décembre 3, 2017 12:11

Publié par Gaelle Alban

Parc national de Tikal

Les Mayas ont fait leur apparition en 2600 avant Jésus-Christ. Leur apogée se situe au IIIème siècle après Jésus-Christ. Les Mayas vivaient dans plusieurs villes. Chacune d’elle avait sa propre hiérarchie et ses règles. Il semblerait que le nombre de Mayas fut de vingt millions d’individus. D’après les informations fournies par Elda (notre guide), 70 000 d’entre eux habitaient à Tikal au Guatemala. Je vais vous faire découvrir un peu de leur histoire au travers du voyage de presse que j’ai eu la chance d’effectuer à Tikal avec Elda, une guide très sympathique et compétente.

Chez les Mayas, il y avait trois ordres bien distincts : la noblesse, le clergé et le peuple. Les nobles et les prêtres vivaient au sein de la cité. Les paysans eux se débrouillaient comme ils le pouvaient pour se loger. Une grande majorité vivaient dehors.  Ce sont eux qui subvenaient aux besoins de la noblesse et du clergé au niveau de l’alimentation. Ils cultivaient la terre et faisaient pousser du maïs, du coton et du cacao. Pour ce qui est de la construction des divers édifices, il semblerait que les Mayas employaient des   prisonniers capturés lors de batailles entre villes ennemies. Des architectes et des artisans spécialisés ordonnançaient le tout. Les Mayas déployaient des trésors d’ingéniosité pour retenir l’eau afin de pouvoir faire face à la saison sèche qui durait sept mois. En effet, le sol karstique ne retenait pas l’eau, ce qui était un gros problème pour cette civilisation. Les Mayas parlaient une trentaine de langues. Comme elles étaient relativement semblables, les linguistes en ont concluent qu’elles avaient la même origine.

Tikal site Maya

Les temples et pyramides Mayas

Pyraide Maya de Tikal

Constructions Mayas

Bien que les magnifiques pyramides et temples (situés en haut des pyramides) Mayas soient en ruine, on imagine sans peine à quel point ils devaient être majestueux. Tout comme les bâtiments construits autour. Les constructions étaient faites de pierres et d’un bois résistant aux termites. Pour embellir ces constructions, les Mayas utilisaient du grès, du marbre et du calcaire. Les fouilles ont permis de savoir que la manière d’ériger les temples et autres constructions s’est modifiée au fil des siècles. Au début, les pierres qui servaient à ériger les murs des temples et demeures étaient posées dans le sens de la longueur afin de pouvoir utiliser au maximum la surface des pierres. Puis, en fin de période classique, c’est la largeur qui fut privilégiée. Les temples et les pyramides servaient au déroulement de jeux et de cérémonies. Ils comportaient des bains de vapeurs. Ils fallait aimer marcher et avoir du souffle pour accéder au temple car le nombre de marches à gravir est impressionnant. Certaines pyramides possédaient quatre escaliers d’accès au temple. Chacun d’entre eux étaient constitué de 91 marches soit 364 marches auxquelles il faut ajouter celle permettant d’entrer dans le temple. Ce qui donne 365 marches qui correspondaient au nombre de jours dans une année.

Constructions Mayas

 A savoir : Les décorations des pyramides et des temples comportaient des couleurs très variées. Elles représentaient l’histoire de la civilisation Maya et les noms des rangs les plus élevés. Certains hiéroglyphes n’ont toujours pas été déchiffrés par les spécialistes. Les pyramides comportent neuf niveaux correspondant à ceux du monde souterrain tel que décrit dans les rites Maya. Pour les Mayas, l’artichitecture est le prolongement de la nature qui reproduit l’ordre du monde.

Tombes Mayas

Vue du haut d'une Pyramide

Vue du haut d’une Pyramide

Les Mayas et l’astronomie

Pyramides Mayas

Pyramides Mayas

Les Mayas étaient de talentueux astronomes. Leur système mathématique était conçue de telle manière que les personnes les moins érudites pouvait compter. D’ailleurs, le calendrier Maya est particulièrement précis puisqu’il comporte 365 jours pour une année. L’année solaire comporte dix huit mois de vingt jours chacun plus un vingt et unième de cinq jours. Ces mois s’appelaient : Pop, Uo, Zip, Zotz, Tzec, Yaxkin, Mol, Chen, Yax, Sac, Ces, Mac, Kankin, Mon, Pax, Kayab, Cumbu et Uayeb.  Les Mayas avaient construit des observatoires munis d’ouvertures leur permettant d’observer le déplacement des astres et des planètes. Les scientifiques ont pu se rendre compte que ces observatoires et les connaissances mathématiques des astronomes Mayas étaient d’un niveau tellement élevé qu’ils arrivaient à prévoir un événement annuel à quelques secondes près. L’observatoire le plus réputé est celui d’el-caracal de Chichen-Iza situé au Yucatan. Elda nous a expliqué que Caracol signifie escargot du fait de sa forme et de son trajet en colimaçon donnant accès au sommet. Intéressant également, les murs qui indiquent la ligne de visée divisant les positions du coucher du soleil et de la lune à l’équinoxe de printemps. Les Mayans étaient de vrais génies. Dommage qu’ils aient disparus de la surface de la terre.

Pyramides Mayas

Magnifique tronc d'arbre

Les Mayas et les mathématiques

Arbre du Parc de Tikal

Chambre de constructions Mayas

Leur système mathématique était bien différent du notre. En effet, ils ne comptaient pas de 0 à 10 (système décimal) comme nous le faisons. Ils utilisaient un système appelé vigesimal dont le changement de dizaine se faisait à 20. En fait, ils se servaient d’une combinaison du O sous le signe d’un ovale avec le point pour les unités et une barre horizontale pour le 5. D’après Elda, l’ensemble de ces symboles mathématiques permettait aux Mayas qui n’avaient pas eu la chance d’avoir de l’instruction de pouvoir effectuer des additions et des soustractions. Le fait de pouvoir compter les aidaient au niveau des échanges commerciaux. Personnellement, je n’ai pas vraiment bien compris ce mode de calcul mais il était simple pour les Mayas. Ce qui m’a étonnée, c’est d’apprendre que pour les Mayas, certains chiffres étaient sacrés. Par exemple, le nombre vingt correspondait au nombre de doigts et d’orteils sur lesquels ils pouvaient compter. Amusant non ?

Pyramides en restauration

Les Mayas et l’écriture

Un codex

Le Codex du musée de Tikal

Urne funéraire Mayas

Urnes funéraire Mayas

 Il est regrettable que les moines franciscains venus avec les conquistadores aient détruits les écris des Mayas. En 1562, l’évêque franciscain Diego de Landa a considéré les écrits des Mayas comme étant ceux du diable. Résultat, il les a fait bruler en place public. Les codex des Mayas auraient pu nous apprendre beaucoup sur ce peuple si doué. A cause de personnage aussi stupides que ces prêtres, des livres d’une immense valeur sont parti en fumée. Mais savez-vous ce qu’est un codex ? Non ? Comme je ne le savais pas non plus, j’ai demandé à Elda quelques explications. Les voici : les codex sont des écrits inscrits sur des longues bandes d’écorces de ficus. Elles étaient fabriquées à partir de fibres végétales d’agaves ou de peaux d’animaux battues, imprégnées de résine et recouvertes d’une légère couche de chaux morte. Sur ces bandes, les Mayas peignaient des glyphes, des chiffres, des images représentants soit des dieux soit des animaux. Les couleurs étaient toujours les mêmes : noir, jaune, vert, bleu et rouge. La largeur de ces bandes étaient de vingt cinq centimètres et d’une importante longueur. Les Mayas les pliaient en accordéon. Seul le “tlacuilo” était habilité à réaliser et écrire sur ces bandes.  Pour les protéger, les codex était recouverts d’une couverture en peau de jaguar. Quatre des ces codex ont été retrouvés. Celui de Dresden qui date du XIIIème siècle. Il traite d’astronomie et d’art divinatoire. Le codex de Paris qui remonte au XIIIème siècle. Il contient des textes relatifs à l’art divinatoire et aux prophéties. Celui de Madrid qui contient un horoscope et un almanach. Et le dernier qui se trouve à Grolier mais qui est en mauvais état. Il traite d’astronomie et contient un calendrier complet.

Construction d'une Pyramide

Tikal et les Mayas

Sculptures Mayas

Comme nous ne sommes allés qu’à Tikal, je ne vais pouvoir voir parler que ce cette partie de la vie des Mayas. Elle correspond à la période classique et à l”épanouissement de la civilisation maya dans la partie centrale de l’aire. La civilisation classique se caractérise par l’apparition d’inscriptions hiéroglyphiques sur des stèles sculptées en bas relief. Elles représentaient des dignitaires et comportaient des inscriptions visant des textes chronologiques se référant aux cycles du calendrier maya. Ces stèles sont majoritairement placées devant des édifices à soubassement pyramidal en degrés. Tous furent construits selon le principe de la voûte en encorbellement renforcée de mortier. La stèle la plus ancienne se trouve à Tikal et porte une date maya équivalente à l’année 292 de notre ère. Il semble donc que la civilisation classique soit née dans les forêts du Petén. Puis, elle s’est répandue vers l’est et l’ouest qui constituent dans la partie centrale de l’aire maya. Elle a également atteint le nord du Yucatan. Cette période classique est divisée en deux parties : l’ancienne qui va de 250 à 550. La récente qui s’étend de 550 à 950. Les spécialistes se sont basé sur les changements de style céramique pour cette classification.

Village de Flores

Village de Flores situé près du Parc de Tikal

Village de Flores

La route Maya, entre splendeur et magie, traverse la jungle d’Amérique Centrale. Cette route provoque une émotion intense de par ses riches et énigmatiques monuments, symboles d’un exceptionnel héritage culturel, millénaire. Nous avons eu la chance d’aller au grand Tikal qui est l’une des étapes indispensable au niveau de la découverte de la civilisation Mayenne. Ce grand Tikal se situe dans la région de Petèn au Guatemala. Cet héritage historique inestimable se démarque avec son célèbre temple du “Serpent à deux têtes”. Il s’agit de la seconde plus grande pyramide du pays avec ses soixante cinq mètres de haut. Ce superbe grand Tikal se trouve sur différentes séries de plates formes placées les unes sur les autres à différents niveaux. Ces techniques de constructions font du grand Tikal un monument unique et incroyablement fascinant.

A savoir

Fleurs du Parc de Tikal

Petit animal

Le Park National de Tika recèle des arbres et des fleurs absolument magnifique. La faune y est également variée. Singes, oiseaux et autres animaux adorables. Si vous disposez de jumelles vous pourrez voir des Toucan, des perroquets, des Ortalides, des Dindons, des Vautours noirs, des Pics, des grands faisans, des porcs sangliers, des Coatis, des Jocana du Mexique et peut-être un jaguar.

Céramiques Mayas

A voir en plus des Pyramides : le musée qui recèle des Trésors au niveau de l’art Maya.

Quand aller au Guatemala ?

Sculptures Mayas

La saison sèche, de fin décembre à mi-avril, est la plus agréable. C’est, avec les vacances d’été, la période la plus touristique. La saison des pluies interdit certaines activités mais, à cette époque, les prix des hôtels baissent. Si vous pensez aller au Guatemala aux alentours de Pâques, tâchez de vous y rendre lors de la Semana Santa, grande époque de festivités dans tout le pays.

Sculptures Mayas

Haute saison : Décembre/mai
En période de pic (Noël, Nouvel An et Pâques), les tarifs des hôtels peuvent fortement grimper. L’hébergement doit être réservé bien à l’avance pour Pâques à Antigua. Autre pic touristique en juin et juillet.
Mi saison : Octobre/novembre
Les pluies commencent à se calmer, mais octobre est la saison des ouragans. Des températures douces et un ciel clair en font une bonne période pour la randonnée dans les Hautes Terres.
Basse saison : Avril/septembre
Les prix baissent, les sites antiques sont moins fréquentés et la réservation est rarement nécessaire pour l’hébergement. Les pluies quotidiennes dans l’après-midi apportent la fraîcheur dans les Hautes Terres et la boue dans la jungle.

Elda 

 Elda notre guide

Elda notre guide

Merci à notre guide dont la compétence et la gentillesse ont rendu cette découverte de Tikal passionnante et attractive.
guatelda@hotmail.com

Ambassade de France au Guatemala
5A Avenida 8-59 – Zona 14
Edificio COGEFAR BP 971A
1014 Guatemala
Tel : +502 24 21 73 70
Courriel : courrier@ambafrance-gt.org
Site Web : https://gt.ambafrance.org

Merci à K’uk Tours pour la parfaite organisation de ce voyage de presse.

K´uk Tours
Guatemala, Belize & Honduras
Tel. +33 7 71 84 92 68 fr.
Tel. +502 40 04 74 14 gt.
www.kuktours.com
info@kuktours.com

Copyright : Gaëlle Alban

A lire aussi sur Dynamic Seniorshttp://dynamic-seniors.eu/guatemala-un-veritable-enchantement/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

36 tableaux et plus de 500 sujets ou personnages illuminent les nuits du Festival. Un spectacle époustouflant et unique en Europe

dimanche, décembre 10, 2017

Festival des lanternes : Nuits de Chine sur Gaillac ville lumière

Après Dallas, Singapour et Toronto, le Festival des lanternes s’est arrêté en France. Une première en Europe. Gaillac, dans le Tarn, est devenue une ville lumière où ce joyau de la culture chinoise brille la nuit de mille feux jusqu’au 31 janvier. 

En savoir plus

Noël décorations

jeudi, décembre 7, 2017

Marché de Noël à Charleville-Mézières jusqu’au 7 janvier

Le marché de Noël est devenu une institution en France. Savez-vous qu’il date du XIVè siècle et qu’il a  fait son apparition en Allemagne et en Alsace ? A l’époque, il s’appelait “Marché de Saint Nicolas”. Le document le plus ancien remonte à 1434 lors du règne de Frédéric II de Saxe. Ce document évoque un “Striezelmarkt” ayant eu lieu à […]

En savoir plus

Boulogne-sur-mer

mercredi, novembre 22, 2017

Boulogne-sur-mer : ville d’Art et d’histoire

La Ville de Boulogne-sur-mer est marquée par 2000 ans d’histoire. Les premiers envahisseurs furent les romains, puis les Anglais et le dernier Napoléon. Visite guidée de cette ville dont l’histoire se lit au détour des édifices comme le beffroi du XIIème siècle, les remparts du XIII siècles, le Château Musée etc. 

En savoir plus