juin 11, 2018 10:40

Publié par Gaelle Alban

Marie Lincourt

Marie Lincourt va vous faire vibrer au travers de ce nouveau roman Voyage au bout de la vie…  le troisième d’une trilogie. Passionnée et passionnante, elle sait capter votre attention. Aventurière dans l’âme, elle aime voyager. C’est avec un brin de malice et de passion qu’elle raconte ses aventures africaines. Au travers de ses romans ou de ses articles, c’est un peu de sa vie qu’elle vous livre. J’ai fais sa connaissance lors d’un voyage de presse et c’est avec un grand plaisir que je vous la présente aujourd’hui.

Le voyage a fait partie intégrante de la vie de Marie pendant plusieurs années. Voyage à titre privée, voyage du à l’affectation de son mari devenu Préfet puis Inspecteur Général de l’Environnement. Ses nombreux livres retracent la vie de ses parents, la sienne et celle de son petit fils dans le livre “Enfants rois, parents martyrs” (1982) sous son nom d’épouse (Florence Hugodot) et co-écrit avec son mari Philippe Hugodot. Et oui, Philippe Hugodot est également écrivain.

Marie Lincourt avec une amie dans un village Sénégalais.

Marie Lincourt avec une amie dans un village Sénégalais.

Voyage au bout de la vie

Voyage au bout de la vie

L’histoire se déroule au Sénégal durant la période des révoltes casamançaises. Irène et Pierre se rendent compte que le danger les guette de toutes parts. Bien qu’on veuille leur mort, rien ne les arrêtera. Irène ira au devant des Africains au lieu de les fuir. Avec un courrage impressionnant, elle affrontera ses ennemis et s’immergera dans la culture autochtone pour trouver enfin le vrai sujet de sa peinture. Quand à Pierre, il assumera sa mission auprès du président Senghor. Mieux, il tiendra tête aux indépendantistes et parviendra à négocier la paix avec les rebelles. Puis, ce couple hors norme reviendra en France afin de poursuivre leur carrière respective. Qu’adviendra-t-il d’eux quand leur corps et leur esprit faibliront, et que la mort se profilera à l’horizon ? Auront-ils encore les moyens de faire face comme ils l’ont toujours fait ? Avec talent et brio, Marie Lincourt (son nom de plume) a  su construire une  histoire palpitante et  des personnages attachants. En permanence, l’amour, le pouvoir et la mort s’entremêlent.  Le dernier volet d’une saga familiale captivante rythmée par la guerre, l’amour et l’espoir.

Marie Lincourt a parcouru brousse en vélo.

Marie Lincourt a parcouru brousse en vélo.

Extrait de Voyage au bout de la vie

Chez le conteur , Marie avec eux sur la natte au coin du foyer

Chez le conteur , Marie avec eux sur la natte au coin du foyer

« Elle les vit arriver de loin et aussitôt, comme à l’accoutumée, d’étranges picotements se firent sentir au creux de ses paumes : pourquoi ce soudain malaise qui grandissait en elle à mesure qu’ils approchaient ?Et puis tout à coup, ils furent là, à ses côtés, un foulard leur masquant le nez et la partie basse du visage, un poignard à la main.Avant même qu’elle ait eu le temps de réaliser, les deux noirs s’étaient jetés sur elle, l’un la maîtrisant, l’autre lui pointant la lame sous la gorge… »

Mais qui est Marie Lincourt ?

Marie Lincourt avec le conteur et sa femme

Marie Lincourt avec le conteur et sa femme

Florence Quétand (son nom d’Etat civil) est née le 14 février 1948 à Paris. Grande, mince, blonde et très élégante, impossible de se douter qu’elle a 70 ans. Elle en paraît 50. Marie a étudié la psychologie puis s’est lancé dans le journalisme et la littérature.«J’ai commencé à écrire à l’âge de sept ans des chansons pour Sacha Distel dont j’étais très amoureuse à l’époque. Puis je me suis mise à écrire des poèmes et à 23 ans, j’ai publié mon premier roman intitulé “A pas de loup” chez Robert Laffont.» explique Marie qui poursuit «J’ai continué à écrire des chansons que je mettais dans mon placard. L’écriture bien que j’aurais aimé être exploratrice; Comme je me suis mariée alors que j’avais à peine 20 ans et j’ai tout de suite eu des enfants, je n’ai pas pu continuer à écrire». C’est après avoir mis au monde sont huitième enfant que Marie a commencé à rédiger des articles. Toutefois, elle avait quand même trouvé le temps de publier deux romans “Kanaké et “Enfants rois- Parents martyrs” aux Editions Mercure de France.

Le voyage n’est pas la seule passion de Marie Lincourt

En Mauritanie on voile Marie pour qu'elle ne montre ses jambes. Elle est avec la femme de son hôte et sa fille.

En Mauritanie on voile Marie pour qu’elle ne montre ses jambes. Elle est avec la femme de son hôte et sa fille. Photo de gauche. A droite avec le conteur et sa femme.

«J’ai fait du social, du médical, de l’évènementiel, de la politique et bien sûr du tourisme. A l’époque je vivais en Guadeloupe, après avoir vécu trois ans en Nouvelle Calédonie, mes trois années de paradis sur terre. Les mélanésiens sont des gens authentiques et c’est en tribu, en réserve mélanésienne intégrale, au milieu de 80000 kanake que j’ai appris leur langue ,  le Lifou, leurs coutumes et leurs superstitions. Je me suis fait soignée par des sorciers, j’ai dormi sur les nattes dans leurs cases, et j’ai été adoptée par une de leur tribu.». Marie revient en France pour suivre son sous-Préfet de mari et séjourne dans différentes provinces. Puis, elle se retrouve à nouveau au Sénégal pendant trois ans. Elle profite de ce séjour prolongé pour apprendre le wolof.« Je me suis adaptée à leur mode de vie et j’ai sillonné le Sénégal pour aller vivre une semaine dans un village Baïf al où j’ai partagé leur vie communautaire. Dans la journée j’ai soigné les enfants et le soir on priait et on mangeait tous ensemble avant de danser sous les étoiles.» Pour finir, sa passion du voyage a repris le dessus et son activité de journaliste l’a mené d’un bout à l’autre de la planète. Elle a effectué quelques parenthèses pour revenir au social comme quand elle accompagné un convoi humanitaire en Roumanie après la chute de Ceausescu. «J’ai toujours limité mes déplacements à  8 ou 10 jours pour revenir m’occuper de mes enfants.».

Marie sert le thé à ses hôtes

Marie sert le thé à ses hôtes

En 1980, Marie Lincourt a reçu la Médaille d’Argent et en 1989 la Médaille d’Or de la Famille française à Angers. Médaille remise par le préfet au nom du président de la République. Elle est membre de la Société des gens de lettres et du Woman Ray Club.

Marie Lincourt avec ses copines mélanésiennes et son amie blanche.

Marie Lincourt avec ses copines mélanésiennes et son amie blanche.

Pour la petite anecdote, Marie est la mère d’Eglantine Eméyé qui anime Le Monde de Jamy et Trouvez l’intrus. Le talent tient de famille.

Editions Pantheon
248 pages
Prix 17,50€

www.editions-pantheon.fr

Copyright : Marie Lincourt

Crédit Photos : Editions Panthéon pour la couverture.

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/musique-classique-cap-ferret/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Musée Beaux-Arts et Archéologie Besançon

mardi, décembre 11, 2018

Un musée prestigieux, rénové de fond en comble vient de re-ouvrir ses portes. Magnifique.

Il ne s’agit pas d’un geste anecdotique. D’une petite mise en conformité technique. D’une réorganisation sommaire. Non. Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, fermé depuis quatre longues années s’ouvre à nouveau. Pour le bonheur de tous. Ce plus ancien musée de France (il fut créé  en 1694, un bon siècle avant le Louvre) […]

En savoir plus

“Green Grey Symmetrical Mickael Jackson”, des tirages numériques montés sur plexiglas, bois et support polystyrène, de Paul McCarthy. Réalisé en 2003.

lundi, décembre 10, 2018

Une exposition sur Mickael Jackson, source d’inspiration, au Grand Palais

Comment Mickael Jackson, le roi de la pop, star mondiale de la planète musique, a-t-il inspiré les autres artistes ? Qu’ils soient photographes, peintres, sculpteurs, vidéastes ou chorégraphes, beaucoup ont été marqués par l’artiste. C’est ce que nous montre “Mickael Jackson : On the Wall”, l’exposition que l’on peut découvrir au Grand Palais jusqu’au 14 février 2019. 

En savoir plus

Vue générale de l'Exposition

mardi, novembre 27, 2018

Orsay vu par Julian Schnabel

Le musée d’Orsay a invité le peintre américain Julien Schnabel. Le but, proposer sa lecture des collections en sélectionnant des oeuvres. Ensuite, il les présente dans deux salles historiques, en conversation avec celles de l’artiste, de 1978 à aujourd’hui. Notre photographe Caroline Paux est allée voir cette exposition pour vous la présenter.

En savoir plus