Un monde plus grand ou une rencontre bouleversante avec une chamade….

A la une, Cinéma

Un monde plus grand ou une rencontre bouleversante avec une chamade….

1261

Perdre la personne que l’on aime plus que tout au monde est terrible. Il arrive que nous ne puissions pas surmonter notre peine. C’est que qui s’est produit pour Corine Sombrun. Dans son livre « Mon initiation chez les Chamanes », elle raconte son histoire. C’est cette dernière qui vient d’être adaptée au cinéma par Fabienne Berthaud. Un film bouleversant et merveilleusement interprété par la talentueuse Cécile de France.

Pour tenter de surmonter la peine qui la transperce, Corine part en Mongolie. Son but, enregistrer des chants traditionnels chez des éleveurs de rennes. Ce qu’elle pensait être un voyage visant à surmonter la mort de Paul, son grand amour, va se transformer en une découverte des plus étonnantes. C’est cette découverte qui va la mener vers Un monde plus grand.

Un monde plus grand : un film avec Cécile de France

Cécile de France

Un monde plus grand ou une rencontre inattendue

Une fois arrivée en Mongolie, Corine rencontre la chamane Oyun. Quel n’est pas son étonnement quand Oyun lui apprend qu’elle a reçu un don rare et qu’elle doit être formée aux traditions chamaniques. De retour en France, elle ne peut refuser ce qui s’impose désormais à elle : elle doit repartir pour commencer son initiation… et découvrir un monde plus grand.

Fabienne Berthaud, réalisatrice

« C’est un livre, Mon initiation chez les Chamanes de Corine Sombrun, qui m’a été proposé par mes productrices. Pour la première fois, ce n’est pas moi qui choisis le sujet mais bien le sujet qui me choisit. Il m’a fallu trouver le juste milieu entre une certaine liberté d’adaptation, qui me permettait de faire un film romanesque, tout en respectant la vie de Corine Sombrun. Elle a été très présente pendant toute la fabrication du film. Consultante sur le scénario, conseillère technique sur les scènes de transes. Elle double Oyun la chamane pendant la cérémonie et elle est l’esprit Tseren dans la forêt. On ne la voit jamais mais elle est partout. Corine est « l’esprit » du film. »

Un monde plus grand : un film avec Cécile de France

Cécile de France

Fidèle à elle-même

« Je n’ai pas dérogé à ma manière de travailler en mélangeant fiction et réalisme documentaire. Cette histoire est universelle, chacun d’entre nous peut s’identifier. Elle interroge nos peurs. Ce que l’on ne comprend pas et ce que l’on ne maîtrise pas. Cela va du visible à l’invisible, du rationnel à l’irrationnel, entre science et chamanisme. Mais, avant tout, c’est une grande histoire d’amour.« 

La Mongolie : un pays où il faut s’adapter

« Tourner dans la steppe mongole, dans une région inaccessible, où il n’y a ni électricité, ni eau courante, ni réseau internet, demande une organisation particulière. C’est une véritable aventure. On doit se délester de toutes nos habitudes. Nous vivions comme les Mongols, de façon très écologique dans un camp de yourtes organisé pour l’équipe et on se chauffait avec des poêles à bois. C’était un vrai retour aux sources. En venant tourner en Mongolie l’équipe devait en accepter les traditions, les croyances, les coutumes. La notion de temporalité est très différente de la nôtre, quand vous demandez à un mongol s’il reste encore beaucoup de chemin à faire il vous répond « Peut-être, ce n’est pas loin, ne t’inquiète pas on arrive toujours.  » explique Fabienne Berthaud.

Un monde plus grand : un film avec Cécile de France

Un peuple attachant

« Les mongols préfèrent ne rien dire que de promettre quelque chose qu’ils ne vont pas tenir. Il m’a surtout fallu faire face à l’imprévu. Quinze jours avant le début du tournage, les Tsaatans (éleveurs de rennes) devaient descendre des hauts plateaux pour nous rejoindre. Nous devions installer leur camp, le décor principal. Ils devaient venir avec une partie de leur famille et quelques rennes, les autres resteraient sur les hauts plateaux. Trois jours avant le début du tournage, ils n’étaient toujours pas là et nous n’avions aucun moyen de les joindre. Sans eux le film n’existait pas. Il fallait alors tout repenser et puis un matin, ils sont arrivés. La tribu toute entière est venue avec deux cents rennes et quarante nouveau-nés. C’était magnifique. Il faut savoir attendre le bon moment et tout se fait.« 

Un troupeau de Rennes

©Pixabay

Le livre qui a initié le film Un monde plus grand

Un monde plus grand : un film avec Cécile de France

©Haut et Court / 3×7 Production et pixabay (paysage de Mongolie)

« Mon initiation chez les Chamanes »  Une parisienne en Mongolie » de Corine Sombrun

Publié initialement en 2004, le livre a été réédité aux Éditions Pocket et augmenté d’une postface de Corine Sombrun. Dix huit ans après, elle revient sur les avancées universitaires et scientifiques autour de la transe.
224 pages
https://www.albin-michel.fr

Crédit Photos : Un monde plus grand – Haut et Court / 3×7 Production

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/molitor-et-90-ans-de-vibrations-artistiques/

Les commentaires ne sont pas disponibles!