mai 4, 2018 8:52

Publié par Caroline PAUX

Auvers-sur-OIse

Que ça soit en mai, où les ponts sont des aqueducs, en juin où le printemps s’affirme, en juillet août, où l’été vous donne envie de vous balader, une visite à Auvers-sur-Oise s’impose. « Auvers… c’est gravement beau… » écrivait Vincent Van Gogh à son frère Théo en 1890. Aujourd’hui, Auvers, c’est toujours beau et tellement chargé d’histoire que vous ne pourrez qu’avoir un coup de cœur pour ce village situé à seulement 45 minutes de Paris.

Auvers-sur-Oise a inspiré les plus grands peintres, Vincent Van Gogh, qui y est mort, Camille Pissaro, Claude Monet, Paul Cézanne ou encore Charles-François Daubigny, Émile Boggio… Ils ont laissé leur empreinte à jamais dans la ville qui est devenue une cité des impressionnistes. De nombreux lieux classés sont à découvrir, le temps d’une journée, et vous permettent de marcher “Sur les pas des Illustres”. Car tout peut se visiter à pied…

La chambre N°5 de l’Auberge Ravoux. C’est là qu’a vécu Vincent Van Gogh pendant 70 jours et où il est mort.

La chambre N°5 de l’Auberge Ravoux. C’est là qu’a vécu Vincent Van Gogh pendant 70 jours et où il est mort.

La chambre de Vincent Van Gogh à l’Auberge Ravoux

La visite d’Auvers-sur-Oise commence par l’Auberge Ravoux, dite la “Maison de Van Gogh”. C’est ici que le peintre Vincent Van Gogh a élu domicile, le 20 mai 1890. Il arrive de Saint-Rémy-de-Provence et a été invité par le Dr Paul Gachet afin d’y suivre une thérapie. La chambre N° 5, en haut de l’escalier, toute simple et pas cher lui convient parfaitement. Il habitera ici 70 jours, le temps de peindre 78 tableaux… Le 26 juillet 1890, il tente de se donner la mort dans un champ. Trois jours plus tard il décéde, dans sa chambre, des complications liées à la blessure par balle qu’il s’est infligée. Le 30 juillet, son frère Théo organise une cérémonie de recueillement dans la salle à manger de l’auberge. Son cercueil est posé sur des tables. La pièce est fleurie de tournesols, de dahlias jaunes et décorée des dernières toiles de l’artiste. Ses amis sont là, émus, pour lui dire un dernier au revoir. Parmi eux Émile Bernard, Camille Pissarro, le Dr Gachet, Anton Hirschig, la famille Ravoux…

La chambre N° 5 ne sera plus jamais relouée. On peut la visiter depuis 1993 et elle a déjà reçu plus de 1 250 000 visiteurs du monde entier. En haut de l’escalier la porte s’ouvre sur une petite pièce laissée à l’identique, comme si le temps était suspendu depuis 1890. Il n’y a pas grand-chose à voir, hormis une chaise, mais on y ressent beaucoup. De la peine, notamment, en imaginant la vie de cet incroyable artiste et comment il a terminé sa vie. Et aujourd’hui ses toiles valent des millions d’euros…

L’Auberge Ravoux est l’incontournable d’Auvers-sur-Oise et l’on y mange très bien

L’Auberge Ravoux est l’incontournable d’Auvers-sur-Oise et l’on y mange très bien.

La Maison Ravoux est aujourd’hui un lieu de mémoire grâce à Dominique-Charles Janssens. À la suite d’un accident de voiture devant l’auberge, en 1985, celui-ci s’est passionné pour l’histoire et la vie de Van Gogh. Il a découvert l’homme qui se cachait derrière l’image du “peintre maudit” et à tout quitté pour se consacrer à la réhabilitation et à l’animation de la Maison de Van Gogh. Le rêve de Dominique-Charles Janssens est d’exposer « un jour ou l’autre » une toile de Van Gogh, à l’endroit où celui-ci accrochait ses toiles pour les faire sécher, dans sa chambre.

Outre la chambre à visiter, dans une pièce voisine, un audiovisuelSur les pas de Van Gogh” évoque le séjour du peintre à Auvers-sur-Oise, à travers ses toiles, des extraits de lettres et des photographies d’époque.

La salle à manger de l’Auberge est une salle de restaurant qui propose une cuisine simple et authentique dans une atmosphère animée de cafés d’artistes. Il faut réserver longtemps à l’avance. Elle a déjà régalé près de 160 000 convives en 20 ans.

La chambre de Van Gogh, lieu de mémoire, a été classée Monument historique en 1985.

• INFOS + Tarifs 6 €, tarif réduit 4 €, gratuit pour les moins de 12 ans. Ouverture du mercredi au dimanche de 10 heures à 18 heures www.maisondevangogh.fr

Le musée Daubigny accueille l‘exposition “Impressions marines” jusqu’au 26 août 2018.

Le musée Daubigny accueille l‘exposition “Impressions marines” jusqu’au 26 août 2018.

Au musée Daubigny “Impressions marines” à Auvers-sur-Oise

Face à la Maison Van Gogh, le musée Daubigny, dans un charmant manoir du XVIIe siècle est à visiter. Ce lieu est dédié à la compréhension du pré-impressionnisme et des mouvements qu’il a fait naître. Plus de mille œuvres constituent les quatre collections du musée dont la plus importante rassemble des peintures, des dessins et des gravures du XIXe siècle autour de Daubigny. On peut y découvrir une des plus importantes collections d’art nef, une collection d’art contemporain ainsi qu’un fond dédié à l’art félin.

Sa nouvelle exposition temporaire “impressions marines” est magnifique. C’est un hommage à Charles François Daubigny et aux peintres qui ont travaillé avec lui. L’ouverture de la ligne de train Paris-Le Havre, en 1847, puis un an plus tard, Paris-Dieppe a été une révolution pour la peinture de paysage au XIXe siècle. Pour la première fois les peintres découvrent la côte normande et trouvent de nouveaux motifs à leurs toiles. Ils sont les précurseurs de l’impressionnisme. Ils aiment représenter la mer, à perte de vue, les bateaux, mais ils montrent également les activités des travailleurs de mer. Des œuvres lumineuses et contrastées avec parfois des ciels menaçants. La mer est pour eux une source d’inspiration infinie.

Plus de 80 œuvres jalonnent l’exposition, les artistes présentés, Courbet, Dupré, Boudin, Corot […] sont mis en regard avec l’œuvre de l’artiste contemporain Patrick Le Corf qui s’inspire de Charles François Daubigny et de Jules Dupré. Ici, laissez-vous conquérir par les paysages.

• INFOS + Musée Daubigny, Manoir des Colombières, rue de la Sansonne à Auvers-sur-Oise. Tarifs 5 €, 3 € tarif groupes, gratuit pour les moins de 18 ans. Ouverture du mardi au dimanche de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 heures à 17 h 30. www.museedaubigny.com

La Maison-atelier Daubigny a été décorée par Charles-François Daubigny et son fils Karl mais aussi par Corot, Daumier, Oudinot…

La Maison-atelier Daubigny a été décorée par Charles-François Daubigny et son fils Karl mais aussi par Corot, Daumier, Oudinot…

L’incroyable maison-atelier de Daubigny

Auvers-sur-Oise est l’unique commune d’île-de-France, à l’exception de Paris, à réunir trois Maisons des Illustres, label du ministère de la Culture et de la Communication. La première est celle de la Maison atelier de Charles François Daubigny (1817-1878), dont on a fêté le bicentenaire de sa naissance en 2017. Il est le chef de file de “l’école de l’impression” dont le rôle a été déterminant dans l’émergence du mouvement des impressionnistes.

Sa maison-atelier est très originale. Lorsqu’il s’est installé à Auvers-sur-Oise, Daubigny a fait venir ses amis artistes et pas des moindres Il y avait Corot, Daumier, Oudinot. Ce sont eux qui ont décoré la maison, notamment le décor de l’atelier aidés de Daubigny lui-même et de ses enfants. Corot a conçu la décoration sur des cartons, aujourd’hui conservés au Musée de Baltimore. Ils reproduisent ses dessins sur 100 m2 de toile marouflée sur les murs. Oudinot lui, a joué les architectes en dessinant les plans de la maison, mais il a aussi conçu la cheminée sculptée en bois et les dessus-de-porte… Pendant une dizaine d’années tous s’affairaient à la déco les jours de pluie. L’atelier fait 7,50 mètres de haut sous faîtage. On découvre les fresques et autres tableaux de Daubigny et son fils Karl.

La Maison-atelier Daubigny, une maison toute simple de l’extérieur, mais si originale à l’intérieur…

La Maison-atelier Daubigny, une maison toute simple de l’extérieur, mais si originale à l’intérieur…

On peut y voir les maquettes à l’échelle 1/8e des deux bateaux-ateliers de Charles-François Daubigny. Celui-ci a été le premier peintre à vouloir s’approcher au plus près de la rivière pour découvrir de nouvelles perspectives. Il avait fait construire un bateau de 8,50 mètres de long avec une petite cabine où il entreposait son matériel qu’il baptisa le Botin. Il n’y avait pas de moteur, mais un une voile et trois paires d’aviron. Il navigua pendant dix ans autour d’Auvers et même plus loin vers l’Isle-Adam, Pontoise et Conflans. Puis il changea de bateau, plus grand avec qui il vogua jusqu’à Trouville.

Le botin a été reconstruit à l’identique à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Daubigny par l’association Sequana. Il sera mis à l’eau en juin prochain, à proximité du belvédère dont les travaux d’aménagements se terminent. Les visiteurs pourront monter à bord du bateau-atelier puis, dans un second temps, effectuer des promenades, pour peindre à la manière de Daubigny ou Corot, ou photographier les paysages vus de la rivière…

• INFOS + Maison-atelier de Daubigny, 61, rue Daubigny. Ouverture jusqu’au 28 octobre. Jeudi et vendredi (10 h à 12 h et 14 h à 18 h 30), samedi et dimanche (14 h à 18 h 30).
Tarif 6 €, 4 € tarif réduit. Gratuit pour les moins de 12 ans
www.atelier-daubigny.com

La Maison du Docteur Gachet a été le lieu de nombreuses rencontres entre les artistes qui venaient se changer les idées à Auvers-sur-Iise et profiter de la lumière et de la campagne

La Maison du Docteur Gachet a été le lieu de nombreuses rencontres entre les artistes qui venaient se changer les idées à Auvers-sur-Iise et profiter de la lumière et de la campagne.

Scènes de mélancolie à la maison du Docteur Gachet

Théo Van Gogh, a fait venir son frère, Vincent, à Auvers-sur-Oise pour son côté paisible et pour le fait que la ville ait été adoptée et fréquentée par de nombreux peintres. Cézanne y avait vécu et était l’ami du Dr Paul Ferdinand Gachet, un médecin aimant beaucoup les arts. Celui-ci reçut Vincent Van Gogh à son arrivée et l’entoura de ses conseils. Il devint aussi son ami. Le peintre l’immortalisa en réalisant trois portraits de lui.

Le Dr Gachet était un médecin qui s’intéressait aux troubles psychiques et notamment à la mélancolie, une pathologie qu’il avait présentée dans sa thèse en 1858. Il était aussi collectionneur et graveur. Il avait acheté cette maison, à Auvers-sur-Oise, devenue son refuge et lieu d’inspiration loin de Paris où il exerçait. La presse qu’il avait achetée lui permettait de dessiner et graver sous le nom de Paul van Ryssel. Il avait même initié Cézanne puis Van Gogh à l’eau-forte dans son atelier, sous le toit de sa maison.

On peut visiter la maison du Docteur Gachet, inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1991 et labellisée Maison des Illustres en 2018.

La Maison du Docteur Gachet présente une très belle exposition sur le thème de la mélancolie.

La Maison du Docteur Gachet présente une très belle exposition sur le thème de la mélancolie.

Depuis le 24 mars et jusqu’au 24 juin, la Maison du Docteur Gachet présente une très belle exposition sur le thème de la mélancolie, cette maladie mentale qualifiée de “Mal du siècle” au XIXe siècle. Cette dénomination laisse place aujourd’hui à celle de psychose maniaco-dépressive ou dépression… On y découvre une série de dessins des malades que le Dr Gachet a réalisée dans des attitudes caractéristiques de leur pathologie.

L’exposition “Mélancholia, art et psychiatrie au XIXe siècle” présente la maladie et ses traitements à travers les œuvres d’artistes, amis du Dr Gachet. Certains d’entre eux de troubles psychiatriques, comme Van Gogh, Charles Méryon, André Gill, qui a été interné à Charenton.

• INFOS + : Maison du Docteur Gachet, 78, rue du Docteur Gachet. Ouverture du 24 mars au 4 novembre de 10 h 30 à 18 h 30 du mercredi au dimanche. Entrée gratuite.

Le très beau atelier d’Emile Boggio, comme si on y était.

Le très beau atelier d’Emile Boggio, comme si on y était.

La maison-atelier d’Émile Boggio, un autre “Illustre”

Émile Boggio est un peintre, né à Caracas en 1857 d’une mère française et d’un père italien. Il a vécu à Auvers-sur-Oise de 1910 à 1920. Dans sa maison, située dans une rue qui aujourd’hui porte son nom, rien n’a changé. On pourrait croire qu’il va apparaître, prendre ses pots métalliques dans lesquels il faisait ses couleurs et choisir ses pinceaux. Son chapeau de paille, sa tenue de travail sont encore sur le porte manteaux.

Le maître des lieux est un de ses descendants, son arrière-petit-neveu, lui aussi artiste. Il a voulu rénover l’atelier de son ancêtre pour faire redécouvrir son travail. Émile Boggio a peint plus de quatre cents tableaux à Auvers-sur-Oise dont le dernier, un pommier en fleurs, est toujours sur son chevalet. Dix ans avant de s’y installer, il avait obtenu la médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris pour son œuvre Labor. Sa peinture tournait vers l’impressionnisme.

La maison-atelier Émile Boggio a également obtenu le label Maison des Illustres attribué par le ministère de la Culture. Au premier étage on découvre l’atelier d’Emile Boggio et au rez-de-chaussée les œuvres de son arrière-petit-neveu, un artiste de grand talent.

• INFOS + : Maison-atelier Émile Boggio, 47 rue Émile Boggio. Ouvertures de fin mars à début octobre les samedis et dimanches de 14 h à 18 h 30. Tarif : 4 €.

Le Château d’Auvers-sur-Oise emmène les visiteurs dans l’univers des impressionnistes.

Le Château d’Auvers-sur-Oise emmène les visiteurs dans l’univers des impressionnistes.

Visions impressionnistes au Château d’Auvers-sur-Oise

Le village d’Auvers-sur-Oise a son château, construit au XVIIe siècle pour un riche financier italien de la cour de Marie de Médicis. Il a été ensuite transformé en château à la française et possède un magnifique jardin. Il est aménagé en terrasses horizontales ouvrant de larges perspectives sur la vallée de l’Oise. La vue est superbe… Le château est aujourd’hui la propriété du Conseil départemental du Val d’Oise qui organise régulièrement des expositions alliant le patrimoine historique à des parcours multimédias.

Après de gros travaux et depuis sa réouverture en octobre 2017, le château abrite un nouveau parcours immersif intitulé “Vision impressionniste, naissance et descendance”. Le visiteur peut ainsi découvrir l’histoire et le patrimoine culturel grâce aux nouvelles technologies sons et lumières. Le parcours propose 600 m2 d’une visite immersive dans l’univers des impressionnistes avec la projection des merveilleuses toiles des plus grands. Parmi eux : Manet, Pissarro, Renoir, Monet, Morisot, Sisley, Cézanne, Caillebotte, Degas, Jongkind, Van Gogh, Turner, Daubigny, Seurat, Signac, Derain, Vlaminck, Gauguin…

Le Château d’Auvers-sur-Oise propose un parcours immersif dans l’univers des impressionnistes grâce aux nouvelles technologies.

Le Château d’Auvers-sur-Oise propose un parcours immersif dans l’univers des impressionnistes grâce aux nouvelles technologies.

La scénographie, découpée en huit séquences ponctuent le parcours, mêlant mapping, morphing, grands écrans, projections, invente un véritable musée numérique. Le visiteur est plongé au cœur d’une histoire visuelle et sensorielle de la peinture.

L’immersion multimédia est complétée par une bande-son qui restitue dans le contexte la parole d’artistes, de critiques d’art et de marchands de l’époque. On entend des témoignages, des extraits de lettres ou d’articles de journaux, lus par plusieurs acteurs, dont Jacques Gamblin.

C’est une visite moderne et instructive, intéressante et émouvante… Le visiteur passe d’espace en espace et est à chaque fois captivé par les images. Seul petit reproche, et cela concerne les seniors, il y a peu de lieux pour s’asseoir et la visite se fait debout la plupart du temps.

• INFOS + : Château d’Auvers-sur-Oise, rue de Léry. Ouverture du mardi au dimanche de 10 h à 18 h, d’avril à septembre, et de 10 h à 17 h d’octobre à mars.
Tarifs : 15 €, tarif réduit : 9 €, gratuit pour les moins de 12 ans.
www.chateau-auvers.fr

Le musée de l’absinthe, une visite riche en informations sur “la fée verte”.

Le musée de l’absinthe, une visite riche en informations sur “la fée verte”.

Au musée de l’absinthe découvrez l’histoire de “la fée verte”

Une des dernières petites visites s’impose, celle du musée de l’absinthe. Situé à deux pas de l’Auberge Ravoux, il a été créé par Marie-Claude Delahaye, une collectionneuse passionnée depuis 1981. Celle-ci a recréé l’ambiance des cafés de la Belle époque. On y découvre des tas d’objets, verres, carafes, cuillères, affiches, plaques émaillées, livres, tableaux… consacrés à absinthe, boisson favorite des poètes et des artistes au XIXe siècle. “La fée verte” comme on l’appelait à l’époque était une boisson fortement alcoolisée qui a été interdite en 1915. Une campagne contre l’absinthe avait été lancée dans les années 1870 à cause des ravages qu’elle provoquait et de la concurrence avec le vin. La prohibition de l’absinthe est toujours en vigueur, mais en 1998, des spiritueux aux plantes d’absinthe ont été autorisés. La célèbre boisson alcoolisée à 68-72°est donc de retour, mais la proportion d’absinthe est moins importante et limitée.

Au musée de l’absinthe, Marie-Claude Delahaye peut vous faire découvrir le rituel de l’absinthe.

Au musée de l’absinthe, Marie-Claude Delahaye peut vous faire découvrir le rituel de l’absinthe.

Le musée de l’absinthe présente une exposition consacrée à Honoré Daumier, caricaturiste, peintre, lithographe et sculpteur… Il habitait à Valmondois, près d’Auvers et réalisa de très nombreuses caricatures.

La visite du musée est très intéressante surtout lorsqu’elle est commentée par Marie-Claude Delahaye qui ne manque pas d’anecdotes et d’explications. La visite peut se terminer par une dégustation de “la Fée verte”, suivant un rituel accompli qui fait partie de la fascination des gens pour l’absinthe.

Cela commence par le placement d’un morceau de sucre sur une cuillère plate perforée et qui repose sur les bords d’un verre contenant une dose d’absinthe. De l’eau glacée est ensuite versée sur le sucre qui se dissout très lentement. Petit à petit l’absinthe change de couleur et passe du verre au blanc opalescent.

• INFOS + : Musée de l’absinthe, 44 rue Callé. Ouverture du 10 mars au 28 octobre, tous les samedis et dimanches de 13 h 30 à 18 h Entre le 11 juillet et le 15 août, ouvertures les mercredis, jeudis et vendredis. Groupes reçus en semaine sur rendez-vous. Tarifs : 5 €, tarif réduit : 4 €. Gratuit pour les moins de 15 ans. Compté quelques euros de plus pour le rituel de l’absinthe et autres options.
www.musee-absinthe.com

L’église d’Auvers-sur-Oise n’a pas beaucoup changé depuis le tableau de Vincent Van Gogh et cette prise de vue.

L’église d’Auvers-sur-Oise n’a pas beaucoup changé depuis le tableau de Vincent Van Gogh et cette prise de vue.

À voir également à Auvers-sur-Oise

• L’église Notre-Dame-de-L’assomption d’Auvers-sur-Oise, rendue célèbre par la merveilleuse toile de Vincent Van Gogh est un lieu incontournable de la visite d’Auvers-sur-Oise. Du 1er juin au 4 juillet, l’église accueillera les concerts du Festival d’Auvers-sur-Oise, un des rendez-vous incontournables de la musique classique. www.festival-auvers.com

Vincent Van Gogh et son frère Théo sont enterrés au cimetière d’Auvers-sur-Oise.

Vincent Van Gogh et son frère Théo sont enterrés au cimetière d’Auvers-sur-Oise.

• Le cimetière. Vincent Van Gogh et son frère Théo, sont tous deux enterrés à Auvers-sur-Oise. Théo est mort 6 mois après son frère, aux Pays-Bas. Il sera enterré là-bas. Mais en 1914, son épouse Johanna, fit transférer la dépouille de Théo à Auvers-sur-Oise, afin que les deux frères soient réunis par de-là la mort. Leurs tombes, qui sont côte à côte, sont recouvertes de lierres plantés en 1924 par l’un des fils du Docteur Gachet. Chaque année le cimetière reçoit plus de 200 000 visiteurs venus du monde entier.

Maison de Vincent Van Gogh

Copyright : Caroline PAUX

 A lire aussi sur Dynamic Seniorshttp://dynamic-seniors.eu/the-world-arts-fair/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Exposition Décennie

dimanche, août 19, 2018

Exposition photographique au musée du château des ducs de Wurtemberg

Pour ceux qui sont passionnés par l’histoire de France, une exposition se tient au musée du château des ducs de Wurtemberg de Montbéliard. Cette exposition photographique témoigne des bouleversements esthétiques survenus en France entre 1925 et 1935. Dix années qui révèlent la fragilité et l’inventivité de tout ce qui s’est passé pendant cette période.

En savoir plus

Liat Cohen

samedi, août 4, 2018

Liat Cohen : La guitare orpheline… découverte d’une sublime artiste

Pionnière de la renaissance de la guitare classique et de la création contemporaine, Liat Cohen a donné ses premiers récitals dès l’âge de 14 ans. Surnommée « princesse de la guitare classique » par “la critique”, tous les pros disent d’elle que son jeu est habité, sensuel, délicat, inventif autant que virtuose. Premier Prix du Conservatoire […]

En savoir plus

Le centre d’art graphique de la Métairie Bruyère

dimanche, juillet 22, 2018

Découverte du centre d’art graphique de la Métairie Bruyère dans l’Yonne

Le centre d’art graphique de la Métairie Bruyère, situé à Parly, à 20 minutes d’Auxerre et 90 minutes de Paris, est unique en Europe. C’est ici, en 1985, qu’un couple de graveurs Robert et Lydie Dutrou ont investi un vaste corps de ferme bourguignon pour y installer leurs presses. C’est devenu un lieu un peu […]

En savoir plus