Festin, une exposition d’art contemporain sur l’esplanade Paris La Défense

A la une, Expositions

Festin, une exposition d’art contemporain sur l’esplanade Paris La Défense

85

Une exposition qui vous en mettra plein les papilles vient d’être dévoilée sur l’esplanade de Paris La Défense. 32 artistes plasticiens de différentes générations parmi les plus importants de la scène française, y présentent une œuvre originale sur le thème de la gastronomie. Les reproductions des toiles sont réparties autour du chantier Table Square, un nouveau lieu dédié à la gastronomie. Celui-ci ouvrira ses portes d’ici la fin de l’année. L’exposition a été baptisée Festin, juste mot pour l’ensemble de ces toiles exposées qui nous suggèrent de nombreux mots et qualificatifs. Goût, saveurs, cuisine, gourmandise, plats, grandes tables, ou encore histoires ou mythes…

Cette exposition “régalera” les nombreux passants du plus grand quartier d’affaires d’Europe, du 26 mars au 17 juin 2019. C’est une initiative du promoteur immobilier Urban Renaissance qui a invité l’association La Source à exposer. Créée il y a presque trente ans par l’artiste peintre Gérard Garouste, la Source est une association à vocation sociale et éducative par l’expression artistique dont les artistes sont le moteur.

Exposition Festin La défense

Une large fourchette d’artistes

Le vernissage de l’exposition a eu lieu mardi 26 mars en présence d’une grande partie des artistes. Moment émouvant que de voir dévoilées les toiles unes à unes devant leurs créateurs. Chacun d’entre eux a accompagné la découverte de quelques explications.

Les toiles sont réalisées dans un format unique et ont été reproduites et agrandies pour l’exposition. Les œuvres originales seront vendues au profit de La Source à l’issue de l’exposition. Quelques œuvres complétant l’exposition ont également été réalisées par les enfants de La Source sous la direction d’artistes. Elles ont été conçues dans plusieurs sites de La Source, installés dans différentes régions de France. Vous serez bluffés par la qualité et l’originalité de leurs toiles.

Gérard Garouste

Festin de Gérard Garouste

Festin de Gérard Garouste

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018 « Instinctivement, le festin évoque pour moi l’opulence, l’abondance que l’on retrouve chez Rabelais ou dans la peinture de Jérôme Bosch. Mais en imaginant l’œuvre exposée sur l’esplanade de La Défense, j’ai préféré aller visuellement à l’essentiel. Ma définition du festin ce n’est pas le caviar ou un plat très copieux, mais c’est de dévorer un artichaut cru accompagné d’une bonne bouteille d’hermitage ! »

Peintre, graveur, sculpteur français, Gérard Garouste a été élu à l’Académie des Beaux-Arts en 2017. Il est l’une des figures majeures de la peinture française.

La table des enfants, de Pierre Carron

La table des enfants, de Pierre Carron

La table des enfants, de Pierre Carron

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

Pierre Carron est un immense artiste, peintre et sculpteur, membre de l’Académie des Beaux-Arts. Il a réalisé des œuvres impressionnantes comme les vitraux de la cathédrale d’Orléans, un double triptyque pour la cathédrale de Meaux.

After them, for them de Maude Maris

After them, for them de Maude Maris

After them, for them de Maude Maris

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« Par un procédé de fossilisation accélérée, Maude Maris compose une vanité pompéienne. Face à cette nature morte non périssable et ces objets embaumés, le regardeur est pris entre l’illusion perspective d’un espace lustré et la difficulté d’identifier leur échelle. »

Chouchou Délice, de Julien Beneyton

Chouchou Délice, de Julien Beneyton

Chouchou Délice, de Julien Beneyton

Peinture acrylique sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« Ce tableau est un témoignage de la vie contemporaine et cherche à rendre l’atmosphère d’une fin de journée balnéaire au mois d’août. « Chouchou Délice » s’installe tous les soirs d’été derrière la plage centrale de Bandol. Les passants, et ceux à qui la mer a donné faim, attendent impatiemment leurs churros devant la roulotte. Victimes de leur succès, les commerçantes sont organisées et gardent la cadence malgré la chaleur. Les churros y sont excellents et désirés par l’auteur diabétique. »

Oysters, d’Alain Séchas

Oysters, d’Alain Séchas

Oysters, d’Alain Séchas

Acrylique sur toile, 130 x 98 cm, 2018

« Un plat d’huîtres avec du citron et du beurre un peu salé ! Le pain et le vin blanc arrivent… De l’eau pétillante aussi. C’est mon menu préféré, le midi bien sûr, on mange plus agréablement le midi, on n’est pas fatigué comme le soir. C’est un petit ciel clair parisien, légèrement brumeux, que traverse comme un bouchon de champagne la tête d’un chef toqué… Nous aurons ensuite du pâté en croûte, des œufs, du jambonneau, du crabe, des grosses crevettes et un bel ananas. En bas, les généreux donateurs en sont eux-mêmes tout surpris… Le tout à l’acrylique sur une toile de 130 x 89 cm. Merci pour votre invitation ! »

Table, de Philippe Cognée

Table, de Philippe Cognée

Table, de Philippe Cognée

Peinture à la cire sur panneau de bois, 89 x 130 cm, 2018

« J’ai repris le thème des fins de repas que j’avais exploré il y a quelques années. J’aime

particulièrement ce thème de la vie. Le brouillage de l’image va dans le sens du sujet “fin de repas” où je peins le temps ; après avoir bien mangé et bien bu, les éléments se mettent à légèrement danser autour de moi alors que les voix des convives se mettent à résonner dans ma tête… Comme une peau fragile, la peinture écrasée est étalée telle une flaque sur ce panneau de peuplier. »

Avec le soleil et la réverbération, les invités du vernissage s’invitent à la table !

Dîner avec Peter Claez sur la rivière Oreti, d’Olivier Masmonteil

Dîner avec Peter Claez sur la rivière Oreti, d’Olivier Masmonteil

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« L’œuvre est un assemblage de plusieurs natures mortes hollandaises sur lequel est sérigraphié un motif décoratif japonais représentant une carpe koï. En surimpression, on trouve un paysage néo-zélandais d’une très célèbre rivière pour les pêcheurs à la mouche : l’Oreti. Ce tableau est construit comme un festin de peinture tant par les motifs, les sujets, les techniques et les couleurs. »

Ontbijt, d’Eva Nielsen

Ontbijt, d’Eva Nielsen

Impression, encres, et acrylique sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« En pensant au mot festin, ce sont bien sûr des images d’abondance et de banquets généreux qui surgissent. Les premières images qui m’ont marquée dans mon parcours d’artiste sont celles des peintres flamands. Notamment les célèbres banketje réalisées au XVIIe siècle. C’est à la fois le plaisir du peintre, qui se ressent dans la virtuosité des détails, mais aussi le second sens en palimpseste. L’opulence d’un jour, qu’il faut immédiatement saisir car le temps continue implacablement de s’écouler (…) Pour le projet Festin, je souhaite réaliser une peinture qui se nourrit de cette double lecture et de cette imagerie flamande : une scène de banquet, certes, mais filtrée par la sérigraphie. »

Déshabille-toi, Johnny, de Bruno Perramant

Déshabille-toi, Johnny, de Bruno Perramant

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« Sur un fond floral délicat (série des Spermflowers) des bribes de phrases typographiées en noir se dissolvent dans la peinture… Ces mots sont extraits du roman Le Festin Nu de Williams S. Burroughs comme un détournement poétique autant que thématique. Jeu de mots pour un festin orgiaque. »

Paris-Ferrento-Paris, Série « Allegro » de Gérard Fromanger

Paris-Ferrento-Paris, Série « Allegro » de Gérard Fromanger

Acrylique sur toile, 89 x 130, 2018

« Les fresques sur les murs des nécropoles étrusques sont un festin pour les morts. Cette peinture est un festin pour les vivants. »

Les ombres des passants se mêlent aux personnages de la toile… de ce grand artiste de la Figuration narrative dont la dernière rétrospective a eu lieu en 2016, au Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou.

Carnaval fooding de Fabien Verschaere

Carnaval fooding de Fabien Verschaere

Carnaval fooding de Fabien Verschaere

Acrylique sur toile, 89 x 130 cm, 2018

L’artiste développe un travail singulier, un univers peuplé de créatures hybrides, monstres et chimères issus de son imagination.

Le festin, de Grégory Forstner

Le festin, de Grégory Forstner

Le festin, de Grégory Forstner

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« Dans la peinture classique, l’animal – le plus souvent le chien -, est celui qui amène la conscience du spectateur dans l’espace narratif du tableau. Les rôles sont ici en quelque sorte inversés : la figure humaine dans l’assiette semble interroger la vacuité de l’animal. »

Objets comestibles, de Pierre Monestier

Objets comestibles, de Pierre Monestier

Objets comestibles, de Pierre Monestier

Acrylique sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« L’idée du tableau est de rendre visible ce qu’un certain type d’aliments, des objets qu’on dira comestibles, exerce sur l’activité cérébrale (et le teint) d’une figure imaginaire. Un jeu de correspondance aliment-pensée se fait par une sorte de miroir inversé et en couleurs

complémentaires. Deux spectateurs, sous la forme d’un oiseau et d’un lézard, sont là pour assister à la dégustation, symbolisant (ou non !) une idée de partage… »

Festin, de Damien Cabanes

Festin, de Damien Cabanes

Festin, de Damien Cabanes

Huile sur toile, 89 x 130 cm, 2018

« Il s’agit d’une composition très simple de quelques fruits et légumes posés au sol, avec une attention portée à la circulation de l’espace entre chaque élément. J’ai eu du plaisir à modeler chaque fruit et légume. La dominante est dans les rouges, contrastant avec les tiges vertes. Le sujet et ses composants peuvent sembler pauvres par rapport au thème donné, mais je ne suis pas un peintre de l’abondance ni de la surcharge ; en cuisine comme en peinture, on peut trouver une intensité avec une économie de moyens. Il s’agira évidemment d’ingrédients pour un festin végétarien ! »

Joie de rencontre, de Davor Vrankic

Joie de rencontre, de Davor Vrankic

Joie de rencontre, de Davor Vrankic

Mine de plomb sur papier, 89 x 130 cm, 2018 « Le sujet de l’exposition Festin m’a offert une possibilité de jouer avec la notion de matière et d’espace en mélangeant des éléments qui nous sont familiers et en même temps étranges. Dans le dessin que j’ai réalisé vivants et inanimés fusionnent dans un festin des matières où toutes les choses deviennent animées de leur intérieur. »

Le dernier festin de Speedy Graphito

Le dernier festin de Speedy Graphito

Le dernier festin de Speedy Graphito

Acrylique sur toile, 89 x 130 cm, 2018

Artiste précurseur d’avant-garde, reconnu comme l’un des pionniers du mouvement « Street Art » français (Art contemporain urbain), Speedy Graphito s’impose aujourd’hui internationalement comme l’un des artistes majeurs de sa génération.

« La nature morte reste un symbole épicurien emblématique d’une part. C’est aussi l’amorce d’une certaine abstraction. Les aliments ne sont plus « goût » mais « forme ». Les formes et les couleurs composent le rythme de la composition aliénant les saveurs au profit de

l’esthétique. J’ai voulu ici mixer des références artistiques comme autant de saveurs que de styles. L’opulence et l’abondance soulignent la générosité et la convivialité qui restent des valeurs de partage. »

Le festin sec, atelier conduit par Galatée Martin

Le festin sec, atelier conduit par Galatée Martin

Le festin sec, atelier conduit par Galatée Martin

Toile réalisée par un des ateliers de l’association La Source à Villarceaux (Val-d’Oise). Fruits séchés sur toile, 89 X 130 cm.

Le festin sec, atelier conduit par Sophie Simonet

Le festin sec, atelier conduit par Sophie Simonet

Le festin sec, atelier conduit par Sophie Simonet

Toiles réalisées par un des ateliers de l’association La Source à Itturia (Pays Basque) (Val-d’Oise). Acryliques sur toile, 89 X 130 cm.

Table Square, 4 500 m2 dédié à la gastronomie

Table Square, 4 500 m2 dédié à la gastronomie

À l’initiative d’Urban Renaissance, un nouvel ensemble de restaurants gastronomiques verra le jour au dernier trimestre 2019 sur l’esplanade de Paris La Défense. Table Square, est situé au cœur des sièges des plus grandes entreprises internationales et fréquentée par plus de 45 millions de personnes par an. Le projet Table Square s’inscrit dans le programme de valorisation des espaces sous-dalle du plus grand quartier d’affaires d’Europe. Il répond à la volonté de faire de Paris La Défense un véritable lieu de vie et de loisirs, au-delà des heures de bureau. Situé sur la place du bassin Agam aux pieds des tours EDF et Cœur Défense, Table Square proposera un restaurant gastronomique, une offre de bistronomie et un espace de « food to go » signés par des grands chefs.

Marie-Cécile Guillaume, directrice hénérale de Paris La Défense entourée du représentant d’Urban Renaissance et dedu président d’honneur de l’association La Source, Gérard Garouste.

Marie-Cécile Guillaume, directrice hénérale de Paris La Défense entourée du représentant d’Urban Renaissance et dedu président d’honneur de l’association La Source, Gérard Garouste.

Une exposition singulière à ciel ouvert au cœur de Paris La Défense

Pour Marie-Célie Guillaume, Directrice générale de Paris La Défense, « l’art a toute sa place sur la promenade des 30 hectares de dalle piétonne. » Paris La Défense Art Collection réunit plus d’une cinquantaine d’artistes parmi lesquels Calder, César, Miró, Mitoraj, Moretti, Takis, et vit également au rythme des performances artistiques et autres expositions et concerts qui font vibrer le quartier. Comme cette nouvelle exposition Festin qui illustre parfaitement l’ambition pour La Défense de demain : un quartier diversifié, une destination culturelle et une communauté solidaire.

Paris La Défense est une vitrine du dynamisme économique de la France, mais aussi et surtout un lieu qui accueille quotidiennement 180 000 salariés, 45 000 étudiants, 42 000 habitants, et près de 8,4 millions de visiteurs par an.

Paris La Défense est une vitrine du dynamisme économique de la France, mais aussi et surtout un lieu qui accueille quotidiennement 180 000 salariés, 45 000 étudiants, 42 000 habitants, et près de 8,4 millions de visiteurs par an.

Paris La Défense est une vitrine du dynamisme économique de la France, mais aussi et surtout un lieu qui accueille quotidiennement 180 000 salariés, 45 000 étudiants, 42 000 habitants, et près de 8,4 millions de visiteurs par an.

Association La Source : l’art au service du social

Créée en 1991 à l’initiative du peintre Gérard Garouste, La Source est une association d’intérêt général à vocation sociale et éducative par l’expression artistique. Elle s’adresse à des enfants et des jeunes en difficulté et à leurs familles. Elle est née de la conviction que la création artistique peut venir en soutien de l’action sociale, afin de lutter contre l’exclusion sous toutes ses formes.

Désormais elle est implantée dans neuf départements, en milieu rural et, plus récemment urbain. La Source porte l’idée que l’art est un acteur fondamental dans la construction de la société et contribue à la valorisation de l’individu dès son plus jeune âge. Elle propose des ateliers développés dans tous les domaines artistiques, menés par des artistes professionnels sensibles aux objectifs de l’association. Chaque année, 10 000 enfants et parents bénéficient de son soutien grâce aux 220 activités artistiques.

Exposition Festin La défense

Une vente aux enchères caritative chez PIASA

Pour clore le projet, la prestigieuse maison de vente PIASA à Paris réunira durant une semaine, l’ensemble des œuvres originales. Cette exposition sera suivie d’une vente aux enchères de ces œuvres, dont l’intégralité des bénéfices sera reversée à l’association La Source.

https://www.associationlasource.fr
https://www.ladefense.fr/fr/agenda/festin-une-exposition-artistique-et-caritative-originale-table-square
L’exposition Festin est visible jusqu’au 17 juin.
©Photos Caroline Paux

Les commentaires ne sont pas disponibles!