s’agit d’un Arabica. En revanche, pour le Robusta, certains producteurs pratiquent l’égrappage car toutes les cerises sont ramassées. Il s’agit d’une méthode mécanique.

Séchage et cuisson des grains de café

Séchage et cuisson des grains de café

Une fois la visite terminée, nous redescendons chez le fabricant de café. En effet, c’est chez lui qu’il est “travaillé”. Une fois éliminé les fruits de mauvaise qualité, il faut débarrasser les bons de leur partie charnue. Pour ce faire, il les laver et les laisser sécher au soleil pendant une vingtaine de jours. Une fois les étapes de préparation terminées, il faut torréfier le café. Ce traitement thermique qui s’effectue entre 180 et 240° permet de révéler la couleur et le goût voulu. Plus la torréfaction est longue, plus le café développe son amertume. Pour la vente, soit il est vendu en grain soit moulu. Savez-vous que sur 100 livres de graines, seulement 15 sont récupérées pour faire du café ? Et si vous êtes un adepte de la marque Nespresso, apprenez qu’après le tri, ce les grains de basse qualité qui sont vendus à la marque au Mexique… Pas vraiment top ! Je n’en buvais pas mais là, pas question de m’en faire avaler une seule goute.

Pause nature à Finca El Pilar

Bassins et mangeoires des Colibris

Bassins situés à l’entrée de la réserve et mangeoires des Colibris

Dès que l’on arrive dans la réserve, on passe devant trois piscines puis on tombe sur des bassins rempli d’eau et une végétation luxuriante. Le ton est donné… évasion et relaxation garanties. Cette réserve naturelle privée abrite de nombreux colibris endémiques.

Colibris jaune

© Finca des Pilar

Pour qu’ils évoluent en toute harmonie, des mangeoires artificielles et un jardin ont été aménagés. Le colibri Rufous Sabrewing est un colibri endémique. Il ne vit qu’au Guatemala et dans le sud du Mexique.

Colibris mauve

© Finca des Pilar

Des chauves-souris y ont trouvé un havre de paix. L’étude des coléoptères et des papillons nocturne fait partie des activités de la ferme. Noyée dans une sorte de forêt vierge, elle donne l’impression de se trouver hors du monde civilité.

Colibris multicolor

© Finca des Pilar

Cette réserve florale et ornithologique privée est située au coeur de la chaine volcanique centrale du pays qui se trouve à 2 km du centre-ville de la ville coloniale et touristique d’Antigua Guatemala. Finca El Pilar joue un rôle important dans l’écosystème de la région car elle protège une partie importante de la forêt nuageuse avec des arbres semblables aux chênes et aux pins.

Serpent, vers et scarabé

© Finda El Pilar

De même, elle alimente en eau plusieurs communités proche d’Antigua. Son sommet le plus haut culmine à 2651m au-dessus du niveau de la mer. C’est l’endroit parfait pour l’observation d’oiseaux (plus de 150 espèces) et pour  pratiquer le trekking et le VTT.  Pour ce qui est de la randonnée menant au sommet de la réserve, vous trouverez une alternance de chemins et d’escaliers.

Voltan face à la réserve

© Finca El Pilar

Il y a également une plantation de caféiers après les petites maisons que vous pouvez louer pour un Week-end ou plus. Les WC installés sur la réserve sont hyper propres. Il y a un espace pour se poser histoire de déjeuner ou dîner. De cette terrasse, la vue est magnifique.

Escaliers pour la randonnée

© Finca El Pilar

Et vous pouvez voir la première maison à la location. Il y en a six en tout. Vous pouvez les louer pour un mois. Les clients K´uk Tours ont un accès privilégié aux sentiers et aux entrées non encore ouverte au touriste lambda, comme celle qui est utilisée pour accéder au sommet du Cucurucho, qui offre une vue magnifique sur une partie de la côte pacifique.

Incontournable, le marché de Chichicastenango

Parvis de l'église avec ses marchandes de fleurs

Chichicastenango  compte 66 000 habitants. Elle est perchée à plus 2 172 mètres d’altitude. Une des particularités de cette vile réside dans ses deux pouvoirs. En effet, il y a l’Eglise catholique et la République du Guatemala d’un côté. De l’autre, la population indienne qui élit ses propres chefs civils et religieux dont le rôle consiste à régler les questions locales et judiciaires.

 

Eglise intérieur et encens

Chaque jeudi et dimanche, les indigènes de toute la région viennent vendre leurs productions (légumes, piments, fruits, cochons etc.) ou leur fabrications (sacs, chapeaux, chaussures, vêtements etc.). Impossible de résister à ce spectacle colorés et animés qui se déroulent dans les allées serrées de ce marché qui fait face à l’église Santo Thomàs.

Condiments

Les mayas portent leur costumes traditionnels, ce qui permet de les différencier. On se croirait presque sur le tournage d’un film tellement tout semble surréaliste. Sur les marches de l’église, les femmes vendeur leurs fleurs au détail ou en bouquet pendant qu’un homme répand de l’encens. Des bougies sont disséminées un peu partout. C’est très beau à voir. Avant d’aller visiter le marché, j’entre dans l’église et je suis subjuguée par la ferveur des personnes présentes.

Chapeaux Panama, chaussure et ceintures

C’est touchant. Je fais une prière avant de ressortir.  Je n’ai pas pu prendre de belles photos car c’est interdit et un garde veille à ce que cette interdiction soit respectée. Serrés comme des sardines, les mayas et nous-même déambulons dans les allées de ce marché divisé en sorte de quartier.

Marché aux cochons

Celui des légumes et des fruits. Celui de laine, des tissus, des vêtements, des accessoires tel que les sacs à main, chaussures, bijoux. Sur le marché aux cochons, les pauvres bêtes sont tenus en laisses par leurs propriétaires. Avant de pénétrer dans ce marché, il faut savoir deux choses. Si vous avez bien des producteurs et des artisans locaux, il y a également le “made in china” qui n’a aucun intérêt. L’autre point, la négociation.

Marchands

Si vous ne voulez pas vous faire avoir en payant plus cher que la valeur réelle d’un produit, vous devez négocier. Si vous avez prévu de vous rendre au Lac Atitlan, faites vos achats là-bas car les produits y sont moins chers.

Changement de décor avec le Lac Atitlan

Lac Attitlan

Lové au coeur du Guatemala, ce lac volcanique provient de l’implosion du volcan Atitlan voici 84 000 ans.  La caldeira formée s’est progressivement remplie d’eau avec les pluies et les rivières. Entouré de villages et surplombé de trois volcans*, il nourrit les nombreuses croyances des communautés mayas qui habitent le long de ses rives. Si la plupart du temps, il semble dormir, vous le verrez frisonnez de plaisir quand le le xocomi (le vent)  vient le taquiner. Les légendes locales  attribuent ce vent aux soupirs d’une princesse attendant en vain le retour de son amant. Pas de quoi décourager les Lanchas (bateaux taxis) qui transportent les locaux d’une rive à l’autre.

Pontons sur le Lac Attitlan

Quand aux pirogues, elles voguent sereinement sur ce magnifique lac. Il parait qu’Antoine de Saint-Exupéry a séjourné à cet endroit après un accident d’avion en 1938. Et c’est là qu’il a trouvé l’inspiration de son roman Le Petit Prince. En 2013, à 17 mètres de profondeur, les restes d’une ancienne cité maya, Samabaj, vieille d’environ deux mille ans a été découverte. Quand on sait que des ommunautés tzutuhil et kakchikel, essentiellement rurales, peuplent depuis des siècles les environs du lac, cela ne paraît pas étonnant. On reconnaît d’ailleurs les femmes mayas à leurs larges jupes bouffantes et chemisiers colorés. Pour ces Indiens, qui l’appellent tendrement « grand-mère Atitlán », le lac est sacré. Les volcans et les montagnes aussi. La plupart des cultes locaux sont liés à un symbolisme naturel flirtant avec le chamanisme.

*les volcans San Pedro (3 020 m), Tolimán (3 158 m) et Atitlán (3 535 m).

Ce séjour n’est pas terminé car le lendemain, nous nous envolons pour Tika… mais cette visite fera l’objet d’un autre article…

A Faire :

La Casa del Jade

La Casa del Jade, vitrines avec les colliers en Jade

Si vous voulez acheter du Jade, c’est au Guatemala que vous trouvez le plus précieux du monde. Appelé “jadéite”, il est plus dure, plus dense et plus rare que le jade néphrite qui vient de Chine et ailleurs. Il ne se raye pas au couteau. Les nobles Mayas utilisaient le jade pour orner leurs dents. Le Jade vert clair coûte entre 500 et 1000 dollards pour 5mm. En 2006, on a découvert du Jade orange.

La Casa del Jade, vitrines avec les colliers en Jade

Quand un Maya mourrait, on lui mettait du Jade dans la bouche pour qu’il puisse passer dans l’au-delà. Le Jade de couleur foncée est le plus dur. Lors de notre visite à “La Casa del Jade”, nous avons pu voir des pièces uniques et magnifiques. Le Guide du musée nous a fait découvrir l’histoire du Jade et montré les pièces exposées dans les différentes vitrines. Nous avons pu admirer la Dieu du Maïs “Yuncash”.

La Casa del Jade. Squelette avec du Jade et Anneau dans la bouche d'un mort

Le Jade était une pierre sacrée pour les Mayas. Tellement sacrée qu’ils ne la montraient à personne. Son existence n’a été révélée que lors de la découverte des mines ancestrales dans les années 1970. La Casa del Jade fut fondée par Gerald Leech en 1977.  Elle se trouve au coeur de la ville dans une demeure du XVIème siècle.

La Casa del Jade. Drapeau, disque lumineux et différentes sortes de Jade.

Impossible de ne pas rester bouche bée d’admiration devant les magnifiques collections thématiques conçues pour les femmes et les hommes. Les bagues, boucles d’oreilles, colliers, pendentifs, bracelets, figurines ou masques en jade (mais aussi en or, bronze, argent) sont présentées dans des vitrines délicatement éclairées. Ce tendre éclairage fait ressortir toutes les tonalités colorées et la finesse des objets. Après la visite du musée, nous sommes entré dans la boutique. Difficile de ne pas avoir envie de tout acheter. J’ai craqué pour une bague, un bracelet et un pendentif.

Le musée du chocolat

Musée du chocolat

Rien à voir avec un musée classique. Il s’agit d’une boutique agencée pour vous faire découvrir le processus de transformation du cacao pour en faire du chocolat. Une salle est dédiée à la présentation des différents produits issus du cacao. Les panneaux et la scénographie sont très bien réalisés.Avec les résidus d’éclats de fèves de cacao séché vous verrez qu’il est possible de réaliser une infusion qui a réellement le goût de chocolat.

Cours de chocolat

Cours de chocolat dans le patio du musée

Vous aurez la possibilité de faire vous-êmmem votre chocolat chaud. La serveuse vous donnera de la pâte de chocolat, de l’eau (ou du lait), ainsi que des épices de votre choix (miel, cannelle, menthe, cardamome etc…). Après, à vous de composer le mélange qui vous convient le mieux. Cette expérience  gustative se déroule dans un patios fleuris et colorés par les tissus traditionnels que de nombreuses femmes tissent.

Musée du chocolat

Si vous avez envie d’apprendre la confection du chocolat, des ateliers sont organisés. En principe, ils durent deux heures. Je n’ai pas eu l’occasion de le faire dans ce musée, mais il parait qu’ils sont hyper sympas et intéressants.

Les restaurants où nous avons déjeuné ou diné

Casa Santa Domingo

Casa Santa Domingo

L’hôtel Casa Santo Domingo est un ancien couvent dominicains dont la construction débuta en 1543 et fut achevé vers l année 1666.
L’édifice avait une belle église avec un hôtel finement décoré. Elle détenait la première horloge publique ramené au Guatemala.

Casa Santa Domingo Une jeune fille fête ses 15 ans. Un perroquet fait le beau.

Un magnifique Perroquet se laisse admirer. Une ravissante jeune fille fête ses 15 ans. Un oiseau picore dans le buisson.

Sa beauté surpassait celle des autre cloitres de l’époque, avec des fontaines, des jardins et même son propre cimetière
80 frères y habitaient. En 1776, il fut détruit dans sa presque totalité par les tremblements de terre de Santa Marta.

Casa Santa Domingo

Abandonné après que la ville soit déplacée vers l’actuelle capitale, Guatemala City, elle reprit vie dans les années 70 quand le couple Shook, des archéologues étrangers achetèrent la propriété et firent des fouilles. Une partie du couvent fut reconstruit en 1998.

Casa Santa Domingo. Fontaine et sculptures dans le jardin.

Casa Santa Domingo. Fontaine et sculptures dans le jardin.

Puis, le couple l’a vendu à une entité privée qui a decidé de construire un hôtel, avec le concept d’hôtel-musée, Cela fait de l’ancien monastère un endroit d’un grand attrait touristique et culturel dans lequel on trouve cinq musées. Parmi eux le musée colonial et le musée archéologique. Au total 128 chambres avec chacune des caractéristiques spéciales.
La décoration détient des oeuvre d’art, d’artistes guatémaltèques. L’hôtel casa santo domingo réussi à intégrer les comodités modernes avec un des monuments archéologiques les plus importants d’Amérique

Casa Santa Domingo Perroquet

Ses murs chargés de 400 ans d’histoire permettent de vivre une ambiance unique dont chaque détail et recoin cache un véritable trésor.

La Fonda la Calla Réal Antigua (Antigua)

La Fonda la Calla Réal Antigua

Il s’agit du plus ancien de la ville. Son patio intérieur, ses petites salles en bois et ses tables recouvertes de nappes blanches agrémentées d’une autre de couleur rouge en font un lieu charmant.
La Fonda la Calla Réal Antigua

Les noms de personnalités qui sont venues y dîner ou déjeuner sont gravées sur le dossier des chaises.
Vous y dégusterez des plats locaux dont leur ““Chiles Rellenos” plat à base de poivrons farcis de viande de bœuf, haricots verts et carottes acompagné de guacamole.

Saberico (Antigua)

Saberico

Ce ravissant restaurant en plein air comporte des petits jardins patios joliment rborés.
Des cages avec des perruches sont disséminés dans ces petit jardins.
Seuls des plats typiques y sont servis.
Nous avons pu goûter un cocktail sans alcool appelé  Rosa de Jamaica à base de fleur d´Ibiscus
Divinement bon.

Posada Don Rodrigo (Antigua)

Posada Don Rodrigo

A l´époque coloniale, elle fut appelé la Casa de los Leones. Restauré entre 1968-1971 par Don Carlos Dorión et Isabel de Dorión, la Maison des Lions ont été rattaché à deux autres maisons pour former l’hôtel que nous connaissons aujourd’hui.
De nos jours, c’est l’une des maisons les plus belles d’Antigua tant par son architecture coloniale comme par son ambiance agréable. Elle conserve une ambiance caractéristique de l’époque coloniale, ses chambres sont disposées autour d’un patio fleuri.
L’hôtel compte 41 chambres. Chacune d’elles a sa propre histoire. Ce qui fait de l’établissement un endroit unique et agréable.
Tous les jours, des peintres viennent mettre sur la toile des paysages qui représentent la beauté du pays, et les concerts de marimba rythment la journée et procurent une ambiance décontractée et relaxante.

Hôtel Porta (Panajachel)

Hôtel Porta à Panachel

L’hôtel Porta del Lago offre des vues impressionnantes, les couleurs bleue du lac Atilan. L’architecture exclusive et moderne de cet hôtel permet a ses clients de se détendre dans ses chambres confortables. L’Etablissement propose la cuisine guatémaltèque dans son restaurant cakchiquel. Sa piscine invite à nager et oublier le stress de la vie quotidienne.

Hôtel Porta à Panachel

Vous pouvez même faire des achats car un stand expose des produits typiques de la région : vêtements, poupées, chapeaux etc. Et sur les murs sont exposés des ponchos de toutes sorte et des statues.  Le hall d’entrée est agrémenté de fauteuils et de plantes vertes.

Casa del Callejon Castillo Hermanos (Guatemala ciudad)

Casa del Callejon Castillo Hermanos

Cette hacienda, restée dans son jus, a même conservé son lavoir intérieur.
J’ai beaucoup aimé les petits salons où les dentelles, les rideaux de velours et les taffetas donnent une touche charmante touche romantique.
Casa del Callejon Castillo Hermanos

Agréable également le patio et ses petites tables fleuries.
Cette belle hacienda est la propriété des propriétaires de la bière nationale du Guatemala

Villa Maya

Villa Maya

Situé sur la route menant à Tikal, cette belle hacienda est lovée en pleine nature.
Elle fait face à un petit lac et au cœur de la jungle de Peten.
Le soir, vous pourrez voir des crocodiles qui s’approche de la rive.
Si le lieu vous plait, vous pourrez y dîner le soir.

Restaurant Kapok

Restaurant Katok

Situé sur la célèbre Pan americana, ce typique restaurant sert un petit déjeuner “chapin”copieux et délicieux.
Nous avons tous apprécié et nous nous sommes régalés.

Restaurant Katok

Tortillas de maïs (l’aliment de base), haricots noirs (frijoles), soupe de poulet (caldo de pollo), viande de bœuf (caldo de des), œufs, purée de haricots, bout de fromage, des bananes frites, café.etc. Vous n’aurez que l’embarras du choix.
Au Guatemala, les plats ne sont pas épicés. Le chile est servi à part.

Notre hôtel à Antigua

El Hotel Mesón de María

Ce charmant hôtel a été construit dans le style colonial d’Antigua.
“El Hotel Mesón de María” révèle un agencement serein et raffiné dès l’entrée.

El Hotel Mesón de María

Les meubles du quotidien détournés comme objets de décoration lui confère une touche originale.
Un poêle à charbon, un fauteuil de barbier, une cuisinière en fonte d’antan…
De confortables fauteuils permettent de passer un moment à discuter jusque fort tard dans la nuit (cela m’a même empêchée de dormir).

El Hotel Mesón de María

Si vous avez le sommeil léger, demandez une chambre sur l’arrière ou au premier étage.
Par manque de temps, je n’ai pas pu visiter les chambres pour voir celles qui sont “haut de gamme”, ni les salons intérieurs.

El Hotel Mesón de María

L’établissement se trouve au coeur de La Antigua Guatemala, à quelques pas de la Calle del Arco (rue principale) et à 150 mètres de la Plaza Mayor.
Son verdoyant patio éclaire les chambres du rez-de-chaussé et comporte des tables où il fait bon prendre son petit déjeuner.

El Hotel Mesón de María

Un escalier mène à la terrasse située sur le toit.
De là, la vue sur la montagne et la ville est superbe… surtout le soir avec les lumières dont confère à la ville un côté quelque peut irréel.

El Hotel Mesón de María

L’accueil est parfait et le service du petit déjeuner également.
Hôtel El Meson De Maria
3a Calle Poniente No. 8
La Antigua Guatemala, Guatemala.
Tel: +502 7832 6068 Fax: +502 7832 6070
reservaciones@hotelmesondemaria.com
Langues parlées : Espagnol, Anglais, Allemand et Français.

GUATEMALA : Ce qu’il faut savoir

L’oiseau emblématique du Guatemala est le magnifique quetzal (Pharomachrus mocinno).
Les deux boissons nationales : La Quetzalteca Especial (Agua Ardiente) qui se mélange avec des fruit et fleurs locales comme La fleur de Jamaïque et el Tamarindo
Le Rhum Zacapa.

Infos pratiques :
Electricité
La tension est de 110 volts.
Prévoir des appareils Bitension ou un transformateur.
De plus les prises sont différentes, se munir d’un adaptateur de prises normes USA à fiches plates.
Monnaie
L’unité monétaire est le QUETZAL.
Vous trouverez des pièces de 10, 25, 50 centavos, et des coupures de 10GTQ, 20GTQ, 50GTQ, 100GTQ.
Le taux de change est d’environ : 1 € = 10 quetzal.
Change
Les principales cartes de crédits (carte bleue, Visa Internationale, Mastercard) sont acceptées presque partout.
Ne pas se munir de Quetzal avant votre départ – vous n’en trouverez pas en France.
Attention beaucoup de banques sur place ne changent pas les Euros.
Il est recommandé de se munir de dollars américains en petites coupures surtout pour acheter dans les marchés.
Ne présentez pas de trop gros billets, ils n’auront pas la monnaie pour rendre.
Santé
Aucune vaccination obligatoire.
Il est fortement déconseillé de boire de l’eau du robinet.
Des bouteilles d’eau vous seront offertes dans vos chambres et dans le mini bus.
Médicaments
Prenez-les en double, sur vous et dans vos bagages.

Remerciements

 

Oliverio Guerreo

Oliverio Guerreo

– Merci au Ministère du Tourisme du Guatemala pour nous avoir invité à  séjourner quatre jours dans ce veau pays.
– Bravo à Catherine Moreira et Oliverio Guerreo pour leur connaissance du pays (histoire, culture, coutumes, gastronomie etc.) et leur pédagogie. Grâce à eux, j’ai appris énormément de choses passionnantes. J’aurais aimé vous les faire partager mais c’est impossible car mon article serait bien trop long.
– Félicitations aux responsables de  K’UK TOURS pour le professionnalisme dont ils ont fait preuve au niveau de  l’organisation de notre voyage de presse.
Aucune fausse note, que des visites intéressantes, d’excellents restaurants, un hôtel absolument charmant, des guides passionnants…
Bref, un séjour des plus agréables et enrichissants sur le plan culturel et intellectuel.
La journée à Tikal, dont je vous parlerais dans un second article, fut également un véritable enchantement.
Si vous avez envie d’aller au Guatemala, je vous conseille de passer par ce Tour Opérator dont les prestations sont topissimes. Si vous voulez vraiment vous y rendre en solo, ayez recours à un guide… leur connaissance du pays et de tout ce qui s’y rapporte est une mine d’or. Non seulement vous gagnerez du temps mais vous bénéficierez d’une multitude d’informations non négligeables.

K'UK Tours LOGO

KUK TOURS GUATEMALA
San Pedro Panorama Antigua Guatemala
https://kuktoursguatemala.wordpress.com
kuktours@gmail.com

Finca El Pilar
Tel. 00502 40047414
Mail : info@kuktours.com

Copyright : Gaëlle ALBAN

A lire aussi sur Dynamic Seniors : http://dynamic-seniors.eu/massada-et-les-mines-du-roi-salomon/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Benidorm

dimanche, janvier 21, 2018

Benidorm : la New-York espagnole où Gastronomie et Farniente règnent en maître

Benidorm est une ville surprenante. Elle nous fait penser à New-York, Dubaï ou Rio… Cette ville touristique réputée pour ses plages et sa vie nocturne est une des destinations les plus prisées d’Espagne. Son climat balnéaire en fait un lieu paradisiaque pour des vacances mais également pour y vivre. Le point qui peut sembler noir […]

En savoir plus

Villages de Vacances Sunelia

mercredi, janvier 17, 2018

Village de vacances Sunêlia : vacances de rêve garanties…

Pourquoi ne pas réserver dans un village de vacances pour aller à la montagne ? Sunêlia vous propose de découvrir toutes les joies de la neige à travers trois villages de vacances. Des Alpes aux Vosges, en passant par les Pyrénées… Hébergements au confort douillet, formules location avec ou sans demi-pension, mise à disposition de forfaits de ski… […]

En savoir plus

La station-village des Carroz

mardi, janvier 16, 2018

La station-village des Carroz : belle destination pour vos vacances…

La station-village des Carroz est situé au coeur du Grand Massif, l’un des plus grands domaines skiables des Alpes. Elle fonctionne avec de coquets chalets, des adresses gourmandes et des sports de neige. L’idéal pour passer des vacances en famille en hiver. La station-village des Carroz, c’est aussi une des destinations les plus faciles d’accès car idéalement située […]

En savoir plus