octobre 3, 2017 12:33

Publié par Gaelle Alban

Jérusalem

Quand nous sommes arrivés dans la vieille ville de Jérusalem, j’ai ressenti une forte émotion. Comment ne pas être impressionnée par un lieu aussi mythique et chargé d’histoire. Jo Klein, notre guide, a su rendre passionnante la visite de cette ville. Il nous a raconté son histoire et montré les quartiers arabes, juifs et arménien. Malheureusement, nous n’avons pas eu le temps de visiter le quartier chrétien. Visite guidée ce lieu captivant et envoûtant.

Avant d’entrer dans Jérusalem, passage obligé par Le Mont des Oliviers. C’est essoufflée que je suis arrivée car la route grimpe.
Mais une fois sur place, quelle merveille. Le Mont des Oliviers nous offre un magnifique panorama sur la Ville Sainte.
Nous découvrons le cimetière juif et ses rites car une visite est en cours et des prières sont dites par les personnes présentes.
Les tombes sont identiques et recouvertes de cailloux laissés en souvenirs par ceux venus rendre un hommage aux défuns.
Ensuite, nous visitons des églises et le tombeau de la Vierge Marie. Que l’on soit croyant ou pas, ces visites sont émouvantes.

Jérusalem Mont des Oliviers

Vue du Mont des Oliviers

Jérusalem et Le Mont des Oliviers

Cimetière du Mont des Oliviers

Cimetière du Mont des Oliviers

Cercueils retrouvés lors de fouilles

Cercueils retrouvés lors de fouilles

Ce magnifique endroit évoque de nombreux souvenirs bibliques et chrétiens.
Les larmes et la lamentation de Jésus visant la Cité Sainte sont évoquées et célébrées dans le Sanctuaires Domunus Flevit.
Cet édifice date de l’époque médiévale.
“Ville de Dieu, comme il est agréable de contempler ta beauté depuis le Mont des Oliviers” écrivait le Patriarche de Jérusalem Sophrone (634-638) dans ses célèbres poèmes lyriques sur les lieux saints.

Dominus Flevit

Dominus Flevit

Dôme en or de l'Eglise où repose Marie

Dôme en or de l’Eglise où repose Marie

Le Mont des Oliviers (808 mètres) sis à l’est de Jérusalem sépare la Ville Sainte du désert de Juda.
Les oliviers qui poussent sur ses pentes depuis des millénaires sont à l’origine de son nom.
Les Juifs le nomment aussi “Mont de l’Onction” car l’huile produite par les oliviers servait à oindre les rois et les Grands Prêtres.
A compter du XIIème siècles, les arabes l’appelèrent “Djebel et Tur” qui signifie “Mont par excellence” ou “Mont Saint’. Maintenant, ils le nomment “et Tur”.

Jardin des Oliviers

Jardin des Oliviers

Jardin des Oliviers

Jardin des Oliviers

Olivier plus que centenaire

Olivier plus que centenaire

Le Mont des Oliviers comporte des lieux et édifices rendant hommage à la vie de Jésus.
Les principaux sont :
– l’enseignement du Notre Père : Éléona ou Grotte du Pater
– les lamentations de Jésus sur Jérusalem : Dominus Flevit
– les acclamations du peuple à son arrivée dans la Ville Sainte, assis sur le dos d’un ânon : Sanctuaire de Bethfagé,
– la prière qu’il fit dans le Jardin de Gethsémani avant d’être arrêté : Basilique, Jardin des Oliviers et Grotte de Gethsémani,
– sa montée au Ciel réalisée au sommet du mont : le Dôme de l’Ascension.

Façade d'une église

Tombeau de Jésus Christ

Tombeau de Jésus Christ

Personnes qui se recueille sur la pierre tombale de Jésus

Personnes qui se recueille sur la pierre tombale de Jésus

Aux pieds du Mont des Oliviers, deux autres lieux de commémoration jérusalémite sont étroitement liés à aux origines de l’Église :
– l’ancienne Tombe de Marie, accréditée par la version syriaque de l’ouvrage « Transitus B.M. Virginis » datant du IIème siècle après J-C.
– l’Église de Saint Stéphane, construite récemment en mémoire du martyr du premier évêque de Jérusalem.
Ce dernier avait été lapidé et enterré selon une vieille tradition à côté d’un rocher à cet endroit.

Jérusalem et ses remparts

Les ramparts de Jérusalem

Une croyante légendaire fait de Jérusalem “le nombril du monde”.
Convoitée et disputée par les prophètes, pèlerins, rois et califes, la Ville Sainte a connu une turbulente histoire de 4000 ans.
Les impressionnantes murailles de la vielle ville embrassent les foyers d’énergie spirituelle du judaÏsme, du christianisme et de l’islam.
Avec leur mélange de sainteté et d’activité tourbillonnante, les quartiers de la vieille ville forment un contraste étonnant avec la Jérusalem moderne.

Les ramparts de Jérusalem

Construite par le sultan Ottoman Soliman le Magnifique au XVIe siècle, la muraille est protégée par 8 portes :
Ces derniers comportent huit portes :
– Porte Nouvelle
– Porte des Lions
– Porte des Immondices
– Porte des Fleurs (Porte d’érode)
– Porte de la Miséricorde (Porte Dorée)
– Porte de Jaffa
– Porte de Sion
– Porte de Naplouse (Porte de Damas)

 VIA DOLOROSA

VIA DOLOROSA

Jardin de la Via Dolorosa

Jardin de la Via Dolorosa

Jérusalem n’est pas une ville commune car elle est divisée en quatre quartiers distincts.
Le quartier arabe, le quartier Juif, le quartier arménien et le quartier chrétien.
Nous nous promenons dans les artères millénaires comme la Via Dolorosa (chemin de croix) et le Cardo.
Les passionnés de shopping pourrons se faire plaisir car les boutiques ne manquent pas quel que soit le quartier.
Les gastronomes auront le plaisir de goûter aux saveurs orientales.

Jérusalem et le mur des lamentations

Mur des lamentations

Mur des lamentations

Jeunes gens qui vont fêter leur Bar Mitzvah

Jeunes gens qui vont fêter leur Bar Mitzvah

Avant d’arriver devant le mur des lamentations, il faut descendre un escalier et passer au “contrôle”.
Le temps de la descente, j’observe les juifs pratiquants dans leur costumes traditionnels noir.
Les femmes aussi sont en noir. Les tenues sont sévères et le maintien quelque peu rigide.
Pas de démonstration de tendresse entre les époux. Une fois sur la place, je constate une effervescence particulière.
En fait, c’est jour de Bar Mitzvah*. Ils sont au moins 200 à attendre ce moment si important dans leur vie.
Pendant que ces ados de 13 ans discutent et chahutent, les femmes et les hommes vont prier devant le mur.
Les femmes vont sur la droite et les hommes sur la gauche. Avant, tout le monde se lave les mains.

Mur des lamentations

Juifs en train de prier devant Mur des lamentations

Lavage des mains avant d'aller prier

Lavage des mains avant d’aller prier

Prières glissées dans le mur des lamentations

Prières glissées dans le mur des lamentations

Parmis les juifs présents qui lisent la Torah, certains sont en transes.
C’est impressionnant. Et tous inscrivent leurs prières sur des papiers qu’ils insèrent dans l’interstice des pierres du mur.
Je fais de même. Pas facile de faire entrer le morceau de papier plié tellement il y en a.
D’ailleurs le sol en est jonché car ils tombent. Il y a foule sur le parvis (Plazza).
Cet espace sert de cadre aux cérémonies publiques et aux célébrations familiales.

Par Jo, j’apprends que la partie visible du mur qui fait face au parvis ne représente qu’une petite partie (55mètres).
Sa longueur totale est de 488 mètres. Pour voir la partie cachée, il faut emprunter un tunnel creusé à cet effet.

* La Bar Mitzvah correspond à la majorité religieuse acquise à l’âge de 13 ans par les garçons.
Pour les jeunes filles, c’est 12 ans mais il s’agit de la Bat Mitsvah. Bar Mitzvah est une expression araméenne qui signifie “fils du du commandement ».
Bar veut dire « fils » et Mitzvah, se traduit par « bonne action ».
Quand le garçon fête sa Bar Mitzvah, cela  signifie qu’il est en âge d’appliquer pleinement les commandements de Dieu.

Un peu d’histoire

La Torah

La Torah

Jeunes qui font faire leur Bar Mitzvah

Jeunes qui font faire leur Bar Mitzvah

Le mur des Lamentations se nomme également Mur Occidental (Hakotel en hébreu).
Il s’agit d’un vestige du second temple de Jérusalem construit par Hérode au premier siècle avant Jésus Christ.
Ce temple fut détruit en  70 après J.C. pendant la guerre judéoromaine.
Le pan visible aujourd’hui constitue la partie inférieure du mur de soutènement de l’esplanade qu’Erode avait fait agrandir lors des travaux.
Ce mur est le lieu de recueillement, de prières et d’espoir pour la rédemption et l’accomplissement des voeux de ces qui viennent y prier.

Avant, il n’y avait qu’un Mont appelé le Mont Moriah. C’est à cet endroit qu’Abraham reçut l’ordre d’y sacrifier son fils Isaac.
Jacop y dormit et, en rêve, vit des anges qui montaient et descendaient une échelle dont le sommet atteignait les cieux.
Salomon y bâtit son temple. Il fut détruit par Nabuchodonosor. Puis, Hérode le fit reconstruire et lui rendit sa splendeur originelle.

Une promenade agréable et ponctuée de belles surprises

Des policiers sillonnent les rue

Des policiers sillonnent les rue pour le maintient de l’ordre

T-shirts

T-shirts

La vieille ville de Jérusalem est un grand marché.
Elle contient des rues étroites avec de petits magasins vendant des T-shirts, des souvenirs de toutes sortes, des bijoux, des articles religieux, de l’art et également de la nourriture.

Après le quartier arabe, nous arrivons dans le quartier juif. Il existe une forte similarité entre le quartier musulman et le quartier juif.
Des ruelles étroites, une vie quotidienne très prenante, et de multiples édifices religieux recensés.
Le Dôme du Rocher abrite la pierre sacrée des trois religions monothéistes.
Le Monastère de la flagellation est le premier lieu de la via Dolorosa, le chemin de croix où le Christ aurait été flagellé par les soldats romains avant sa crucifixion.

Boutiques et restaurants se côtoient pour le plus grand bonheur des touristes.
Certains commerçants vendent des T-shirts à l’effigie de certains hommes politiques et autres qui détonnent dans le paysage.
En fait, ils ne manques pas d’humour. Les boutiques de luxe valent le détour car les marchandises proposées sont de qualité.

Vestiges dans une rue dU quartier Juifs

Vestiges dans une rue du quartier Juifs

Tapisserie

Bien évidement, ce quartier comporte des synagogues.
La synagogue Ben Zakkaï qui est un ensemble de quatre synagogues sépharades restaurées et réunies en un seul bâtiment.
Elles on été construites par des Juifs sépharades venus d’Espagne au XVIème siècle (la plus ancienne).
Comme elles ne devaient pas dépasser les bâtiments arables alentours, elles ont été bâties en partie sous terre.
C’est ce qui a permis qu’elles échappent aux destructions de 1948. Inutile de vous dire qu’il faut descendre de nombreuses marches pour y accéder.
Et surtout le remonter en sortant.

Tapisserie qui retrace la vie à Jérusalem avant

Tapisserie qui retrace la vie à Jérusalem à l’époque ancienne

Plan de Jérusalem

Plan de Jérusalem

Nous sommes passé par le Cardo, une rue à colonnades.
A l’époque romaine puis byzantine, il s’agissait de l’axe principal traversant la ville du nord au sud, de l’actuelle porte de Damas à la porte de Sion.
La portion sud du Cardo est à ciel ouvert, avec ses imposantes colonnes, alors que le reste se trouve sous les bâtiments modernes.
Des magasins et des galeries, principalement destinés aux touristes, s’y sont installés sous les arcades.

Nous avons pu voir des vestiges de l’ancienne ville qui se trouvent sous la nouvelle.
Des puits sont ouverts pour que les touristes puissent se rendre compte de la profondeur.
D’autres sont apparents les cotés de l’allée centrale.
Des fresques ont été peintes pour retracer l’histoire de cette ville et ses activités à l’époque ancienne. Elles sont très belles.

 

Retranscription des prières

Dans une boutique, un homme transcrit des prières sur des grandes feuilles.
Un véritable artiste. Aux murs et sur les meubles sont exposés des prières dont certaines sont encadrées.
Sur son front, une lampe lui permet de mieux voir la feuille sur laquelle il travaille.

Une fois la visite du quartier Juif terminée, direction le quartier Arménien.

Jérusalem Maison

Statue dans une Eglise

Eglise

Bien que les Arméniens n’aient participé à aucune guerre saint ou croisades à Jérusalem, ils possèdent un quartier qui couvre un sixième de la superficie de la ville.
Réputés pour être discrets, ils vivent dans la Ville Sainte depuis 2000 ans.
En 70, après la destruction de Jérusalem, les Arméniens y sont envoyés comme légionnaires, artisans, commerçants et administrateurs.
Au même moment, la christianisation commence en Arménie. En 301, elle se traduit par la proclamation du premier Etat-chrétien au monde.
Bien que les pélerinages soient déjà en vogue à cette époque, ce n’est qu’en 313 que les Arméniens commencent à acheter et à construire à Jérusalem.
Cette nouvelle situation est du au fait que l’Empire romain autorise la religion chrétienne.
A cette époque, ils deviennent et le resteront jusqu’à aujourd’hui, la seule population chrétienne non arabe du Moyen-Orient.
Ce sont eux qui ont lancé les travaux d’excavation de lieux saints et qui ont construits la première église du Saint-Sépulcre.

Jérusalem Eglise

Tableaux dans une église

Au Vème siècle, deux événements importants marquent la communauté arménienne.
Le premier n’est autre que l’invention de l’alphabet arménien qui provoque un grand élan culturel.
Le second, vise la séparation définitive de l’Eglise apostolique arménienne des autres mouvements chrétiens.
Ces deux événements permettent aux Arméniens d’affirmer leur identité arménienne.
Avec comme incidence de mettre en place leur propre culture, et leur propre religion.
Les Arméniens ont traversé les siècles et événements en conservant leur langue et leur religion.
Jamais ils ne se sont mélangée avec d’autres communautés.
Preuve en est que la cathédrale Saint-Jacques est le seul monument religieux de Jérusalem à n’avoir jamais été détruit ou récupéré par une autre religion.

Eglise

Eglise

Bien que moins animé et commerçant que le quartier Juifs, le quartier Arménien ne manque pas de charme.
Monuments, églises et maisons ont un intérêt architectural non négligeable.
Des commerçants ambulants proposent des sucreries, fruits et autres gourmandises aux touristes.

Vente de sucreries

Nous avons découvert un potier qui travaille de manière traditionnel.
Fort sympathique, il nous a fait une démonstration de son savoir faire.
Toutes ses céramiques sont cuites à 1135° pour assurer un qualité maximum.
Les couleurs minérales doivent “éclater” pour que le produit finit soit agréable à l’oeil.
Pour ce faire, il utilise une glaçure (vitrification).

Le Potier

Le Potier

Boutique du potier

Boutique du potier

Chaque pièce est faite à la main. Du travail d’orfèvre.
Les dessins ont une signification particulière. La biche égale Liberté et la fleur Prospérité.
Ses créations sont tellement belles qu’elles donnent envie d’être achetées.
C’est le seul artisan à travailler de cette manière dans le quartier arménien.
Bien que nous ayons envie de continuer notre promenade, il faut songer à rentrer à l’hôtel.
Sur le chemin du retour, Jo Klein nous fait passer par un super centre commercial très en vogue à Jérusalem.
Cet artisan se nomme Sandrouni. Son magasin est situé en face du couvent et de l’Eglise St James.

Le centre commercial Mamilla

Boutique de bijoux

Galerie marchande

Galerie d'Art

Ce beau centre commercial fait face à la porte de Jaffa.
Ses 600 mètres de long sont à ciel ouvert. On y trouve des magasins de chaînes de mode comme Zara, Gap et Castro.
Magnifiquement conçu, il abrite des boutiques de bijoux, des galeries d’art, de vêtements etc.
Entre les magasins se trouvent une poignée de restaurants et de cafés où faire une pause.
Tout au long de la rue sont exposées des statues à vendre.
Convivial et dynamique, il attire non seulement les touristes mais les habitants de tout Jérusalem (vIelle vielle et ville nouvelle).
C’est sur des notes de musique que nous quittons cet endroit for sympathique.

Statues

Statues

Musicien

Jo Klein notre guide

JO KLEIN

Office du Tourismehttp://tourisme.otisrael.com

A lire aussi sur Dynamic Seniorshttp://dynamic-seniors.eu/art-du-jardin-et-art-au-jardin-au-mans/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Poupées

jeudi, octobre 5, 2017

Barbie devient la”Muse” de 15 créateurs de mode

Notre célèbre Barbie va être sur le devant de la scène les 21 et 22 octobre prochain. Quinze créateurs de mode organisent des ateliers pour les enfants en partenariats avec le Musée des Arts Décoratifs.

En savoir plus

Panama

samedi, septembre 16, 2017

Panama : un mélange de modernité et de traditions

Si le Panama fut célèbre en tant que Paradis Fiscal, ce temps est révolu. Maintenant, le pays veut se faire connaître pour développer le tourisme. Version business, pas de problème, tout fonctionne. La ville de Panama compte de nombreux gratte-ciels, des  hôtels de luxe et dégage une atmosphère branchée. On se croirait à New-York, Tokyo […]

En savoir plus

Festival de la randonnée

lundi, septembre 4, 2017

Festival de la randonnée d’automne à Guernesey

Après le festival de printemps, voici celui de l’automne, toutes les saisons se déclinent autour de la randonnée à Guernesey. Ainsi, pendant 16 prochains jours, ce sont plus de 50 promenades guidées qui sont proposées pour découvrir l’archipel de Guernesey.

En savoir plus