Miró au Grand-Palais : une magnifique rétrospective de son oeuvre

A la une, Expositions

Miró au Grand-Palais : une magnifique rétrospective de son oeuvre

1462

C’est avec bonheur que j’ai découvert la rétrospective dédiée au grand maître catalan Joan Miró (1893-1983. 150 œuvres sont exposées d’après une scénographie spécialement créée pour les espaces du Grand Palais. Tout est fait nous rappeler l’univers méditerranéen de l’artiste. Les œuvres majeures qui s’y côtoient, mettent en lumière un itinéraire marqué de renouvellements incessants. Peintures, dessins, céramiques, sculptures, livres illustrés… aucune oeuvre n’a été oubliée.

Cette superbe rétrospective sur Joan Miró vise les périodes charnières de l’artiste. Plus de 150 œuvres viennent des grands musées européens et américains mais également de collections privées. Les oeuvres de l’artiste ne sont ni abstraites, ni figuratives. Pourtant, son art est devenu un langage particulier qui n’a fait que se développer au fil des années.

Le peintre Joan Miró

Joan Miró : sa vie son oeuvre

Le peintre Joan Miró

La Catalogne, sa terre natale, lui a offert l’inspiration et Paris fut son premier tremplin. L’artiste y est arrivé à l’époque du réalisme, du surréalisme. Il y a côtoyé les écrivains et les poètes les plus célèbres du moment. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Joan Miró détestait la célébrité. Pour lui, devenir un homme célèbre correspondait au début de l’échec. Contrairement à certains artistes, il n’aimait pas parler de son travail. Il s’activait nuit et jour pour créer ses oeuvres. Il les a créé dénuées de toute anecdote, de tout magnétisme et de toute complaisance à l’égard des modes. Il n’avait de cesse de remettre en question son langage pictural… quitte à briser l’élan qui le portait.

Toile de Joan Miró

Un virage stupéfiant

Toiles de Joan Miró

Dès les années 1920, l’artiste exprime sa volonté d »assassiner » la peinture. Il estimait qu’un tableau est une somme de destructions, contrairement à son ami Picasso pour qu’il il s’agissait d’additions. Il développe des pratiques novatrices. Ses oeuvres expriment la protestation et témoignent de ses luttes. Non stop, il mènera un corps-à-corps avec la matière pour affirmer la puissance du geste créateur. Avec Pablo Picasso, il est l’un des rares artistes à avoir lancé un défi au surréalisme et à l’abstraction. C’est en termes puissants et poétiques que Joan Miró traduit la liberté dont il est farouchement jaloux. C’est ainsi qu’il redonne à la peinture tous ses pouvoirs.

Exposition Miró au Grand-Palais

Sept décennies de créations

Exposition Miró au Grand-Palais

Peintures, dessins, céramiques et sculptures s’offrent à nos yeux éblouis. La mise en lumière de l’itinéraire de l’artiste nous fait découvrir les renouvellements incessants de son talent. Impossible de rester insensible face à l’évolution technique et stylistique de Joan Miró. Expressionniste, détailliste, surréaliste, sauvage et l’œuvre ultime nous en mettent plein les yeux. Les rapprochements étonnants qu’il utilise nous ouvrent un univers plein de métamorphoses. Progressivement, nous pénétrons dans son univers poétique.

Exposition Miró au Grand-Palais

Quand l’amitié s’en mêle

Miró et Picasso

Pablo Picasso et Joan Miró à Vallauris en 1948.

C’est Jean-Louis Prat, ancien directeur de la Fondation Maeght et grand ami de l’artiste qui a oeuvré à cette exposition. Venues du monde entier les oeuvres de Joan Miró forcent l’admiration. Certaines étaient la propriété de collectionneurs privés et n’avaient jamais été exposées. Jean-Louis Prat est certainement l’un des meilleurs connaisseurs du travail de Miró. Le circuit est ponctué de respirations thématiques. L’une d’entres elle est dédiée aux amitiés entretenues avec Breton, Leiris, Masson, Artaud, Aragon et Picasso. Impossible de ne pas remarquer la superbe photo grandeur nature des deux Catalans.

Miró son atelier Palma de Majorque

Son atelier à Palma de Majorque

Qui est Miró

Exposition Miró au Grand-Palais

Natif de Barcelone, fils d’horloger, le jeune Joan n’aimait pas les bancs de l’école de commerce imposée par son père. Depuis sa plus tendre enfance, il voulait devenir un artiste. Son premier dessin connu remonte à ses 8 ans. Déprimé, à 19 ans, il intègre l’école d’art de Francesc Galí et découvre les avant-gardes dont il fait son miel. Longtemps, il navigue entre la ferme familiale de Mont-roig et un Paris artistico-intellectuel bouillonnant. En 1956, il s’installe à Majorque où il finit ses jours, en 1983. C’est ici, à Palma, que son travail prend une nouvelle direction parce qu’il entend « dépasser la peinture de chevalet ».  Ses tableaux se dépouillent car il « éprouve le besoin d’atteindre le maximum d’intensité avec le minimum de moyens ».

Exposition Miró au Grand-Palais

Auto-portrait

Miró : son auto portrait

Miró a 27 ans quand, à Mont-roig, il peint cet autoportrait sur lequel il apparaît grave et les traits dépourvus d’expression. Il a la tête ronde, les cheveux calamistrés, le nez fin et les yeux écarquillés. Découpé en trois zones, son visage donne l’impression qu’il a un masque posé sur la face. La veste catalane rouge et son pan droit, décomposé en larges aplats saillants, renvoient au cubisme. A l’époque, les critiques furent déconcertés par ce tableau. En 1918, le marchand d’art Josep Dalmau offrit la toile à Picasso qui la conserva jusqu’à sa mort.

Exposition Joan Miró du 3 octobre 2018 au 4 février 2019.

Boutique du Grand-Palais

Boutique du Grand-Palais

Cette exposition intervient quarante-quatre ans après celle qu’avait organisée Jean Leymarie et Jacques Dupin dans ce même lieu en 1974. Des prêts exceptionnels, provenant de grands musées internationaux, européens et américains, ainsi que de grandes collections particulières mettent l’accent sur les périodes charnières de Miró qui déclarait : « Les gens comprendront de mieux en mieux que j’ouvrais des portes sur un autre avenir, contre toutes les idées fausses, tous les fanatismes ». La création de cet artiste d’exception irrigue l’art de tout le XXe siècle, irradiant de sa puissance et de sa poésie près de sept décennies avec une générosité et une originalité inégalées.

Grand-Palais
3, av. du Général Eisenhower
75008 PARIS
Accès
Métro Champs-Elysées Clémenceau
Prix
Tarif plein : 15€
Tarif réduit : 10€
Site
www.grandpalais.fr

Copyright : Gaëlle Alban

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors :

Les commentaires ne sont pas disponibles!