Alésia comme si vous y étiez…

Evasion, Idées Week-End

Alésia comme si vous y étiez…

160

Septembre, l’été n’est pas fini, les enfants sont rentrés à l’école. Pourquoi ne pas profiter des derniers beaux jours pour leur proposer une escapade du côté d’Alésia. Histoire de leur raconter la vraie “histoire“ de César et Vercingétorix et de réfuter au passage quelques clichés.

Vercingétorix, Astérix, Alésia 

Astérix et Obélix, c’est rigolo certes, mais c’est tout faux, ou presque. Disons que c’est l’Histoire des Gaulois telle qu’on l’enseignait à l’écoles primaire il y a une centaine d’année et même moins. Exit donc le casque à ailettes d’Astérix et les sangliers d’Obélix. Exit surtout le Vercingétorix moustachu et chevelu sur son cheval fougueux jetant ses armes aux pieds de César vainqueur. Image chevaleresque et flatteuse pour l’orgueil national mais purement imaginaire.  En réalité, le chef arverne croupit cinq ans dans une prison de Rome avant de figurer enchaîné au Triomphe de son vainqueur. Il fut ensuite étranglé sans autre forme de procès, selon la coutume romaine. Cette image là ne figure pas dans les manuels d’histoire !

Reconstitution du dispositif de siège, palissades de bois garnies de tours de guet.©

Reconstitution du dispositif de siège, palissades de bois garnies de tours de guet.©Sébastien Pitoizet

Alésia aux sources de la France 

L’histoire se déroule au cours de l’été 52 av. JC au terme de la conquête de la Gaule par Jules César. Malmené par Vercingétorix à Gergovie, le conquérant décide de quitter la Gaule pour aller se mêler à la guerre civile qui sévit à Rome. Il veut conquérir le pouvoir. Huit ans plus tard, il se fait assassiner. Sur sa route, César se heurte à nouveau au chef arverne qui l’attend sur l’oppidum d’Alésia. Le siège et la victoire sans bavure du Romain mettent un point final à la Guerre des Gaules. Ils marquent le début de la romanisation du pays dont la France est l’héritière directe.  C’est à ce titre que le siège d’Alésia est resté dans la mémoire collective comme événement fondateur de l’Histoire de France. Bien avant qu’on se préoccupe d’en chercher les traces, la tradition associait la bataille au bourg d’Alise Sainte Reine, en Côte d’Or.

Dédicace de Martialis au dieu Ucuetis, 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d'Or, Musée Alésia, dépôt du Musée Municipal d’Alise-Sainte-Reine.

Dédicace de Martialis au dieu Ucuetis, 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d’Or, Musée Alésia, dépôt du Musée Municipal d’Alise-Sainte-Reine. @ Dominique Geoffroy

Le fait du Prince

C’est Napoléon III qui ordonne en 1861 d’entreprendre des fouilles à Alise. Elle permettent de mettre à jour des armes et des monnaies dont deux pièces au nom de Vercingétorix. Ces découvertes, conservées au Musée de Saint-Germain-en-Laye, semblent confirmer qu’Alésia et Alise ne font qu’une.  Certains historiens proposent pourtant un autre site, dans le Jura, qui colle mieux, il est vrai, avec le récit de César. Débat qui reste ouvert et dans lequel nous n’entrerons pas. Les fouilles interrompues par la guerre franco-prussienne de 1870 reprennent au XXe siècle avec des méthodes plus scientifiques. D’autres vestiges sont exhumés, dont une stèle en langue gauloise et caractères latins dédiée à Ucuetis  “IN ALISIIA“ ! Ucuetis est le dieu des forgerons, particulièrement vénéré dans la région.  Quoique postérieur d’un siècle aux événements, l’objet apporte de l’eau au moulin des “pro-Alise“

Parcours circulaire donnant sur la plaine des Laumes, avec des chapiteaux à décor d’acanthes

Parcours circulaire donnant sur la plaine des Laumes, avec des chapiteaux à décor d’acanthes.© Sébastien Pitoizet

Nos ancêtres les Gaulois

C’est donc à Alise que se trouve le Muséo-Parc d’Alésia, qui raconte la Guerre des Gaules aux jeunes Français d’aujourd’hui. Ceux qui ont les Gaulois pour ancêtres, et les autres. Il vient de rouvrir, dans une présentation et une scénographie entièrement rénovées. Un grand bâtiment circulaire, censé symboliser l’armée gauloise encerclée par César. Des baies panoramiques donnent sur la plaine des Laumes et le mont Auxois où s’étaient retranchés les Gaulois.  Là se dresse depuis 1865 la statue monumentale d’un Vercingétorix moustachu et chevelu due au sculpteur Aimé Millet.
A l’intérieur, on tourne en rond selon un parcours “interactif et ludique“ bourré de technologie. Ecrans tactiles, animations, jeux vidéo offrent à chacun une vision de la Guerre des Gaules selon son âge et ses connaissances. La technique permet même de faire dialoguer les bustes de César, de Vercingétorix et de Napoléon III !

Statuette de la Déesse-mère ou "Mater Alésia", 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d'Or, Musée Alésia, fonds Société des Sciences de Semur-en-Auxois.

Statuette de la Déesse-mère ou « Mater Alésia », 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d’Or, Musée Alésia, fonds Société des Sciences de Semur-en-Auxois. @ Olivier Champagne

Vase dédié au dieu Ucuetis et à Bergusia, 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d'Or, Musée Alésia, fonds Société des Sciences de Semur-en-Auxois.

Vase dédié au dieu Ucuetis et à Bergusia, 2e moitié du Ier siècle ap. J.-C., Conseil départemental de la Côte-d’Or, Musée Alésia, fonds Société des Sciences de Semur-en-Auxois.@ Dominique Geoffroy.

Technologie et tradition

Cette scénographie “high-tech“ n’oublie pas les visiteurs traditionnels réfractaires aux technologies interactives.  Le long du parcours circulaire s’alignent des chapiteaux de pierre à décor d’acanthes. Vestiges probables de la basilique dont on trouve les traces dans les ruines de l’Alésia gallo-romaine. Dans les huit “espaces contextualisés“ qui divisent la salle sont exposés les objets les plus intéressantes. Comme dans un musée classique.  On a trouvé beaucoup de choses depuis 160 ans. Armes, monnaies, objets de toilette, ustensiles de cuisine : poteries, chaudrons, gril, un trépied de cuisson. Mais aussi de véritables œuvres d’art comme la statue de la déesse mère, 2em moitié du Ier.s. De la même époque un élégant vase de bronze dédié à Ucuetis et Bergusia, dieux des forgerons. L’activité essentielle d’Alésia, dont on trouve des traces dans les ruines de la ville gallo-romaine.  

Vestiges d’une forge dans les ruines de la ville gallo-romaine

Vestiges d’une forge dans les ruines de la ville gallo-romaine @Françoise Deflassieux.

Alise alias Sainte Reine

Ces objets ne datent pas de l’époque du siège. Certains remontent au néolithique. La plupart vont du Ier au IIIe siècle. La vie a continué à Alésia après le passage des guerriers. Une vie “à la romaine“ dont les fouilles ont révélé les traces près de l’oppidum. Avec son théâtre, sa basilique, ses portiques garnis de boutiques, et ses ateliers de forgerons. Cette vie romanisée sera bientôt christianisée. Trois siècles après les figures farouches de César et Vercingétorix  apparaît le doux visage d’une jeune bergère. Régina garde ses moutons au pied du Mont Auxois (comme on dira plus tard de Geneviève de Nanterre et de Jeanne d’Arc). Chrétienne, un crime dans l’empire romain du IIIe siècle, elle est décapitée. Puis adoptée comme sainte patronne par Alésia, depuis Alise-Sainte-Reine. On la fête le 7 septembre et il y a toujours des moutons dans la plaine des Laumes.

Les moutons paissent tranquillement sur ce qui fut le champ de bataille d’Alésia

Les moutons paissent tranquillement sur ce qui fut le champ de bataille d’Alésia @Françoise Deflassieux.

Informations pratiques

MuséoParc Alésia
1, route des Trois Ormeaux
21150 Alise-Sainte-Reine
Tél. 03.80.96.96.23
Fax 03.80.96.96.24

www.alesia.com

Ouvert chaque jour 10h-18h
Tarif pour le musée et les ruines gallo-romaines :
Adulte : 10€
Jeunes 7-16 ans : 7€
Gratuit pour les moins de 7 ans
Service Réservations :  du lundi au vendredi 9h30-12h30 et 13h30-17h.
03.80.89.95.20
reservation@alesia.com

Photo d’ouverture de l’article : Arrivée au Muséo-Parc-©Sébastien Pitoiset

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/pont-aven-et-ses-environs-culture-nature-gastronomie/

Les commentaires ne sont pas disponibles!