août 7, 2017 7:41

Publié par Gaelle Alban

Plateforme bonnes pratiques

En France, près de 800 000 patients diabétiques pratiquent l’auto-injection d’insuline1. L’apprentissage du geste se fait essentiellement à l’annonce du diagnostic (patients diabétiques de type 1) ou lors du passage à l’insuline (patients diabétiques de type 2), Or, trop d’informations les perturbent. Résultat, les modalités des injections passent au second plan. Le point avec Gérard Raymond.

« L’acte d’injection est à l’évidence considérée comme secondaire », regrette Gérard Raymond*. Et pourtant… la juste dose d’insuline est aussi fonction de la qualité de la technique d’injection. L’’évitement des hypoglycémies et le calcul des doses adéquates d’insuline sont des points hyper importants pour les professionnels de santé.

Piqure d'insuline

Les entretiens de la nouvelle étude qualitative « Représentations et usages des stylos d’injection d’insuline. Croisement des regards patients et professionnels de santé » réalisée par le Diabète LAB, outil de la Fédération Française des Diabétiques, sont édifiants.
*président de la Fédération Française des Diabétiques

Patients diabétiques informations

Formation de « boules de graisse » ou Lipohypertrophies.

Formation de « boules de graisse » ou Lipohypertrophies.

Sur les 25% de patients diabétiques traités par injections quotidiennes d’insuline1, beaucoup n’appliquent pas la technique d’injection optimale. Formation de « boules de graisse », douleurs, saignements, impact sur l’équilibre glycémique sont les conséquences du non respect des bonnes pratiques. La moitié des patients diabétiques traités par injections estime avoir des lipohypertrophies2, reflets d’une injection non maîtrisée. Ils parlent de « boules ou bosses qui surviennent lorsque les injections sont répétées sur un même site », décrit le Dr Mosnier-Pudar*.

Utilisation de la même aiguile

Un phénomène qui se produit quand l’aiguille est réutilisée et si la rotation des sites d’injection n’est pas correctement réalisée.
* médecin spécialiste en diabétologie au Centre Hospitalier Cochin (Paris)

Des erreurs à éviter

Schéma pour une bonne injection

Pour éviter les lipohypertrophies, une rotation optimale des injections doit être mise en place sur les quatre sites possibles, abdomen, cuisses, partie postérieure haute du bras et fesses.

– 9 patients sur 10 n’appliquent pas de schéma optimal de rotation des sites d’injection2 qui préviendrait les lipohypertrophies.
– « Un sur trois s’injecte dans ces zones2 sans en mesurer les conséquences sur la résorption, alors imprévisible, de l’insuline, à l’origine de variations de la glycémie3, des doses d’insuline injectées… et d’hypoglycémies » souligne e Dr Mosnier-Puda. Enfin, près d’1 patient sur 4 réutilise ses aiguilles à stylo2. Pour une injection maîtrisée et une insulinothérapie sans aléa glycémique, des règles d’auto-injection ont été consensuellement établies. Ces règles émanent d’un groupe de 150 experts internationaux lors de l’évènement scientifique FITTER en 2015. Elles ont abouti à la publication d’un nouveau référentiel sur la technique d’injection en septembre 20163. Cette publication concerne :
– le repérage des lipohypertrophies.
– la rotation des sites d’injection.
– la préconisation d’aiguilles courtes (4 mm préférentiellement) pour atteindre le tissu cible de l’injection, entre derme et muscle, et la non réutilisation des aiguilles.

Méthode pour une injection maîtrisée

Sites d'injection

Sites d’injection

« Les bosses et boules de graisse doivent être systématiquement repérées avant une nouvelle injection ; elles le sont à l’inspection et/ou à la palpation légère » indique le Dr Mosnier-Pudar. Pour éviter les lipohypertrophies, une rotation optimale des injections doit être mise en place sur les quatre sites possibles, abdomen, cuisses, partie postérieure haute du bras et fesses.

Sites d'injection

Sites d’injection

Les sites d’injections doivent être divisés en plusieurs zones à utiliser sur une semaine, qui « tournent » toutes les semaines. Au sein de ces zones, les injections doivent être espacées de la largeur d’un doigt environ3. Dans ces conditions optimales, pour un patient réalisant 4 injections par jour, chaque point d’injection ne sera pas utilisé plus d’une fois toutes les quatre semaines.

Longueur optimale de l’aiguille

L’aiguille de 4mm est assez longue pour traverser la peau (2mm en moyenne4), et suffisamment courte pour ne pas toucher le muscle.

L’aiguille de 4mm est assez longue pour traverser la peau (2mm en moyenne4), et suffisamment courte pour ne pas toucher le muscle.

La longueur optimale de l’aiguille, qui permet d’atteindre le tissu adipeux sans toucher le muscle est de 4 mm. Insérée à 90° sur la peau, elle atteint toujours le tissu adipeux sous-cutané, l’épaisseur superficielle de la peau n’étant que de 2 millimètres en moyenne. Les aiguilles de 4mm peuvent être utilisées par tous les patients diabétiques, quel que soit leur indice de masse corporelle, y compris chez les patients obèses recevant des doses importantes d’insuline.

Schéma pour la bonne longueur de l'aiguille

Schéma pour la bonne longueur de l’aiguille

Par ailleurs, si l’on risque de toucher le muscle, dans les zones plus maigres, ou chez l’enfant, mieux vaut faire le pli cutané entre le pouce et l’index avant d’injecter3. L’avantage collatéral à cette longueur d’aiguille courte est d’élargir le champ des possibles pour les injections. Enfin, à chaque injection, une nouvelle aiguille est nécessaire. « Sinon, le risque majeur, prévient le Dr Mosnier-Pudar, est que la dose d’insuline soit inexacte en raison de la formation possible de microbulles d’air lorsque l’aiguille est laissée sur le stylo ».

BD and Me™

première plateforme éducative en ligne de tutoriels vidéos,

Première plateforme éducative en ligne de tutoriels vidéos,

« Les bonnes pratiques d’auto-injection sont idéalement enseignées par les différents professionnels de santé, tout au long du suivi du diabète », assure Gérard Raymond. Ce médecin  plaide pour un accompagnement continu à l’injection et une juste répartition des tâches d’apprentissage entre infirmier, médecin et pharmacien. La formation à l’auto-injection doit être continue, pour tous. « Il nous faut toujours écouter le patient, entendre ses difficultés, susciter les questions », insiste le Dr Mosnier-Pudar.

Pour faciliter l’apprentissage d’une technique d’injection correcte, au long cours, gage de meilleur équilibre glycémique4, BD*, lance la première plateforme tutorielle, BD and MeTM. Celle-ci est conçue pour le patient qui apprenne à son rythme 24 heures sur 24. L’outil est intuitif et adapté aux besoins de chacun. Les conseils sont divulgués par les professionnels de santé. Son contenu pédagogique reprend les nouvelles recommandations pour la délivrance de l’insuline. 26 vidéos (14 dès aujourd’hui, 12 supplémentaires en septembre 2017) traitent des modalités de l’injection
– : se piquer au bon endroit, avec la bonne longueur d’aiguille.
– gérer les bosses aux sites d’injection.
– connaître la vitesse de résorption selon le site d’injection, faire un pli cutané…
L’accompagnement, personnalisé, du patient en est facilité, le temps de consultation optimisé, que ce suivi soit assuré par l’infirmier, le médecin ou le pharmacien.

*premier fabricant d’aiguilles pour stylos à insuline.

Plateforme éducative en ligne

1 CNAMTS 2017 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses. Propositions de l’Assurance Maladie pour 2017. 2 Enquête mondiale sur les pratiques des patients, que font les patients en France? 21 centres hospitaliers, 254 patients. Étude multicentrique en ouvert (Oct 2013- Fév 2014). 3 Frid A, Kreugel G, Grassi G, Halimi S, Hicks D and al. New insulin delivery recommandations. Mayo Clin Proc. 2016;91(9):1231-1255 (référentiel Fitter) 4 Grassi G, Scuntero P, et al. Optimizing insulin injection technique and its effect on blood glucose control. Journal of Clinical & Translational Endocrinology. 2014. 1: p145-150. © 2017 BD. BD, le Logo BD et toutes les autres marques sont la propriété de Becton, Dickinson and Company.

www.bd.com/bdandme

Crédit Photos : BD and Me™

A lire aussi sur Dynamic Seniors : http://dynamic-seniors.eu/articulations-et-troubles-musculaires/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Centre Termal d'Avène

jeudi, septembre 14, 2017

L’Eau thermale d’Avène : une signature minérale unique

L’Eau thermale d’Avène est un soin unique qui soigne les problèmes de peau. Cette eau puise sa signature au coeur de la végétation préservée du Parc naturel Régional du Haut-Languedoc. Son efficacité lui vient de la préservation de sa composition riche et invariable. Les laboratoires Pierre Fabre ont beaucoup investi pour obtenir des résultats optimum. Avec les produits Avène, vous […]

En savoir plus

Gamme Dermasens

lundi, septembre 11, 2017

Dermasens prend soin des peaux sensibles

La gamme Dermasens est dédiée au soin et à l’hygiène des peaux sensibles et délicates. Si votre peau est fragile, ces produits sont parfaits pour vous. Nous vous les présentons.

En savoir plus

MAUVAISE HALEINE

dimanche, septembre 10, 2017

CB12 traite l’halitose (mauvaise haleine)

CB12 va aider ceux d’entre vous qui ont un problème de mauvaise haleine (halitose). Ce sujet tabou et délicat à aborder concerne environ 25% de la population. Il pourrait augmenter avec l’âge car en vieillissant la production de salive diminue. Le point avec le laboratoire Mylan.

En savoir plus