Cabaret Canaille raconte l’histoire du Burlesque américain

A la une, Spectacles - Théâtre

Cabaret Canaille raconte l’histoire du Burlesque américain

784

Cabaret Canaille est une création de Valentina Del Pearls. Avec, elle fait découvrir l’âge d’Or du Burlesque américain des années 1920 à 1940. A cette époque, les effeuilleuses étaient érigées au rang de star.

Savez-vous ce qu’est l’effeuillage burlesque ? En fait, il peut s’exprimer de différentes manières. La plupart du temps, il s’agit, de numéros de danse théâtrale dans lesquels des femmes se mettent en scène de manière sensuelle et décalée pour dévoiler leur corps. Un spectacle d’effeuillage burlesque élève le strip-tease au rang de discipline artistique. En effet, l’effeuillage burlesque est un strip-tease codifié et théâtralisé. il n’implique pas forcément de nudité. Au final, il s’agit de séduction. Les artistes terminent leurs numéros en culotte, string, cache-sexe et cache-tétons. Ce qui démarque l’effeuillage burlesque, c’est le fait que les femmes ne sont pas obligées d’avoir un corps parfait. Les rondeurs font parties du spectacle. Peu importe l’âge également. Il faut juste mettre sa personnalité en valeur. Un excellent moyen pour avoir confiance en soi.

Cabaret Canaille - Un cabaret burlesque, drôle et beau,mettant en scène des femmes jouant de leurs formes avec glamour et second degré.

©Emilie Brouchon

Cabaret Canaille - Un cabaret burlesque, drôle et beau,mettant en scène des femmes jouant de leurs formes avec glamour et second degré.

Des acrobaties et de la danse©Emilie Brouchon

Cabaret Canaille

Au Cabaret Canaille, les artistes se mettent en scène en jouant avec leurs formes. Avant le spectacle, vous pouvez boire un verre et rencontrer les chanteuses, danseuses, malfrats et effeuilleuses burlesques. Idem après le spectacle. Valentina Del Pearls est tombée dans l’effeuillage burlesque pour la folie douce, la liberté des corps et la sophistication des costumes. Puis, au fil du temps, elle s’est intéressée aux racines du mouvement, à son Histoire et à ses icônes. Les biographies, les témoignages, comportent des anecdotes toutes plus folles les unes que les autres. Résultat, elles font écho à un pan de la culture américaine en général et du cabaret en particulier. Avec Cabaret Canaille, Valentina propose un voyage rétro et esthétique infusé de petits rappels historiques. Une manière de rendre hommage à ces filles qui ont ouvert la voie à un art scénique des plus libres et des plus joyeux.

Cabaret Canaille - Un cabaret burlesque, drôle et beau, mettant en scène des femmes jouant de leurs formes avec glamour et second degré.

Les hommes aussi pratique l’effeuillage burlesque©Emilie Brouchon

Les couples ont du succès.

©Emilie Brouchon

Cabaret Burlesque - de Valentina Del Pearls

Valentina Del Pearls

Interview de Valentina Del Pearls

DS : Avez-vous toujours pratiqué l’Effeuillage Burlesque ou bien aviez-vous un autre métier avant ?

Valentina : J’ai commencé le Burlesque en 2006, à l’âge de 28 ans. Avant cela, j’ai eu plusieurs métiers. Après une fac d’anglais, j’ai enseigné pendant trois ans. Puis, je me suis dirigée vers le journalisme (mode et culture). J’ai occupé des postes variés allant de rédactrice, traductrice à styliste photo.

DS : Qu’est-ce qui vous a amenée à pratiquer ce type de danse théâtrale ?

Valentina : Le hasard. J’ai vu un show et j’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire. Aussi banal que cela.

Cabaret Canaille - Un cabaret burlesque, drôle et beau, mettant en scène des femmes jouant de leurs formes avec glamour et second degré.

©Gaëlle Alban

Valentina Del Pearls présente le spectacle dans la salle et sur scène.

Valentina Del Pearls©Gaëlle Alban

DS : Et a monter un spectacle ?

Le hasard encore une fois. Je fréquentais souvent le Café de Paris, rue Oberkampf. Un soir, en 2010, le patron me confiait son embêtement suite au désistement d’une troupe. Je lui ai proposé bêtement d’organiser un spectacle sur le créneau vacant. Il l’a immédiatement noté dans son agenda.

DS : Vous êtes un peu une femme orchestre car vous présentez le spectacle et vous y participez… en plus de l’avoir créé… cela doit représenter un certain travail ? Il faut sélectionner les danseuses, les faire répéter, choisir les costumes etc. Comme orchestrez-vous toutes ces activités ?

Valentina : J’ai la chance d’être entourée par plus d’une trentaine d’artistes au Burlesque Klub. Chacun avec un répertoire fourni et des styles bien distincts. La spécificité de l’effeuillage burlesque fait que chaque artiste est maître de son numéro. Il choisit sa musique, son costume, sa chorégraphie. Ensuite, je pioche dans les répertoires de chacun selon l’histoire que je veux raconter. Je peux également suggérer la création de numéros qui, à mon avis, s’intègreraient bien dans mon narratif, comme le duo de Chanelle de Mai et Vicomte Harbourg dans Cabaret Canaille. Malgré tout, ils restent maîtres de son contenu et le résultat n’appartient qu’à eux. Je m’occupe ensuite de la composition générale.

Des numéros qualitatifs.

Des numéros qualitatifs©Emilie Brouchon

Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.

Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.©Emilie Brouchon

DS : Pouvez-vous m’expliquer en quoi consiste exactement l’effeuillage burlesque ?

C’est l’art de se déshabiller sur scène avec glamour et second degré. Un numéro d’effeuillage est une saynète d’en moyenne 5 minutes où l’effeuilleuse (ou l’effeuilleur) va se mettre dans une situation particulière. Elle va pousser l’artiste à se déshabiller en musique. Ce n’est pas le « strip-tease » l’important, ni sa finalité mais le jeu de l’artiste et l’atmosphère créée. Les numéros peuvent être humoristiques, esthétiques, poétiques ou même engagés.

DS : Faut-il une formation spécifique pour le pratiquer ?

Valentina : Absolument pas. Les artistes viennent tous de milieux très différents. Les spécialités varient aussi. Certains ont fait de la danse, du théâtre, de la musique, du cirque mais ce n’est pas du tout un critère.

Un très beau numéro.

Un très beau numéro.©Emilie Brouchon

Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.

Valentina Del Pearls©Emilie Brouchon

DS : En général, les danseuses sont minces. Dans Çabaret Canaille, certaines ont des formes généreuses. Est-ce spécifique au Burlesque ?

Valentina : De la même manière, un préjugé courant est que le Burlesque serait une affaire de rondes. En réalité, le Burlesque est ouvert à absolument n’importe qui. En effet, il suffit de décider d’un personnage et de créer des numéros pour être un artiste Burlesque. C’est une scène absolument libre et de fait très protéiforme. On ne parle pas seulement des corps. Les styles artistiques, les « écoles » sont également très variés. C’est de historique. L’effeuillage burlesque doit sa renaissance; dans les années 90, à une bande de punkettes. Elles se sont emparées de la scène pour y faire ce qu’elles voulaient, comme elles le voulaient. Elles ont posé les jalons de l’esprit « new-burlesque ».

DS : De quel âge à quel âge peut-on pratiquer l’effeuillage burlesque ?

Valentina : Les plus jeunes effeuilleuses que je connaisse ont la petite vingtaine. Toutefois, on a vu des grandes légendes du Burlesque américain, encore sur scène à Las Vegas, de plus de soixante ans. Il n’existe pas de mode d’emploi précis.

Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.

Effets de plumes par Valentina Del Pearls ©Emilie Brouchon

Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.

Valentina Del Pearls ©Emilie Brouchon

DS : Considérez-vous que le burlesque soit un art de la séduction ?

Valentina : Personnellement, je dirais que non parce que je n’ai jamais créé mes numéros dans ce sens. Je suis plutôt adepte des numéros scénarisés et plutôt légers, voire comiques. Je vois vraiment cela comme un spectacle musical à part entière mais là encore, c’est mon approche personnelle. Ce ne sera pas le cas d’autres artistes qui choisissent de se positionner sur le segment du glamour rétro et esthétique. L’intéressant dans une revue d’effeuillage, c’est de voir cohabiter toutes ces approches différentes.

DS : Est-il exact que le new burlesque émane d’une volonté de rendre hommage à deux époques ? Cele de la fin du XIXè siècle avec l’apparition des spectacles légers montés dans les cabarets parisiens comme les Folies Bergères, le Moulin Rouge et le Chat Noir ?

Valentina : C’est exact. On fait souvent référence à une troupe anglaise appelée « Les British Blondes ». Elle aurait inspiré des producteurs lors d’une tournée américaine à la fin du XIXe siècles. Elles-mêmes étaient inspirées par le Moulin Rouge etc… La discipline a évolué jusqu’à devenir une attraction qui déplaçait des foules dans les plus grands théâtres. On parle de « l’âge d’or du Burlesque » entre les années 20 et 40.  A la fin des années 50, c’est l’arrivée du porno qui a rendu le Burlesque ringard. Qui voulait encore voir des femmes, jamais complètement nues, minauder sur scène quand des corps étaient complètement exhibés ailleurs ? Il a fallu attendre les années 90 et l’arrivée de Michèle Carr et des filles du Velvet Hammer, les « punkettes » dont je parlais précédemment.

Le spectacle est aussi dans la salle.

Le spectacle est aussi dans la salle.©Gaëlle Alban

Cabaret Canaille - Valentina Del Pearls dans un de ses numéros.

Valentina Del Pearls ©Gaëlle Alban

DS : Dita Von Teese est connue dans ce domaine et a ouvert une école si je me souviens bien.

Valentina : Elle a ramené sur le devant de la scène l’effeuillage dit « classique », tel que les divas des années 40 le pratiquaient, par opposition au style plus « rock’n’roll » du Velvet Hammer. Elle n’a pas monté d’école non. A Paris, c’est Gentry de Paris qui donnait des cours dans ce style-là. Dita fut d’ailleurs la « Guest-star » de la « Gentry de Paris Revue », qui a eu lieu en 2009 au Casino de Paris.

DS : En ce qui vous concerne, quand avez-vous découvert le burlesque ?

Valentina : En 2006, dans la cave d’un petit bar de la rue Léon Frot à Paris. C’est d’ailleurs là-bas que j’ai rencontré pour la première fois Kitten On The Keys et Dirty Martiny, des stars américaines du Burlesque (que l’on a pu voir dans le film « Tournée » de Matthieu Amalric). Une soirée improbable.

Un mélange de charme et d'exotisme.

Un mélange de charme et d’exotisme.©Gaëlle Alban

Le final du spectacle.

Le final du spectacle.©Gaëlle Alban

DS : Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

Valentina : Ce n’était pas prévu mais je pars à Avignon avec finalement deux cabarets : « Cabaret Canaille » au Rouge Gorge, que j’ai écrit et dans lequel je joue. Et également, en tant que productrice du « Cabaret du Fruit Défendu », le premier spectacle écrit par Vicomte Harbourg, le seul « Boylesque » de Cabaret Canaille. Mon premier spectacle « Le Cabaret Burlesque » continue sa route tous les week-ends à la Nouvelle Seine à Paris et également en tournée. Je suis en train de créer un nouveau cabaret très cartoonesque qui va se jouer au Bateau Phare à Paris. Et je me diversifie en produisant également des seuls en scène d’humour comme « Lolla Wesh » ou « Eva s’effeuille ». J’avoue être tentée par les spectacles jeune public maintenant. ça m’est évidemment venu à l’esprit quand j’ai été maman… Un cliché !

Infos pratiques

Pour en savoir plus sur le Burlesque Klub
contact@leburlesqueklub.com

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/navigateurs-navigatrices-olympiques-la-baule/

Les commentaires ne sont pas disponibles!