Le musée Matisse du Cateau-Cambrésis et le C2RMF présentent  « La pourvoyeuse » 

A la une, Expositions

Le musée Matisse du Cateau-Cambrésis et le C2RMF présentent  « La pourvoyeuse » 

706

Le Département du Nord, le musée Matisse du Cateau-Cambrésis et le C2RMF  vous présentent  « La pourvoyeuse ». Certes, on ne parle pas encore de roman ou de film, comme ce fut le cas pour  « La jeune fille à la perle »,  peinte par Vermeer en 1665. Néanmoins, cette pourvoyeuse fait beaucoup parler d’elle.

La « première pourvoyeuse », celle de Chardin

La Pourvoyeuse de Matisse

La Pourvoyeuse de Matisse

Elle est l’oeuvre de Jean Baptiste-Siméon Chardin. Un tableau peint en 1739, qui évoque la vie quotidienne. Sans panache, sans pittoresque, sans aucun côté anecdotique. Ce tableau exposé au Louvre, Matisse le copia au cours de son apprentissage, dans l’atelier de Gustave Moreau. Comme beaucoup d’autres tableaux d’ailleurs ( Poussin, Fragonard, Watteau etc…). La particularité de la copie de « La Pourvoyeuse » est qu’elle marque une avancée importante dans la progression de Matisse. Les tableaux qu’il réalise alors sont très proches par leurs tonalités de ceux de Chardin. Ils se cantonnent à la nature morte, sujet considéré alors comme mineur. Matisse, en effet, ressentait des difficultés à aborder le portrait. C’est en copiant « La pourvoyeuse »  qu’il se lance dans la recherche sur la figure humaine.

La pourvoyeuse de Matisse 

Etude de la Pourvoyeuse faite au C2RMF

Etude de la Pourvoyeuse faite au C2RMF

Pour compenser la banalité de la scène, le sujet représenté par Chardin met en avant une recherche poussée sur le rendu des matières. Chardin a peaufiné la couleur des tissus (le blanc laiteux de la chemise et le bleu de la blouse). Bien sûr, cela ne manqua pas d’interpeller Matisse issu d’une famille de tisserands implantée depuis plus de 300 ans autour du Cateau-Cambrésis. Cette copie marque donc le début d’un sujet : le portrait, qui va constituer le fil conducteur du travail de l’artiste. La recherche sur les textiles, et leurs couleurs vient enrichir son intérêt pour ce portait en pied. La complexité créée par les deux portes ouvertes dans la composition de Chardin ouvre le champ à la réflexion de Matisse. Et l’on connaît l’importance que prendront fenêtres et portes dans le travail de Matisse. 

Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord lors de la présentation de La Pourvoyeuse.

Jean-René Lecerf, Président du Département du Nord lors de la présentation de La Pourvoyeuse. Département qui a acheté le tableau.

L’importance de cette pourvoyeuse matissienne

AGLAE - l'accélérateur de particules du C2RMF

AGLAE – l’accélérateur de particules du C2RMF

Ce tableau vient donc compléter la collection autour de cette période d’apprentissage de Matisse et plus particulièrement celle des copies faites au musée du Louvre. Cette peinture de Matisse a été authentifiée par Wanda de Guébriant en 2007. L’œuvre  (inscrite au N° PZ 359 des archives de l’artiste) a été exposée au musée Matisse de Nice. C’était en 2008 dans le cadre de l’exposition « Henri Matisse sous les feux de la rampe ». Elle va  être mise en avant lors de la grande exposition « Ce que les Maîtres ont de meilleur. Matisse d’élève à professeur, 1890-1911 ». Une exposition qui viendra clôturer, fin 2019, une « année Matisse » consacrée à la Commémoration du 150ème anniversaire de la naissance de Matisse au Cateau-Cambrésis. Du 9 novembre 2019 au 9 février 2020.

De précieux détails

Les résultats d'AGLAE transmis sur ordinateurs au C2RMF

Les résultats d’AGLAE transmis sur ordinateurs au C2RMF

La pourvoyeuse a eu une vie mouvementée. Elle avait été offerte par Amélie Matisse, épouse d’Henri, au propriétaire d’une maison sise à Beauzelle (Haute-Garonne). Et cela en remerciement de la location de cette maison pendant l’exode de la Deuxième Guerre Mondiale. C’est par l’intermédiaire de la nièce de ce monsieur  que le Département du Nord a pu acquérir ce tableau. D’autre part, dans les sous-sols du musée du Louvre, se tient le C2RMF. En clair, cela signifie Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France. Le C2RMF a été missionné pour l’étude scientifique de « La pourvoyeuse ». Le fleuron du C2RMF : AGLAE, l’unique accélérateur à particules au monde exclusivement destiné à l’analyse des objets du patrimoine.

Affiche de l'exposition

Musée Matisse

Palais Fénelon
59360 – Le Cateau-Cambrésis
Tel : 03 59 73 38 00 

http://museematisse.lenord.fr 

www.c2rmf.fr

Copyright : Frédérique Lebel

Photo de Une : Gilles Bastian Conservateur C2RMF – fait un compte-rendu scientifique de l’œuvre.

Les commentaires ne sont pas disponibles!