Coup de coeur : l’océan en eaux profondes à Boulogne-sur-Mer

Evasion, Idées Week-End

Coup de coeur : l’océan en eaux profondes à Boulogne-sur-Mer

1990

Posée au Nord du port de Boulogne-sur-Mer, face à la mer, une immense raie manta blanche fait onduler ses larges ailes… Ou presque. Il s’agit du Centre national de la mer, baptisé Nausicaa. Le nom d’une princesse phéacienne, un des personnages de l’Odyssée d’Homère. Créé en 1991, Nausicaa n’a cessé de se développer pour faire rêver le public et découvrir l’univers sous-marin. Après deux années de travaux, le public peut découvrir  la nouvelle extension, imaginée par les architectes océanographes Jacques et Sophie Rougerie. Un fabuleux bâtiment de 5 000 m2, unique en Europe, qui abrite un parcours entièrement dédié à l’univers des grands fonds. Accolé au premier parcours « historique » de Nausicaa (de taille identique), il embarque les visiteurs vers la découverte “des rivages et des hommes”.

Nausicaa : voyage en haute mer

Le nouveau Nausicaa rivalise aujourd’hui avec les plus grands aquariums du monde. ©S. et J. Rougerie

Le nouveau Nausicaa rivalise aujourd’hui avec les plus grands aquariums du monde. ©S. et J. Rougerie

Partons à la découverte de Nausicaa et descendons Vingt mille lieues sous les mers pour pénétrer au cœur de l’inconnu… L’objectif consiste à découvrir le milieu marin de haute mer et d’être plus qu’émerveillé par la beauté de ce que l’on voit. Le but vise également à faire entendre le message essentiel de la préservation des océans. Le monde du silence est fragile et Nausicaa n’est pas qu’un immense aquarium. Ce centre tient à sensibiliser le public à l’importance de l’océan pour l’avenir de l’humanité ainsi qu’aux impacts de nos gestes quotidiens sur l’environnement marin.

Une immense vague nous embarque vers les fonds pour démarrer la visite du Voyage en haute mer. ©Caroline Paux

Une immense vague nous embarque vers les fonds pour démarrer la visite du Voyage en haute mer. ©Caroline Paux

Un circuit de visite inspiré de l’île de Malpel
Plongeons dans ce nouveau Nausicaa qui a ouvert son écoutille le 19 mai dernier, presque deux mois avant les prévisions. La visite commence par une plongée virtuelle dans la haute mer, via une immense vague, et un escalator qui nous embarque vers une descente au paradis des poissons.

Le fil conducteur de la visite est inspiré de l’île de Malpelo, un site unique au monde situé dans le Pacifique, à plus de 500 km de la Colombie. Cette île est la partie émergée d’une Chaîne montagneuse sous-marine qui surplombe des fonds plongeant jusqu’à 3 400 mètres de profondeur. Dans les eaux de Malpelo des espèces se côtoient comme nulle part ailleurs. C’est un lieu unique présentant des milieux naturels très différents à plusieurs niveaux ou se complaisent des espèces de tous types…

Ce caillou désertique entouré de grands fonds symbolise aujourd’hui la préservation des océans. Les pêcheurs qui traquaient notamment les requins pour leurs ailerons ont été chassés, grâce à une biologiste et plongeuse franco-colombienne, Sandra bessuro. Elle s’est battue pour faire de ce petit bout de terre isolé une zone protégée. Malpelo est inscrite, depuis 2006, au Patrimoine naturel de l’humanité par l’Unesco. Elle a été déclarée “Zone maritime particulièrement sensible” et “Aire marine protégée” sur 27 096 km2… La navigation commerciale et la pêche y sont aujourd’hui interdites. Nausicaa s’est engagé aux côtés de la Fondation Malpelo.

Les méduses dorées se développent dans les eaux fraîches du pacifique nord. Leur apparition en nombre est un signe de dérèglement. Réussir leur élevage est un véritable challenge que Nausicaa a réussi. Ces méduses sont nées ici. ©Caroline Paux

Les méduses dorées se développent dans les eaux fraîches du pacifique nord. Leur apparition en nombre est un signe de dérèglement. Réussir leur élevage est un véritable challenge que Nausicaa a réussi. Ces méduses sont nées ici. ©Caroline Paux

Les méduses, capitales pour l’équilibre des océans
L’histoire de Malpelo est racontée le long du parcours de visite… Passée la vague, nous arrivons vers le berceau de la vie sur terre, nos yeux s’arrêtent sur des méduses dorées. Aussi belles que stupéfiantes, ces créatures marines aux tons dorés sont gracieuses et vaporeuses. On ne se lasse pas de les regarder danser. Les méduses dorées se développent dans les eaux froides du pacifique Nord.

Toutes les méduses, sont fragiles. Constituées à 95 % d’eau, elles représentent un acteur important dans l’équilibre des océans en régulant les populations de planctons. Leur reproduction en élevage est assez complexe, mais Nausicaa a réussi ce challenge en reconstituant très fidèlement leurs conditions de vie (nourriture, température de l’eau, courant, salinité…). Le savoir-faire des soigneurs est reconnu. Ils ont acquis, au fil du temps, des compétences avérées en matière de reproduction contrôlée et de production à grande échelle. Nausicaa est devenu éleveur de méduse et fournisseur de nombreuses institutions. Les méduses dorées, comme 14 autres espèces de la même famille, sont élevées en pouponnière.

Dans la cage aux requins, un face-à-face (virtuel) s’impose… sans crainte ! Les requins font toujours l’admiration des enfants © Caroline Paux

Dans la cage aux requins, un face-à-face (virtuel) s’impose… sans crainte ! Les requins font toujours l’admiration des enfants © Caroline Paux

Le royaume des requins
Après le calme des méduses, nous entrons dans la cage aux requins… Il ne manque plus que la musique et les cors graves et dramatiques de John Williams pour se croire dans le film de Steven Spielberg, “Les dents de la mer”. Devant un écran en forme d’immense hublot, un requin blanc grandeur nature vient vers nous… les enfants adorent ! C’est l’occasion de rappeler que les requins sont indispensables. 500 espèces peuplent les océans du monde et chacune d’entre elle joue un rôle. Les requins ont une mauvaise réputation. Ils ne sont pourtant pas les plus dangereux pour l’homme. Un requin qui n’a pas faim ne mange pas. On compte seulement 10 morts par an, alors que les méduses tuent dix fois plus. Au contraire, c’est l’homme qui est dangereux car il tue près de 100 millions de requins chaque année, essentiellement pour leur chair et leurs ailerons, très appréciés dans la soupe. Une mâchoire gigantesque de 2,30 mètres de haut est présentée provenant d’une espèce disparue. Selfies obligatoires…

Dans un aquarium cylindrique, les sardines, sont inséparables… © caroline Paux

Dans un aquarium cylindrique, les sardines, sont inséparables… © caroline Paux

Des sardines virevoltantes
Les sardines nous attendent un peu plus loin dans un aquarium cylindrique. C’est le “Sardine Run”. Elles scintillent, en bancs, dans le bleu profond de l’eau. Elles forment des mouvements synchronisés et semblent virevolter à chaque changement de direction. Elles se déplacent en rangs serrés pour mieux se protéger du prédateur et lorsque celui-ci arrive, la forme qu’elles ont créée s’éclate totalement. C’est très beau à voir. Les sardines sont des poissons qui évoluent en haute mer, au sein de bancs très compacts. En Afrique du Sud, entre mai et juillet, des milliards de sardines se retrouvent pour se reproduire. Certains bancs sont immenses et peuvent atteindre 7 km de long sur 1,5 km de large sur 30 mètres de profondeur ! Ces petits poissons scintillants font le bonheur des requins, des lions de mer, des dauphins et des baleines, ainsi que des fous du Cap qui plongent en piqué pour récupérer leurs proies.

De nombreux animaux marins ont besoin de refuges comme ici le mérou. Une structure artificielle a été implantée. Les algues, les larves, les coraux vont se fixer sur ce support. Les poissons et les crustacés viennent s’y abriter… La grande faille, sur 7 mètres de hauteur met en scène une faille sous-marine et permet l’incursion au sein du nouveau grand bassin.© Caroline Paux

De nombreux animaux marins ont besoin de refuges comme ici le mérou. Une structure artificielle a été implantée. Les algues, les larves, les coraux vont se fixer sur ce support. Les poissons et les crustacés viennent s’y abriter… La grande faille, sur 7 mètres de hauteur met en scène une faille sous-marine et permet l’incursion au sein du nouveau grand bassin.© Caroline Paux

Incursion dans le monde secret des profondeurs
Nous avançons vers la maison du mérou. Ça n’est pas toujours facile de le voir car il se cache dans son refuge. Lorsqu’il sort il est impressionnant. Le mérou peut mesurer jusqu’à 2,70 mètres et peser 300 kg !

Étonnant à savoir. Il existe des poissons bioluminescents. Pour les voir il faut un noir presque total. Ce sont des poissons de nuit qui deviennent lumineux, grâce à des bactéries. Dans de très petites fentes sur l’aquarium, nous pouvons les découvrir… en ouvrant l’œil !

Quelques pas plus loin nous passons devant la grande faille, un étroit triangle pointant vers le bas de 7,80 mètres. Elle offre une vue sur le grand bassin où l’on peut voir évoluer les poissons et découvrir les différents écosystèmes. Les sardines dominent en haut et les autres poissons nagent entre deux eaux… C’est l’occasion de faire une pause sur les gradins et de prendre le temps d’admirer le spectacle naturel.

Le Tunnel de 18 mètres de long, offre une immersion complète en haute mer, en compagnie des requins, des raies et autres poissons. © Caroline Paux

Le Tunnel de 18 mètres de long, offre une immersion complète en haute mer, en compagnie des requins, des raies et autres poissons. © Caroline Paux

Immersion en haute mer, sous un tunnel
Plus on s’avance, plus le spectacle sous-marin vous touche. L’étape suivante est le passage sous le tunnel vitré et courbé de 18 mètres. Là vous vous trouvez sous l’eau, ou presque. Il y a plus de 2,50 mètres d’eau autour de vous. Une magnifique immersion dans la haute mer avec, en levant la tête, des requins ou des raies manta, des poissons et autres animaux. Ils passent, tranquilles, comme si vous n’existiez pas. Les couleurs que nous découvrons sont différentes. Le rouge n’est plus rouge. Les distances sont faussées. Une fois les 18 mètres franchis, on n’a qu’une envie, faire demi-tour et revenir pour retrouver un autre spectacle.

Avant d’atteindre l’étape la plus attendue, une petite pause ludique s’impose dans une grotte sous-marine munie de bornes interactives qui permettent de jouer. Des quiz, des jeux, des dossiers à découvrir. La pédagogie tient un rôle important sur le circuit. Les enfants aiment beaucoup !

Pour offrir une vue imprenable sur la vie sous-marine, Nausicaa a créé cet immense bassin équipé d’une baie vitrée de 38 cm d’épaisseur sur 20 mètres de large et 5 mètres de hauteur. © Caroline Paux

Pour offrir une vue imprenable sur la vie sous-marine, Nausicaa a créé cet immense bassin équipé d’une baie vitrée de 38 cm d’épaisseur sur 20 mètres de large et 5 mètres de hauteur. © Caroline Paux

Le grand bassin de Nausicaa : le plus grand d’Europe

Et nous voilà arrivés devant le grand bassin. Là vous pouvez lancer un grand « waouh ! » d’admiration. Vous avez peut-être déjà vu des images, photos ou vidéo, mais cela n’a rien à voir avec la réalité. Vous vous sentez petit et c’est l’émerveillement. Installez-vous sur les gradins et prenez le temps de regarder !

Les nombreux enfants de tous âges restent bouche baie devant la baie et les habitants du grand bassin © Caroline Paux

Les nombreux enfants de tous âges restent bouche baie devant la baie et les habitants du grand bassin © Caroline Paux

Une baie vitrée de 20 mètres de long
Toute l’extension de Nausicaa, s’articule autour de ce grand bassin qui reconstitue l’écosystème de l’île de Malpelo. Un formidable défi réalisé pour la première fois en Europe à ces dimensions. Pour permettre au public d’avoir une vue imprenable sur la vie sous-marine, Nausicaa a installé une baie vitrée en méthacrylate de 38 cm d’épaisseur ! Ses dimensions sont immenses : 20 mètres de large, sur 5 mètres de haut, pour un poids de 54 tonnes ! Cette baie vitrée d’un seul tenant est arrivée d’Italie. Elle a été acheminée en janvier 2017 par camion, en trois semaines.

On ne peut que s’asseoir, regarder et immortaliser en photo… © Caroline Paux

On ne peut que s’asseoir, regarder et immortaliser en photo… © Caroline Paux

Plus de 13 000 poissons
Derrière cette baie, le grand bassin contient 10 000 m3 d’eau de mer (soit 10 millions de litres). Imaginez quatre piscines olympiques réunies ! Il a fallu six semaines pour le remplir. L’eau a été puisée au niveau de la plage de Boulogne-sur-Mer. Le bassin abrite plus de 13 000 poissons sont 5 000 sardines, 3 000 platax, 2 500 maquereaux, 1 000 chinchards, 1 000 sélènes, 1 000 carangies rayées, 20 raies. Le 10 juin, 3 poissons-lunes sont arrivés.

Les requins marteaux seront les vedettes du grand bassin. Arrivés à l’âge de 2 mois, ils sont pour l’instant en quarantaine, le temps qu’ils s’adaptent. A l’âge adulte ils mesureront 3 mètres de long et pèseront 150 kilos… Dans le milieu naturel seulement 1 requin sur 10 réussi à vivre à l’âge adulte. © Caroline Paux

Les requins marteaux seront les vedettes du grand bassin. Arrivés à l’âge de 2 mois, ils sont pour l’instant en quarantaine, le temps qu’ils s’adaptent. A l’âge adulte ils mesureront 3 mètres de long et pèseront 150 kilos… Dans le milieu naturel seulement 1 requin sur 10 réussi à vivre à l’âge adulte. © Caroline Paux

Des requins marteaux, comme à Malpelo
10 jeunes requins marteaux, l’espèce emblématique de Malpelo, sont également présents, mais ils vivent, pour l’instant, dans un enclos transparent car ils doivent d’abord apprendre à manger à la perche. Les soigneurs les initient en mettant un morceau de poisson au bout d’un bâton. Grâce à ce principe ils pourront être lâchés dans le grand bassin sans qu’ils se jettent sur les sardines pour se nourrir. Un requin-marteau n’ingère que de 100 grammes par jour ! Elles peuvent nager tranquilles !

Si 75 % des poissons du grand bassin sont nés en captivité dans des centres de reproduction, dont une grande partie des pouponnières de Nausicaa, les requins marteaux viennent d’Australie. C’est une espèce en danger d’extinction. Ils n’avaient que très peu de chance de survie dans leur milieu naturel lorsqu’ils ont été prélevés. Ce sont toutes des femelles qui vont grandir à Nausicaa.

L’immense bassin vu d’en haut est impressionnant. Il a fallu six semaines pour le remplir. A gauche le ponton utilisé par les soigneurs pour donner à manger aux raies. © Caroline Paux

L’immense bassin vu d’en haut est impressionnant. Il a fallu six semaines pour le remplir. A gauche le ponton utilisé par les soigneurs pour donner à manger aux raies. © Caroline Paux

Les raies nourries au biberon

Les raies, si belles lorsqu’elles nagent, ou volent selon les points de vue, sont nourries plusieurs fois par jour au biberon. Un moment de contact privilégié pour les soigneurs et toujours spectaculaire pour le public. © Caroline Paux

Les raies, si belles lorsqu’elles nagent, ou volent selon les points de vue, sont nourries plusieurs fois par jour au biberon. Un moment de contact privilégié pour les soigneurs et toujours spectaculaire pour le public. © Caroline Paux

Les soigneurs se relaient à heures fixes et à des endroits précis pour nourrir tout ce petit monde. Les requins sont donc nourris à la perche, les platax ont droit à une bouillie et les autres profitent de distributeurs automatiques qui déposent des granulés. Les raies, elles, ont un traitement particulier. Très gourmandes, elles sont nourries… au biberon ! Dès que le ponton qui sert de support aux soigneurs est baissé, elles arrivent avec précipitation. Elles comprennent que l’heure de manger est arrivée ! Le soigneur s’allonge et distribue la nourriture muni d’un biberon. La difficulté consiste à distinguer chaque raie pour lui donner la ration nécessaire à ses besoins. Pour Marion Tranain, adjointe du secteur océanique, il n’y a pas de difficulté avec le temps. « On finit par les reconnaître car elles ont toutes une distinction. » 

Les soigneurs sont aussi plongeurs et de nombreuses tâches les attendent sous l’eau. Dans les coulisses, leurs combinaisons. © caroline Pau

Les soigneurs sont aussi plongeurs et de nombreuses tâches les attendent sous l’eau. Dans les coulisses, leurs combinaisons. © caroline Pau

La raie manta peut atteindre 8 mètres de long et peser jusqu’à 1,8 tonne ! C’est l’espèce la plus grande au monde. On la trouve en surface des zones tropicales ainsi qu’en zones tempérées chaudes de l’Atlantique. Elle se nourrit de petits poissons, de crustacés et de planctons. Elle est très sociable avec les soigneurs et d’une beauté envoûtante !

La raie aigle ocelée, quant à elle, peut atteindre 3 mètres et peser 200 kg. C’est l’animal emblématique de la haute mer dans les zones tropicales et subtropicales. Sa nage est merveilleuse. On dirait qu’elle vole…

 

 

Nausicaa dispose d’une immense cuisine ou chaque jour les soigneurs préparent la nourriture des poissons. Un immense tableau indique les menus de la semaine pour chaque espèce. © Caroline Paux

Nausicaa dispose d’une immense cuisine ou chaque jour les soigneurs préparent la nourriture des poissons. Un immense tableau indique les menus de la semaine pour chaque espèce. © Caroline Paux

Le plateau technique du grand bassin permet de contrôler l’eau toujours sous surveillance. Des systèmes de filtrage et d’oxygénation ultra performants et innovants maintiennent la qualité de l’eau. © Caroline Paux

Le plateau technique du grand bassin permet de contrôler l’eau toujours sous surveillance. Des systèmes de filtrage et d’oxygénation ultra performants et innovants maintiennent la qualité de l’eau. © Caroline Paux

Les soigneurs de Nausicaa : passionnés et qualifiés
Il faut penser à la remontée et elle se fait petit à petit, sans décompression… Après avoir en avoir pris plein des yeux face à la baie, on peut découvrir le bassin vu d’en haut. Intéressant c’est là que les soigneurs donnent à manger aux pensionnaires. Des soigneurs plongeurs interviennent chaque jour. Ils ont tous obtenu leur qualification de scaphandrier professionnel. Ils veillent sur la santé des animaux, assurent leur nourrissage, préparent les aliments, suivent les consommations, organisent les pesées… Ils élèvent aussi du plancton pour nourrir les nouveau-nés ou les méduses. Ils s’occupent également de l’entretien des bassins et notamment du nettoyage des vitrages… Leur tâche est très variée.

Des rivages et des hommes

Nausicaa c’est aussi “Des rivages et des hommes”

Après ce merveilleux voyage en haute mer, nous nous retrouvons à l’entrée pour découvrir l’autre partie de Nausicaa. “Des rivages et des hommes”, c’est aussi 5 000 m2 d’exposition, de découverte et d’émerveillement. Mais surtout un voyage qui nous permet de comprendre comment l’homme et l’océan cohabitent à travers le monde. On y découvre la biodiversité, les écosystèmes, l’importance de la mer pour la vie de l’homme. Et la nécessité absolue de la protéger !

On voyage en Mer du Nord, on fait escale en Méditerranée, on se balade dans la mangrove, sur le lagon, dans le récif corallien et le bassin de pleine mer… On frissonne aussi dans la forêt tropicale et on navigue même à bord du navire océanographique de l’Ifremer, Thalassa. Un parcours chargé en émotions au cœur de la planète bleue ! Ici le temps s’arrête.

Nausicaa est aujourd’hui une référence à l’échelle internationale en matière d’entraînement des lions de mer. Sur l’eau, dans l’eau ils sont une des attractions phare de Nausica. ©Caroline Paux

Nausicaa est aujourd’hui une référence à l’échelle internationale en matière d’entraînement des lions de mer. Sur l’eau, dans l’eau ils sont une des attractions phare de Nausica. ©Caroline Paux

L’entraînement des lions de mer : une référence internationale

Les Lions de mer à l'entraimement

Les lions de mer de Californie, ou otaries, sont arrivés en 1998. Nausicaa était le seul centre en Europe à les présenter au public par le biais d’animations pédagogiques arborant avant tout son bien-être, son épanouissement physique et mental. À les voir faire le pitre et se prêter aux échanges avec les soigneurs, on comprend que le pari est réussi. Nausicaa est aujourd’hui une référence à l’échelle internationale en matière d’entraînement des lions de mer.

L’espace qui leur est consacré est fort bien pensé car le visiteur peut les découvrir sous l’eau et à la surface, dans un décor californien spécialement étudié. Chaque jour des séances sont organisées pour permettre à Speedy, Fridolin, Moritz, Balou et Scooby de s’entraîner aux auscultations et aux soins. Un joli spectacle pédagogique pour le public, est en même temps précieux et utile pour les animaux. Nausicaa a reçu plusieurs récompenses pour ce travail lors de conférences internationales, notamment pour la présentation de l’entraînement volontaire à l’endoscopie !

Sur les 22 manchots de cap présents à Nausicaa, 17 d’entre eux sont nés à Nausicaa. Ils sont pris en charge par des soigneurs dès leur naissance. ©Caroline Paux

Sur les 22 manchots de cap présents à Nausicaa, 17 d’entre eux sont nés à Nausicaa. Ils sont pris en charge par des soigneurs dès leur naissance. ©Caroline Paux

Les manchots du cap : des oiseaux qui filent comme des poissons

Les manchots ont leur espace particulier, à l’abri. Ils disposeront d’un lieu beaucoup plus grand dans la prochaine extension. © Caroline Paux

Les manchots ont leur espace particulier, à l’abri. Ils disposeront d’un lieu beaucoup plus grand dans la prochaine extension. © Caroline Paux

L’espace des manchots du Cap est un arrêt obligatoire. Les voir déambuler est toujours un plaisir. La petite colonie se compose de 22 manchots adultes. Ils sont tous nés dans des aquariums et parcs européens. Le premier bébé manchot né en 2009 à Nausicaa a été prénommé Tara par les internautes. Depuis 17 bébés sont nés. Une partie d’entre eux est allée rejoindre d’autres parcs, à Montpelier, en Italie, en Hongrie…

Les manchots du cap sont des oiseaux qui ne volent pas, étonnamment très agiles sur terre. Ils sont aussi rapides que des poissons dans l’eau et peuvent filer à plus de 12 km/h… C’est une espèce très menacée par les activités humaines et sa population est en déclin. On les trouve dans l’hémisphère Sud sur les côtes d’Afrique du Sud et en Namibie.

 Les requins sont aussi une des attractions de la partie Des rivages et des hommes de Nausicaa. On peut les approcher de près et les photographier sans que cela les dérange ! Merci les baies vitrées ! ©Caroline Paux

Les requins sont aussi une des attractions de la partie Des rivages et des hommes de Nausicaa. On peut les approcher de près et les photographier sans que cela les dérange ! Merci les baies vitrées ! ©Caroline Paux

Une douzaine d’espèces de requins
Nausicaa accueille plus d’une centaine de requins d’une douzaine d’espèces différentes. Les requins gris, requin-taureau, requin-nourrice, émissole tachetée, requin tapis, requin léopard, requin zèbre, requin marcheur… sont dispersés dans plusieurs zones du site. Un couple de requins marcheurs donne régulièrement naissance à de petits requins. Ceux-ci sont placés en réserve aquariologique afin que les soigneurs puissent les nourrir et surveiller leur évolution. Cette espèce contribue à illustrer la grande biodiversité des îles tropicales et notamment la grande barrière de corail d’Australie.

Dans le bassin tactile les raies viennent se faire caresser par les visiteurs ? © Caroline Paux

Dans le bassin tactile les raies viennent se faire caresser par les visiteurs ? © Caroline Paux

Incroyable mais raie… Lors de la visite “Des rivages et des hommes”, un bassin tactile permet aux visiteurs de toucher les raies qui nagent à la surface et aiment venir se frotter à la surface.

Nausicaa en bref

• Programmes de reproduction. Le Centre national de la Mer, depuis sa création, a eu la joie d’annoncer de très nombreuses naissances. Il y a plusieurs pouponnières qui accueillent notamment les méduses, les raies, les requins marcheurs, les hippocampes… Manchots et Caméléons font également partie d’un programme de reproduction. Ces naissances font partie de programmes réputés à l’international.

Marion Tranain, adjointe du secteur océanique, donne à manger aux bébés raies dans la pouponnière. Elles sont très gourmandes et il faut les nourrir plusieurs fois par jour. © Caroline Paux

Marion Tranain, adjointe du secteur océanique, donne à manger aux bébés raies dans la pouponnière. Elles sont très gourmandes et il faut les nourrir plusieurs fois par jour. © Caroline Paux

• Jardinier du corail. Nausicaa est également jardinier du corail. Les soigneurs maîtrisent le bouturage du corail depuis plus de vingt ans et ils élèvent plus de 70 espèces. Les boutures se développent en pépinière puis sont transplantées dans les aquariums ou elles se développent en harmonie.

• Un design musical. La musique est omniprésente lors du parcours de visite. Elle a été intégrée dans la scénographie et pensée dès la conception du bâtiment. Les équipements de diffusion ont été intégrés pendant la construction pour exploiter au mieux les possibilités acoustiques et magnifier les volumes. Le compositeur est Michel Redolfi, qui est aussi designer son et fondateur d’un concept de musique subaquatique ! 130 enceintes de toutes tailles diffusent 60 pistes sonores…

• Distinctions. Nausicaa a reçu le prix Travellers’ Choice 2017 de TripAdvisor, récompensant les meilleures attractions dans le monde. Il a reçu en 1999 le label de “Centre d’excellence” par la commission Océanographique intergouvernementale de l’Unesco pour ses actions de sensibilisation à l’environnement marin. Il a obtenu la marque “Qualité Tourisme” en avril 2014, marque reconduite en 2016.

• 1 million de visiteurs. C’est le nombre de visiteurs espérés par Nausicaa grâce à l’extension. Il y en a eu 700 000 en 2017.

Des actions de conservation. Nausicaa participe à de nombreux programmes et activités de recherche et à des programmes de reproduction européens interaquariums pour les manchots du Cap, les raies à point bleu, les raies guitares, les requins marcheurs, les requins zèbres…

• Le Fonds de dotation de Nausicaa. « Faire découvrir, faire aimer la Mer, et sensibiliser les hommes à vivre en meilleure intelligence avec elle », telle est la mission que Nausicaa s’est donnée depuis plus de 25 ans. Le Fonds de dotation soutient, entre autres, la Fondation de l’Île de Malpelo qui mène des actions pour comprendre le déclin des requins marteaux. Il est également aux côtés de l’Association pour le financement durable des aires marines protégées de Méditerranée. Ces aires marines assurent la préservation de l’écosystème marin et le développement économique des communautés locales. Public et entreprises peuvent participer à ce fond. Mail : action@nausicaa.fr

• Nausicaa demain. La prochaine étape du développement de Nausicaa concerne une nouvelle extension. “Au pays des aurores polaires” présentera des morses, un village inuit, un grand bassin pour les manchots, mais aussi une salle d’exposition et un cinéma 4D…

Poissons et méduses

Les chiffres de Nausicaa

Nausicaa

• 10 000 m2 de surface d’exposition
• 17 000 m3 de volume d’eau total
• 300 salariés
• 58 000 animaux
• 16 000 espèces différente
• 12 espèces de requins
• 208 kg, poids du plus gros pensionnaire, un lion de mer
• 31 ans, l’âge du plus vieux pensionnaire, le requin taureau

La nouvelle extension

• 5 000 m2 d’exposition supplémentaires
• 70 millions d’investissement
• 100 emplois directs créés
• 2 ans de travaux
• 1 million de visiteurs attendus en 2018
• 10 000 m3, le volume d’eau du grand bassin
• 60 m de long sur 35 m de large et 8 m de profondeur : ce sont les dimensions du grand bassin.
• 100 m2, la surface de la grande baie du nouveau bassin (20 m de long sur 5 m de haut)
• 6 semaines pour remplir le grand bassin

Crocodile

Informations pratiques

• Adresse de Nausicaa

Boulevard Sainte-Beuve, 62 200 Boulogne-sur-Mer, Pas-de-Calais.
Ouvert tous les jours de l’année (à l’exception de certains jours fériés à voir sur le site).
En juillet août de 9 h 30 à 20 heures.
Les autres mois de 9 h 30 à 18 h 30 (9 h 30 à 19 heures pendant les vacances scolaires).

Nausicaa bassin sardines

• Les tarifs de Nausicaa

Entrée gratuite pour les moins de 3 ans
Entrée seniors (+ 60 ans), étudiants, demandeurs d’emploi, porteurs de la carte famille nombreuse ou personnes en situation de handicap, sous présentation d’un justificatif en caisse : 22,10 €
Billet acheté en caisse ou sur le site (non daté) : 25,90 € par adulte/19,50 € par enfant (– de 12 ans)
Billet malin (daté) par le site : 24,20 € par adulte/18,20 € par enfant (– de 12 ans).

• Restauration

Nausicaa propose différents espaces de restauration :
– le Bistrot Côté Plage
– le bar Tropical Lagoon Village
– le nouveau self avec vue sur mer et plage.

Les sites

Nausicaa : https://www.nausicaa.fr

Fondation Malpelo : http://www.fundacionmalpelo.org/

Copyright : Carolline Paux

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniorshttps://dynamic-seniors.eu/chateau-saint-martin-des-champs/

Les commentaires ne sont pas disponibles!