Fontevraud de siècle en siècle

Evasion, Idées Week-End

Fontevraud de siècle en siècle

67

Au cœur du Val de Loire, l’Abbaye de Fontevraud est une des plus emblématiques de celles qui jalonnaient la France avant la Révolution. Une des plus vastes aussi, et des plus anciennes. Sa fondation remonte à l’an 1101, par Robert d’Arbrissel, ermite et prédicateur itinérant dont la personnalité reste floue. 

Chose unique à l’époque : la nouvelle abbaye accueille des hommes et des femmes, dans des bâtiments séparés, pas question de cohabitation. Robert d’Arbrissel décrète aussi que l’abbaye sera dirigé par une abbesse, ce qui sera le cas jusqu’à la fin. De là à en faire un pionnier du féminisme…

Fontevraud - Le gisant d'Aliénor d'Aquitaine

Le gisant d’Aliénor d’Aquitaine © Coralie Pilard

Fontevraud la Royale

C’est à Aliénor d’Aquitaine que Fontevraud doit son appellation d’Abbaye Royale. En 1200, la vieille reine vient y finir pieusement une vie agitée pas toujours exemplaire aux yeux de l’Église. Celle qui fut successivement reine de France et d’Angleterre meurt en 1204 largement octogénaire. L’abbatiale abrite encore son gisant à côté de ceux son second époux Henri II d’Angleterre et de son fils chéri Richard Cœur de lion. Sans oublier celui d’Isabelle d’Angoulême, épouse de son dernier fils Jean Sans Terre. Royale encore quand, en 1738, Louis XV confie à l’abbesse de Mortemart l’éducation de ses quatre plus jeunes filles « par mesure d’économie » dit on !Les princesses ainsi reléguées gardent un mauvais souvenir de cette éducation monacale plutôt sommaire. À peine savent-elles lire et écrire en en sortant ! L’une d’elle y meurt même à six ans sans que cela semble trop émouvoir ses parents. 

Fontevraud - Vue du cloître

Vue du cloître © Coralie Pilard

Fontevraud sécularisée

A la Révolution Fontevraud connaît le même sort que les autres abbayes du royaume. Sécularisée et vidée de ses religieux en 1792, elle devient une prison sous le Premier Empire. Ce qui lui permet au moins de ne pas être transformée en carrière de pierre. Les bâtiments se dégradent néanmoins jusqu’à son classement comme Monument Historique par Mérimée, dès 1840.  Quelques mesures conservatoires sont alors entreprises mais ce n’est qu’en 1902 qu’on lance une vraie campagne de restaurations. Alors que l’abbaye est toujours une prison – des plus sinistres- dit-on. On commence par le plus urgent, l’église abbatiale dont la nef est menacée d’écroulement. Et aussi les incroyables cuisines formées de cinq absidioles et d’autant de cheminées. Des fouilles et des recherches récentes ont confirmé qu’il s’agit bien de cuisines, ce qui avait été contesté. (831 s).

Le chœur de l'abbatiale

Le chœur de l’abbatiale ©David-Darrault

Jour et nuit

L’ancienne abbaye royale n’est vraiment libérée qu’au départ définitif des détenus, en 1963. Surtout quand, en 1975, l’État propriétaire en délègue la gestion au Centre culturel de l’Ouest, financée à 90 % par la région Pays de Loire. À charge d’animer le site. Depuis cette date, il se passe toujours quelque chose à Fontevraud. Un flot de touristes amoureux d’Histoire et de vieilles pierres y vient de tous horizons. Les Britanniques y rencontrent les rois Plantagenet à l’aube de leur monarchie. On dit que la reine Victoria aurait sollicité de Napoléon III l’autorisation de rapatrier à Westminster Aliénor et sa famille ! Le site comporte aujourd’hui un hôtel qui permet d’y passer la nuit et de participer à une visite nocturne, en y croisant quelques fantômes. Ceux de le reine Aliénor, de la petite princesse morte à six ans, et des centaines de prisonniers qui s’y sont succédé pendant 150 ans.

Thomas Pot, le Lavement des pieds, à gauche, l'abbesse Éléonore de Bourbon, fresque de la salle capitulaire fin XVIe

Thomas Pot, le Lavement des pieds, à gauche, l’abbesse Éléonore de Bourbon, fresque de la salle capitulaire fin XVIe©Françoise Deflassieux.

L’esprit des lieux

L’amour du passé n’empêche pas de vivre avec son temps.   A Fontevraud, les visiteurs trouvent aussi un musée d’Art Moderne installé depuis peu dans un bâtiment ancien entièrement rénové. Outre ces touristes d’un ou plusieurs jours, Fontevraud accueille aussi des artistes en résidence, inspirés par l’esprit des lieux. Les vastes espaces accueillent régulièrement des congrès, des conférences autour, ou pas, de l’exposition en cours, des rencontres avec des artistes et des personnalités de la vie culturelle. Passée la Toussaint, c’est l’esprit des vieux noëls angevins qui s’installe dans l’abbayeAutour d’une table de Noël confiée cette année à l’École Nationale d’Art de Limoges. Et sur fond de concerts de musique sacrée et baroque. Et d’animations diverses à l’intention du jeune public.

Infos pratiques

Abbaye Royale de Fontevraud
38, rue Saint Jean-de-l’Habit
49590 Fontevraud l’Abbaye
Ouvert chaque jour sauf mardi, 10h-18h (Horaires jusqu’au 16 décembre)
Tarif (abbaye seule)
Entrée: 12€ TR: 7,50€ gratuit pour étudiants et moins de 18 ans
Renseignements, réservations et programme des événements, sur le site 

Photos d’ouverture : Vue du jardin sur le chevet de l’abbatiale ©David-Darrault

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/chasuble-dhier-a-aujourdhui/

Les commentaires ne sont pas disponibles!