Espagne : à la découverte de la région Castilla y Leon

Evasion, Voyages

Espagne : à la découverte de la région Castilla y Leon

1508

Sagesse et vieilles pierres ! On définirait volontiers par ces mots la région ou, plus exactement, la communauté autonome de Castilla y Leon. Ici plus qu’ailleurs, l’histoire s’étire et les monuments empilent les siècles… Dès notre arrivée, nous avons ressenti le calme et une certaine sérénité car le sacré y est omniprésent. Pendant trois jours, églises et monastères, villes et villages se sont succédés, chacun avec son caractère propre, son histoire, son atmosphère… 

La région Castilla y Leon s’étend sur 95 000 km2, possède 60% du patrimoine architectural artistique et culturel du pays. Pas moins de 400 musées, 12 cathédrales et 500 châteaux, les fameux « castillos » (en espagnol), qui ont donné leur nom à la région. De quoi faire ! 

Santo Domingo de Silos

Castilla y Leon : Santo Domingo de Silos

Santo Domingo de Silos

Première « escale » toute en douceur que ce village médiéval entouré de champs et de garrigue. Le temps semble s’y être arrêté depuis dix siècles. Un potager, un vieux lavoir où les dames du village s’asseyent encore pour causer, quelques traces du passage du Cid… Et nous voici soudain chez les moines !

L’abbaye 

Santo Domingo de Silos : l'abbaye

Santo Domingo de Silos : l’abbaye

Dans cette abbaye à l’architecture austère, la vie monacale débuta au IXe siècle. Elle s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui avec une interruption au début du XIXe siècle. 25 moines bénédictins y vivent et y travaillent toujours (contre 300 dans le passé). Selon le principe de l’ordre « Ora et labora », leur journée est un peu celle des trois 8. Elle se divise entre la prière (l’étude et le chant). Le sommeil. Et le travail au potager ou dans la cuisine, pour des tâches de nettoyage… Un système dont découle directement notre journée de 8 heures.

Santo Domingo de Silos : cloître de l'abbaye

Santo Domingo de Silos : cloître de l’abbaye

Entre ces murs, on admire le réfectoire, le cloître avec son antique cyprès, sa double galerie (unique en Espagne) et ses magnifiques chapiteaux sculptés. De même une vieille apothicairerie et ses 300 pots de faïence. Cette abbaye produit des albums de chant grégorien dont la renommée dépasse largement les frontières de la région Castilla y Leon.

Le village de Covarrubias

Le village de Covarrubias

Le village de Covarrubias

Une chaude torpeur envahit ce village médiéval de la province de Burgos où Philippe II, en son temps, eut son médecin. Ses maisons traditionnelles aux murs à colombages lui donnent un charme particulier.Tout comme ses petits vieux tranquillement assis devant leur porte. Un calme soudainement interrompu par le chant furieux de dizaines d’oiseaux réfugiés dans un arbre, juste devant la collégiale. Ils nous feront mieux apprécier son silence…

La collégiale San Cosme y San Damian

COVARRUBIA : Collegiale San Cosme y San Damian et maître-autel.

Collegiale San Cosme y San Damian et maître-autel.

Fraicheur, odeur d’encens, exubérance de la peinture et des ors… Dès qu’on entre, le contraste est saisissant avec la sobriété de l’architecture extérieure. L’édifice actuel remonte au XVe siècle. En dehors d’un superbe maître autel baroque en bois doré, on y découvre une série de tombeaux de grands personnages de la ville et de Castilla y Leon: le comte Fernan Gonzalez et sa femme. Mais aussi l’infante Christine de Norvège liée, au XIIIe siècle, à la famille royale d’Espagne. La plus grande surprise demeure le musée qui renferme une splendide série de pièces d’art sacré. Ainsi ce triptyque de l’Adoration des mages, mi-sculpté, mi-peint, aux airs bien flamands. Cette étonnante Vierge du cercle de Van Eyck ou cette série de saints en bois polychrome aux attitudes et visages si expressifs qu’on les croirait vivants !

COVARRUBIAS Collegiale Santo Cosme et santo Damian) Visitation (détail) par le maître de Villalonquejar

COVARRUBIAS Collegiale Santo Cosme et santo Damian) Visitation (détail) par le maître de Villalonquejar

COVARRUBIAS Collegiale san Cosme et Damian)Saint Antoine, anonyme XIVe s.

COVARRUBIAS : Collegiale san Cosme et Damian)Saint Antoine, anonyme XIVe s.

COVARRUBIAS: Collegiale San Cosme y Damain) San Roque, anonyme XVI-XVIIe s.

Collegiale San Cosme y Damain) San Roque, anonyme XVI-XVIIe s.

COVARRUBIAS : Collegiale San Cosme et Damian) L'Adoration des Mages (détail) Anonyme.

Collegiale San Cosme et Damian) L’Adoration des Mages (détail) Anonyme.

La petite ville de Lerma 

LERMA : Le Palais Ducal

Le Palais Ducal

Ce gros bourg où il fait bon flâner impose d’emblée au regard sa grand place (une ancienne place de taureaux) avec, au fond, son imposant palais ducal, un de ces « parador » dont l’Espagne a le secret. Nos voisins, en effet, ont transformé nombre de leurs monuments en grands hôtels d’Etat (aux tarifs le plus souvent raisonnables). Une façon intelligente de sauvegarder le patrimoine. 

L’exposition « Angeli »

LERMA : Expo Angeli - Ange gardien par Sebastian Ducete. L'Archange Saint-Michel

Expo Angeli – Ange gardien par Sebastian Ducete. L’Archange Saint-Michel

C’est un des points d’intérêt majeurs à Lerma, actuellement (jusqu’au 10 novembre). Organisée par la fondation Las Edades del Hombre (les Ages de l’Homme), l’exposition se partage entre trois lieux sacrés. Et couvre quelque six siècles d’art : du XIIIe au XVIIIe siècle. 

Les anges ? Ils accompagnent toute la vie du Christ et de la Vierge, présents dans presque toutes les œuvres sacrées. Pourtant, on n’y prête guère attention. Ici, ils sont mis en lumière avec leur douceur, leur côté bienfaisant et leur beauté si innocente qu’elle nous tirerait presque les larmes. 

LERMA EXPO ANGELI) Ange par Eduardo Palacios, 2019

Ange par Eduardo Palacios, 2019

Une section est aussi dédiée aux démons, ces autres anges définitivement écartés du royaume de Dieu, avec leurs tentatives constantes d’attirer les hommes vers le péché… Le décor baroque où sont présentées sculptures et peintures donnent à l’ensemble une puissance visuelle et dramatique tout à fait grandiose. 

Burgos et ses environs

Retour à la ville et à la « vraie vie » ? Burgos nous a d’emblée séduits par son côté animé. Restaurant et boutiques parfois au charme désuet côtoient monuments et ruelles pittoresques tandis que tous vaquent d’un pas pressé à leurs occupations.  Au Moyen-Age, la ville était un centre de commerce international, notamment pour la laine. L’argent coulait à flot et les marchands sponsorisaient les arts. Burgos est aussi la ville du Cid Campeador immortalisé par Corneille. Se trouvant sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle elle est souvent traversée par les pèlerins. 

La cathédrale

BURGOS : La cathédrale

La cathédrale

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1984, cette cathédrale gothique est la 3e plus grande église d’Espagne après celles de Séville et de Tolède. Assez colossale, elle mesure 84m de long sur 60 de large. Des travaux de restauration s’y déroulent depuis 25 ans visant surtout à consolider la pierre calcaire des murs, blanche et très fragile. On y admirera les magnifiques chaires sculptées, la douzaine de chapelles joliment ornées. Et l’horloge surnommée ironiquement « gobe mouche » par les habitants, depuis 5 siècles. Son petit carillonneur ouvre-t-il la bouche 24 fois par jour pour donner l’heure ? Les touristes, béats, feraient, paraît-il, de même en le regardant!

BURGOS Chapelle de la cathédrale et sculptures

Chapelle de la cathédrale et sculptures.

Le Monastère royal de las Huelgas

Cet édifice cistercien fut fondé au XIIe siècle par le roi Alphonse VII et sa femme Aliénor Plantagenêt. Il accueille toujours une trentaine de religieuses. Son architecture qui a la sobriété requise par l’ordre offre un contraste saisissant avec ses autels baroques des XVIIe et XVIIIe siècles : une véritable débauche de sculptures et de dorures ! On y admire aussi deux cloîtres et un petit musée des tissus.

Monastère royal de las Huelgas et l'autel

Monastère royal de las Huelgas et l’autel.

Le site préhistorique d’Atapuerca

Changement de décor et d’univers ! Cette fois c’est des origines de l’homme qu’il s’agit. Le site se situe en pleine nature à une quinzaine de kilomètres de Burgos. Il offre une balade dépaysante. Tout en écoutant l’étonnante musique psychédélique du vent contre les échafaudages, on y redécouvre l’histoire de nos ancêtres contée de façon théâtrale par Mario, notre jeune guide anthropologue.

Atapuerca : le Site Archéologique

Atapuerca : le Site Archéologique

Atapuerca : Mario et deux visiteurs.

Atapuerca : Mario et deux visiteurs.

« Le premier gisement fut mis au jour à la fin du XIXe siècle lors du creusement d’une voie ferrée » raconte-t-il. Mais il a fallu attendre 1978 pour que la colline, creusée sur 2 kilomètres, fasse l’objet de fouilles. Les restes humains qui y ont été mis au jour ont permis la définition d’Homo antecessor, le plus ancien représentant du genre Homo connu à ce jour en Europe. Certains ossements datent de plus d’un million d’années. 

Le musée de l’Evolution humaine

BURGOS Musée de l'Evolution Humaine) Homo habilis

Musée de l’Evolution Humaine) Homo habilis

Grande fierté de Castilla y Leon, il a ouvert ses portes il y a une dizaine d’années pour abriter les vestiges des fouilles et expliciter la grande aventure de l’Homme (et de la femme !). On peut y observer des ossements de bisons, d’éléphants mais surtout les plus vieux restes humains d’Espagne. Pour plus de pédagogie, les différents stades de l’évolution humaine sont illustrés par des mannequins d’un saisissant réalisme. Ils sont l’œuvre d’Elizabeth Daynès, sculptrice française experte en paléoanthropologie.

Penafiel et ses environs

C’est la ville des rois, des nobles et des vins ! Située sur la Ribera del Duro (la Route des Vins) dont elle est considérée comme la capitale, elle donne aussi à voir une des plus anciennes places de taureaux d’Espagne, la plaza del Coso. La cinquantaine de maisons qui l’entourent servent toujours, louées par la mairie au moment des fêtes taurines. Montrant de jolis balcons sculptés, elles ont été spécialement aménagées et munies de barreaux pour protéger les spectateurs au moment des spectacles.

Le château 

PENAFIEL et son château

Château

Véritable navire s’avançant dans les terres, cette superbe forteresse médiévale offre du haut de son éperon rocheux une vue spectaculaire sur la campagne environnante. Sa construction imposante s’échelonne entre le Xe et le XVe siècle. Entre ses murs, on pourra visiter un intéressant musée Provincial du vin à la présentation très contemporaine.  Tous les aspects du doux brevage y sont représentés, de sa fabrication à sa mise en bouteille ou à son étiquetage. Avec, pour animer le tout, des représentations d’artisans au travail qui lui donnent un petit côté folklorique !  On pourra prolonger la visite par une visite des caves Buezo, une exploitation moderne, assez exemplaire située à Mahamud. Tout en dégustant un de leurs crus, on apprend que dans la région, on fait du vin depuis 2000 ans !

Caves de Buezo, Mahamud. Le Musée du vin, le verrier et machine à étiqueter. Plaza del Poso.

Caves de Buezo, Mahamud. Le Musée du vin, le verrier et machine à étiqueter. Plaza del Coso.

Caves de Buezo: Dégustation

Caves de Buezo : Dégustation

Le monastère de Santa Maria de Valbuena

Il marie l’histoire et le présent de façon exemplaire et inattendue. Fondé au XIIe siècle par Dona Estefania de Armegol, comtesse d’Urgell et petite fille du Comte Ansurez, ce monastère est devenu le siège de la fondation Las Edades del Hombre (les Ages de l’Homme) qui promeut le patrimoine de la région Castilla y Leon. Depuis quelques années un superbe hôtel 5 étoiles (avec spa) y loge.

Monastere Santa-Maria-de-Valbuena et son potager.

Monastere Santa-Maria-de-Valbuena et son potager.

Ici, les espaces historiques côtoient, les vignes, le potager et la piscine ! De la visite, on retient la jolie chapelle, la salle capitulaire décorée de fresques Renaissance. Et l’adorable potager où sous une chaleur accablante le jardinier nous a offert une gousse de petits pois à croquer. Ceux même qu’on a retrouvés un peu plus tard dans notre assiette, au restaurant Los Monjes (les Moines) ! 

Monastère Santa-Maria de Valbuena : Fresque

Monastère Santa-Maria de Valbuena : Fresque

Valladolid : La Capitale de Castilla y Leon :

Son imposante cathédrale

Valladolid, la cathédrale

Valladolid : la cathédrale

C’est notre dernière découverte dans notre parcours en Castilla y Leon. Elle nous a beaucoup plu notamment par l’animation de sa « plaza mayor », une des premières grand-places quadrangulaires de forme régulière en Espagne. Véritable cœur de la ville, elle est constamment animée et l’on y célèbre aussi bien Noël que la semaine sainte ou la fête de la musique.A Valladolid, on pourra aller au théâtre, visiter le musée national de Sculpture, le musée d’art contemporain, visiter l’église San Paulo et admirer le fin style isabélin de certains monuments. La ville de Cervantès propose aussi d’excellents concerts notamment par l’orchestre symphonique de Castilla y Leon, dirigé par le jeune chef d’orchestre britannique Andrew Gourlay.

Valladolid : la plaza mayor

Valladolid : la plaza mayor

Ce qui nous a surtout plu, ce sont les cafés, les façades colorées et la joie de vivre qui émane de Valladolid, cette âme espagnole si unique et que l’on aime tant… !

Carnet de Voyage

Où dormir : 

Au palais ducal-parador de Lerma : magnifique cadre historique. On peut aussi y diner.
Plaza Mayor, 1, 09340 Lerma, Burgos.
Tél. : 947 17 71 10. www.parador.es

A Valladolid

Hotel Olid, plazza san Miguel, 10, 47003 Valladolid. wwwhotelolid@hotelolid.com 

Où se restaurer :

A Santo Domingo de Silos

Hôtel Tres Coronas de Silos, Plaza Mayor, 6, 09610 Santo Domingo de Silos. Tél. : 947 39 00 47 www.hotelcoronasdesilos.com
Cadre ancien sert des spécialités comme le cochon de lait rôti qui fond dans la bouche !

A Burgos

En tiempos de Maricastana, Paseo Espolon, 10, 09003 Burgos. Tél. : 947 20 61 55. www.tiemposdemaricastana.com 

La chef Isabelle Alvarez y revisite les spécialités traditionnelles : glace à l’huile d’olive, morue aux algues, boudin au poulpe, oreilles de cochon aux sardines. Un petit coup de cœur !
Les Caves et le Converso à l’hôtel Castilla Monasterio de Valbuena   www.castillatermal.com
Cuisine très raffinée et bons vins.

Pour tous les renseignements : l’Office Espagnol du Tourisme à Paris. www.spain.info  

Y aller : vol Paris-Madrid par la compagnie Iberia: www.iberia.com

Copyright : Valérie Collet

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/eugenie-les-bains-thermalisme-sante/

Les commentaires ne sont pas disponibles!