février 24, 2018 10:27

Publié par Frédérique Danielle LEBEL

Napoléon Bonaparte
Depuis le 27 janvier 2018, il est possible de découvrir le tout nouveau Musée Napoléon à Brienne-Le-Chateau. Après 47 années d’existence, ce Musée a décidé de refaire peau neuve, pour le plus grand plaisir des amateurs d’art et d’histoire.

A travers un espace d’exposition agrandi, des outils de médiation modernes, une muséographie innovante et une programmation ambitieuse, le musée présente différentes facettes de Napoléon Bonaparte. Ainsi, les visiteurs découvrent un parcours scénographique travaillé autour de quatre axes : Marquer les esprits, construire une silhouette/ La mise en scène militaire : tacticien et stratège/ Le réformateur, Napoléon et les institutions/ Un homme, des hommes, Napoléon intime.

Le musée Napoléon : un patrimoine historique et sentimental

Napoléon Bonaparte
Classé Monument Historique en 1933, le musée est installé dans le bâtiment restant de l’ancienne école royale militaire de Brienne-le-Château. Depuis sa création en 1969 sous l’égide d’élus et de passionnés, et jusqu’à sa fermeture en mai 2016, il présentait les trois passages de Napoléon Bonaparte dans la ville. La Ville de Brienne-le-Château ne pouvait laisser décliner un patrimoine historique aussi important. Renouvelé, le musée Napoléon permet de s’approprier l’histoire de France tout en se rattachant à l’histoire locale. Espace d’exposition agrandi, outils de médiation modernes, muséographie innovante, programmation ambitieuse, tout a été conçu et organisé pour que le musée se positionne comme un atout majeur pour dynamiser l’offre touristique locale.

Sur les traces de Bonaparte

Napoléon Bonaparte
Dans le prolongement de l’allée des tilleuls,  le portail en pierre couronné par la statue de Napoléon accueil les visiteurs  qui peuvent ainsi se mettre à la place du jeune Bonaparte arrivant pour la première fois à l’école royale militaire de Brienne  en traversant cette  fameuse allée. Quand au bâtiment, afin de garder les traces de son évolution, les lambris qui constituaient autrefois les murs des différentes salles ont été réinstallés.
Brienne-le-Château représente en effet trois étapes de la vie de Napoléon. Arrivé en mai 1779, à peine âgé de dix ans, le jeune Bonaparte devient ici pleinement français. Il se montre studieux, avide de lecture, doué pour les mathématiques. Son origine modeste et son accent corse attirent les quolibets de ses condisciples issus de la noblesse française. Grâce à l’enseignement donné, il acquiert les connaissances qui feront de lui un génie militaire ; il affute également son caractère et son avenir se dessine entre les murs de l’école royale militaire de Brienne-le-Château.
En 1805, tout juste sacré Empereur des Français et à l’apogée de sa vie, Napoléon, alors sur le chemin de Milan pour se faire couronner roi d’Italie, fait une halte sur les terres de son adolescence et est accueilli par une population en liesse.
En 1814, la France est envahie, Napoléon n’a d’autre choix que de retourner combattre. Le destin voudra que la première bataille de la Campagne de France se déroule à Brienne-le-Château, le 29 janvier, contre le feld-maréchal Blücher, commandant des armées russo-prussiennes. Après une lutte sans merci, l’armée ennemie finit par quitter la ville, la laissant en ruines aux mains des Français. Napoléon entreprend alors, à la tête de sa petite armée, de séparer les armées alliées et de les vaincre séparément. Champaubert, Montmirail, Vauchamps et Montereau seront des victoires sans lendemain. Napoléon vaincu devra abdiquer et prendre la route de l’exil.
C’est ainsi que l’on a pu écrire que Brienne-le-Château représentait l’aube, l’apogée et le crépuscule de l’épopée impériale.

Les quatre thématiques de l’exposition permanente

Napoléon Bonaparte

« Marquer les esprits, construire une silhouette »

La 1er séquence, intitulée « Marquer les esprits, construire une silhouette » met en avant le vêtement principal qui fait la reconnaissance de Napoléon par tout le monde : le bicorne. Pièce maîtresse des collections du Musée Napoléon, le bicorne est ici visible de toute part, suspendu dans une vitrine permettant de le mettre totalement en valeur. Autour du fameux chapeau, les attitudes du personnage sont montrées grâce aux divers bustes et statues où il est parfois clairement mis en scène. Les autres aspects de son image comme la main dans le gilet, la redingote… sont retracés dans un film montrant l’évolution de la tenue de Napoléon au fil de sa vie. A l’aide d’une borne tactile présentant les grands tableaux retraçant l’épopée napoléonienne, il est possible de comprendre comment l’image de Napoléon s’est construite. Après sa mort, la légende perdure avec la diffusion de cette silhouette qui s’est essentiellement faite au travers d’objets que l’on peut qualifier d’art et traditions populaires, en partie présentés ici : les assiettes parlantes.

La mise en scène militaire : tacticien et stratège

Plan de l'Ecole Royale Militaire

La 2e séquence aborde l’aspect le plus connu de l’histoire napoléonienne, la mise en scène militaire. Reconnu comme un excellent tacticien et stratège, Napoléon a participé à de nombreuses batailles et échafaudé de nombreuses stratégies. Parmi les combats où toute la tactique napoléonienne est mise en exergue, se trouvent Austerlitz et Wagram. A l’aide de deux dispositifs multimédia, il est possible de revoir le tracé et les mouvements de chaque troupe lors de ces batailles. Outre le génie militaire de leur chef, la réussite des campagnes napoléoniennes n’est possible qu’avec l’intervention de la fameuse Grande Armée. Aidé d’un mannequin habillé en reconstitution d’habits d’époque, on peut se rendre compte de toute la force et la valeur de ces soldats qui combattaient et marchaient équipés d’un paquetage complexe montré ici : shako, havresac, fusil, épée,… En dernier lieu, un point d’attachement au territoire est rappelé avec l’évocation de la Campagne de France 1814, disputée en grande partie en Champagne et particulièrement dans l’Aube. Le département a en effet été le théâtre de nombreux combats décisifs pour la suite des événements : Brienne-le-Château le 29 janvier, La Rothière le 1er février, Nogent-sur-Seine le 11 février, Arcis-sur-Aube les 20 et 21 mars…

Le réformateur, Napoléon et les institutions

Napoléon et Brienne-le-Château

Grâce aux boiseries datant de l’école royale militaire (XVIIIe siècle) et à la cheminée remise en valeur grâce aux travaux, cette salle aborde les réformes, souvent oubliées, voire méconnues. Mises en place sous Napoléon, elles sont pourtant nombreuses, intégrant les considérations de la vie quotidienne du XIXe siècle et pourtant toujours d’actualité. La 3e séquence aborde donc plusieurs de ces réformes qui régissent la France. Un Code civil des Français ou Code Napoléon première édition An XII (1804) in quarto broché, est mis en exergue dans une vitrine. Il est certainement la réforme la plus connue instaurée sous Napoléon. Dans la pièce, trois séquences filmées racontent trois institutions : le Code civil, les préfets avec les explications de Jean Tulard, et le baccalauréat. Cependant ces réformes ne constituent qu’une partie de celles engagées par Napoléon. Un feuilletoir disposé au centre de la salle en aborde d’autres : les canaux, le code du commerce, la banque de France,…

« Un homme, des hommes, Napoléon intime »

Napoléon Bonaparte

A travers la dernière séquence de l’exposition permanente, c’est une facette parfois méconnue de Napoléon qui est évoquée : Napoléon intime. Son lien avec Brienne-le-Château est prédominant dans cet espace avec l’évocation de ses cinq années passées à l’école royale militaire. Son livre de prix, ou les diverses représentations de la fameuse bataille de boules de neige, sont autant d’éléments centraux qui aident à comprendre le caractère de Napoléon. Sont évoqués également les liens avec sa famille, son enfance, ses mariages… Cette séquence aborde également la fin de la vie de Napoléon, de son premier exil sur l’île d’Elbe, à Sainte-Hélène et sa mort, en passant par Waterloo. La visite se clôture avec non pas la mort de Napoléon, mais avec le Mémorial de Sainte-Hélène où Napoléon parle sous la plume de Las Cases, de sa vie passée. Véritable élément participant de la légende napoléonienne, le Mémorial renvoie également à la première séquence quant à la propagation de son image.

Musée Napoléon
34 rue de l’École Militaire
10500 Brienne-le-Château

Du 2 mai au 30 septembre : tous les jours de 10h à 18h.

Du 1er octobre au 30 avril : du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h.

03 25 27 65 80
contact : contact@musee-napoleon-brienne.fr

aube-champagne.com

Copyright : Frédérique Lebel

A lire aussi sur Dynamic Seniorshttp://dynamic-seniors.eu/nogent-sur-seine-camille-claudel/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Notre-Dame du Bourg à Rabastens, un joyau de style gothique occitan.

mercredi, juin 20, 2018

Inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO : la flamboyante église tarnaise de Rabastens

Terre du pastel, de Toulouse-Lautrec, de l’ail rose, des vins de Gaillac, de la spectaculaire cathédrale en briques Sainte-Cécile d’Albi, le Tarn peut s’enorgueillir de cinq pépites remarquables, inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Parmi ces cinq joyaux, la flamboyante Notre-Dame du Bourg à Rabastens, un joyau de style gothique occitan.

En savoir plus

Auguste Pointelin à Dole

lundi, juin 18, 2018

La peinture d’Auguste Pointelin : à découvrir au musée des Beaux-Arts de Dole

La souriante ville de Dole dans le Jura est à découvrir à pied, en flânant, nez en l’air, pour admirer tous les détails architecturaux de cette cité, qui fut la prospère capitale de la Comté jusqu’en 1678. Parmi ses lieux incontournables : le musée des Beaux-Arts. Installé depuis 1980 dans le pavillon des officiers, cet édifice […]

En savoir plus

Marie Lincourt

lundi, juin 11, 2018

Voyage au bout de la vie de Marie Lincourt

Marie Lincourt va vous faire vibrer au travers de ce nouveau roman Voyage au bout de la vie…  le troisième d’une trilogie. Passionnée et passionnante, elle sait capter votre attention. Aventurière dans l’âme, elle aime voyager. C’est avec un brin de malice et de passion qu’elle raconte ses aventures africaines. Au travers de ses romans […]

En savoir plus