novembre 8, 2018 7:05

Publié par Caroline PAUX

Exposition Photos Hôtel de Ville de Paris

L’exposition « Photographier Paris, nouveaux regards sur la ville », présente une nouvelle scène de la photographie contemporaine. À l’Hôtel de Ville de Paris, du 5 novembre 2018 au 5 janvier 2019. 16 photographes nous racontent leur Paris.

Paris Capitale de la photographie

Exposition Photos Hôtel de Ville de Paris

Novembre à Paris est à cocher d’une grande croix pour les amoureux de la photographie. Ce mois-là, la ville devient réellement la capitale de la photographie. Des manifestations sont organisées de toute part : Paris Photo, le Salon de la photo, Fotofever, Photo Saint-Germain… ainsi que de très nombreuses expositions.
La mairie de Paris a choisi de mettre en avant la jeune création photographique à travers une très belle exposition intitulée « Photographier Paris, nouveaux regards sur la ville ». Seize jeunes photographes français et étrangers apportent leur regard sur la ville. Un regard contemporain loin des images habituelles.

Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris pour la Culture 

Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris pour la Culture 

« Une exposition qui accueille l’audace »

Pour Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris pour la Culture, « cette exposition accueille l’audace. Les photographes présentent un travail qui s’inscrit dans la durée. Ils ont pris le temps et leurs séries sur Paris sont magnifiques… Leurs clichés, parfois emblématiques ou surprenants du paysage parisien, reflètent avec humour et mélancolie, naturel et mise en scène, les différentes facettes de la ville de Paris. » Pour lui, la photo est le contraire de la frontière. C’est avant tout la liberté qui ne doit jamais être remise en cause. Plus de 200 photos sont exposées.

Le parcours de l’exposition est ponctué de séries et de tirages grand format.

Le parcours de l’exposition est ponctué de séries et de tirages grand format.

Un nouveau paysage de la capitale

On n’y voit pas les clichés habituels qui font de Paris, la plus belle ville du monde. En revanche, on y découvre des portraits, des paysages, de l’architecture, différentes facettes de la ville… Pour les trois commissaires de l’exposition, Fannie Escoulen, Pierre Hourquet et Anna Planas « l’exposition Photographier Paris tend à dessiner un nouveau visage d’une cité vivante et plurielle. Dans une diversité d’écritures, ils s’attachent à la Ville ou à ses bordures, de manière décalée, inattendue, insolite. Les artistes photographes travaillent avec cette matière foisonnante que sont ses habitants, son architecture, ses événements, son urbanité. Tous ont l’ambition d’un regard original, drôle ou grave, mélancolique ou coloré, chaotique ou silencieux. Du documentaire à l’intime, de la fiction personnelle aux petits instants anodins de la réalité, ils dépassent l’anecdotique. Ils livrent une nouvelle mosaïque, une cartographie imaginaire d’un Paris aux multiples langages. »

Le regard de onze photographes

Une promenade s’installe alors dans le parcours de l’exposition…

Thomas Boivin, Belleville

Thomas Boivin (France), à Belleville-Ménilmontant, rencontre les passants et leur tire le portrait depuis cinq ans. Il utilise la chambre 4X5 et le moyen format pour retranscrire une qualité de tons et une subtilité de détails. Ses portraits sont magnifiques, naturels, profonds !

Thomas Boivin est allé à la rencontre des passants…

Thomas Boivin est allé à la rencontre des passants…

Ola Rindal, Paris

Ola Rindal (Norvège) déambule et saisit des images insolites teintées d’onirisme. Il nous montre des zones vides ou aveugles que nous ne regardons jamais… Des espaces du quotidien. Un Paris réel, mais à la limite de notre champ de vision.

Le Norvégien Ola Rindal parvient à saisir des images insolites dont ce “Pigeon blanc” réalisé en 2001.

Le Norvégien Ola Rindal parvient à saisir des images insolites dont ce “Pigeon blanc” réalisé en 2001.

Yusuf Sevinçli, Paris

Yusuf Sevinçli (Turquie) marche, vole des images et s’échappe. Ce photographe a passé près de deux années à Paris en 2015 et 2016. Il s’y est installé, le temps de pénétrer l’âme de la ville, de s’imprégner de ses pulsations, de son rythme, de ses habitants. Ses images sont comme des arrachements de la réalité, saisies sur le vif puis emportées tels des rêves oniriques, étranges et sensuels.

Yusuf Sevinçli, est un photographe de rue. Une écriture singulière, pleine d’énergie, tout en noir et blanc.

Yusuf Sevinçli, est un photographe de rue. Une écriture singulière, pleine d’énergie, tout en noir et blanc.

Yusuf Sevinçli, réinvestit la rue et montre sa vraie nature…

Yusuf Sevinçli, réinvestit la rue et montre sa vraie nature…

Stephan Keppel, Entre Entree

Stephan Keppel (Pays-Bas) observe et fragmente des morceaux de Ville. Il reproduit les variations infinies des surfaces de la ville – avec son jeu d’impressions, ses appareils photos et ses stocks de papier. Sa nouvelle structure urbaine et visuelle, dont l’approche est expérimentale, donne une perspective unique sur la ville.

Stephan Keppel et son univers de béton…

Stephan Keppel et son univers de béton…

Paulien Oltheten, NON

Paulien Oltheten (Pays-Bas) s’installe à un coin de rue et interroge le chaland : pourquoi NON ? Fréquemment, elle a arpenté le quartier des Olympiades dans le XIIIe arrondissement durant sa résidence à la Cité des Arts de Paris. Elle y a trouvé un mur, un graffiti, NON. Elle s’est alors attachée à capturer les passants, dont les visages pris dans la perspective du mur sont entrés en collision avec le mot et en a conçu une pièce sonore.

Paulien Oltheten, commente ses images à Christophe Girard

Paulien Oltheten, commente ses images à Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris pour la Culture, dont cette immense image, “Olympiades”, admirable par sa composition et situation.

Lucile Boiron, Young Adventurers chasing the Horizon

Lucile Boiron (France) s’engage auprès de migrants et peu à peu les photographie. Elle a commencé à fréquenter les campements de réfugiés à Paris. Au fil des mois des liens se sont créés entre elle et les migrants qui l’ont invité à les photographier. Elle apporte un regard digne et humain sur ces réfugiés qui lui ont fait confiance.

Lucie Boiron a réalisé un travail remarquable, digne, humain auprès des réfugiés à Paris.

Laurent Chardon, Dédale

Laurent Chardon (France) documente la ville et ses transformations, perdu dans un labyrinthe sans issue. Il présente trois séries réalisées lors de randonnées nocturnes et hivernales. Il nous entraîne au cœur de la ville et des quartiers des Grands Magasins, vers ceux jouxtant le périphérique et ses alentours.

Laurent Chardon présente trois séries urbaines et nocturnes. Chacune de ses images est un choc.

Laurent Chardon présente trois séries urbaines et nocturnes. Chacune de ses images est un choc.

Laurent Chardon présente trois séries urbaines et nocturnes. Chacune de ses images est un choc.

Peter Tillessen, Superficial images

Peter Tillessen (Allemagne), avec humour, invente des micros-fictions urbaines. Il photographie l’ordinaire populaire pour y déceler l’incongru. Tout est question d’interprétation, et le sens final des images sera laissé au libre arbitre du spectateur.

Les “Superficial images” de Peter Tillesen.

Les “Superficial images” de Peter Tillesen.

Sandra Rocha, La vie immédiate

Sandra Rocha (Portugal) s’attache à une bande d’adolescentes en banlieue. Sa série prend sa source dans la géographie du Grand Paris, au confluent de deux grands cours d’eau : la Marne et la Seine. Elle a partagé son voyage avec des adolescents tout juste éveillés et conscients de la fuite du temps.

Sandra Roche (à droite), montre le Grand Paris, en Seine-et-Marne.

Sandra Roche (à droite), montre le Grand Paris, en Seine-et-Marne.

Geoffroy Mathieu, Le principe de la ruralité

Geoffroy Mathieu s’attelle au principe de ruralité contemporaine induit par la production agricole dans l’agglomération parisienne. Il documente ces bouleversements spatiaux, l’apparition des nouveaux métiers qui génèrent chez les parisiens de nouveaux rapports à la terre, aux aliments et aux paysages. 

Les paysages de Geoffroy Mathieu.

Les paysages de Geoffroy Mathieu. Il montre la production agricole dans l’agglomération.

Louis Matton, Aéroparis 

Enfin, Louis Matton (France) s’invente architecte, urbaniste, dirigeant politique, en créant le projet Aéroparis. Commencé en 2014, Aéroparis est constitué d’un projet urbanistique, l’Aéroport Grand-Paris-Centre, mais aussi d’images, objets, expositions, afin de promouvoir son activité.

Louis Matton devant son image “In-sight” invente un aéroport au cœur de Paris… Étonnant.

Louis Matton devant son image “In-sight” invente un aéroport au cœur de Paris… Étonnant.

Cinq photographes à contre-champs visuels

Autour de ces onze grands ensembles, s’articulent les images grand format de cinq photographes. Safouane Ben Slama (France), Quentin De Briey (Belgique), Laurent Kronental (France), Ye Rin Mok (Corée du Sud), Maxime Verret (France). De superbes contre-champs visuels et poétiques qui complètent les séries déployées.

Safouane Ben Slama, aime le beau et il le montre…

Safouane Ben Slama, aime le beau et il le montre…

En savoir plus

• Exposition gratuite à l’Hôtel de Ville, 5 rue de Lobau – Paris 4e
• Du 5 novembre 2018 au 5 janvier 2019
• Ouvert tous les jours sauf dimanches et jours fériés, de 10 heures à 18 h 30 (dernière entrée à 17 h 30).

https://www.paris.fr/actualites/paris-dans-l-il-des-photographes-a-l-hotel-de-ville-6220

Photos prises lors du vernissage de l’exposition, lundi 5 novembre 2018 par Caroline Paux

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniorshttps://dynamic-seniors.eu/nourritures-elementaires-rabelais/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Friedrich Schroeder, Vue du sphinx et de la grande pyramide, prise du sud-est, 1809-1822,

dimanche, novembre 11, 2018

L’archéologie en bulles : une exposition qui fait dialoguer l’archéologie et la bande dessinée

L’archéologie en bulle, la Petite Galerie, vous propose une exposition qui fait dialoguer l’archéologie et la bande dessinée. Une centaine d’oeuvres, une sélection de planches d’auteurs inspirés par l’archéologie vont vous permettre de vous se glisser dans les pas des curieux, amateurs et archéologues. Vous découvrirez fortuitement des «trésors».

En savoir plus

Festival des Nourritures Elémentaires à Chinon

vendredi, novembre 2, 2018

Les Nourritures Elémentaires : Rabelais, du vin et des  idées… à Chinon

Le corps, 4ème édition du festival Les Nourritures Elémentaires “Rabelais, du vin, des  idées”  se déroule à Chinon jusqu’au 4 novembre 2018. Gratuit, ce Festival appelé Les Nourritures Elémentaires s’adresse aux bons vivant pour sa partie gastronomie. Il concerne également ceux qui ont envie de culture car la ville de Chinon va leur permettre de plonger dans les tréfonds […]

En savoir plus

Aga : rencontre du documentaire et du rêve.

mercredi, octobre 31, 2018

Aga : un film intime et cosmique qui mêle la fiction et le rêve

Ága nous révèle un monde radicalement inconnu qui finit par devenir très proche de nous. Intime et cosmique, il nous révèle la rencontre entre le documentaire et le rêve. » Grand prix 2018 du Festival du film de Cabourg présidé par André Téchiné.

En savoir plus