A la découverte du Laonnois et de l’Aisne côté nature : vieilles pierres, doux bocages, plantes sauvages…

Evasion, Idées Week-End

A la découverte du Laonnois et de l’Aisne côté nature : vieilles pierres, doux bocages, plantes sauvages…

203

Une cathédrale ornée de sculptures de bœufs, des souterrains très haut perchés, une magicienne bienveillante qui vous nourrira de plantes sauvages… Après Saint-Quentin qui nous avait ravis par l’originalité de son patrimoine Art Déco, l’Aisne verte et le Laonnois ont de nouveau été riches en surprises. 

Parfaits pour une petite escapade estivale, à pied, en voiture et en vélo. Entre une nature bienfaisante et un patrimoine qui a beaucoup à raconter…

Le lac de l’Ailette, lumière du matin (depuis l’hôtel du Golf)

Le lac de l’Ailette, lumière du matin (depuis l’hôtel du Golf).

Laon, ville d’art et d’histoire

Perchée sur son plateau, dominant le paysage, Laon toise longtemps le visiteur, avant de l’accueillir entre ses murs. Laon la fière, la hautaine serait-on tentés d’écrire si Victor Hugo ne nous soufflait ses bons mots dans une lettre à sa femme Adèle : « Tout est beau à Laon, les églises, les maisons, les environs, tout… ». 

La cité est à cheval entre deux mondes. D’un côté la grande plaine sucrière et ses villages en brique. De l’autre, le paysage plus riant de coteaux longtemps couverts de vignes. Et entre les sept kilomètres de remparts, plus de 80 monuments historiques. 

Il faut en arpenter les ruelles médiévales, admirer ses maisons, ses anciennes abbayes et ses hôtels particuliers s’échelonnant entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Voir sa chapelle des Templiers et ses enseignes originales qui sont une de ses fiertés. 

Laonnois - Ancienne portes et rempart

Ancienne portes et rempart (Laon).

Laonnois - Vieux lavoir

Vieux lavoir (Laon).

Ornement de porte et façades à pignon

Ornement de porte et façades à pignon.

Enseigne

Enseigne (Laon).

Des souterrains très perchés ! 

Ils sont une véritable spécificité du Laonnois et se visitent. Surplombant de 180 mètres le niveau de la plaine picarde, ces galeries creusées dans le calcaire témoignent de 2000 ans d’histoire. De beaucoup plus si on en considère les fossiles vieux de 40 millions d’années. La butte étant un véritable mille-feuille géologique, ces souterrains se trouvent étrangement au dessous d’une couche d’argile qui retient l’eau de pluie au sommet. Eau qui de tous temps, a alimenté les fontaines, puits et lavoirs de la ville, lui permettant de surmonter pas mal de sièges. Sous le calcaire ? 70 mètres d’épaisseur de sable pour atteindre, tout en bas, le niveau de la plaine ! 

Au fil de la visite à la scénographie immersive, on découvre les silos gallo-romains, devenue prison au XIIe siècle et l’ancienne poudrière. On comprend aussi l’art d’extraire la pierre pour construire la cité. Passionnant.

Laonnois - Intérieur des souterrains

Intérieur des souterrains.

Galeries creusées dans le calcaire

Galeries creusées dans le calcaire (Laon).

La cathédrale, l’impératrice du Laonnois

Construite à partir de 1150-60 jusqu’au début du XIIIe siècle, cet imposant monument, contemporain de Notre-Dame, est un chef-d’oeuvre du premier âge gothique. Parmi les premières cathédrales de France et du monde, elle inspira celles de Chartres, Reims, Lausanne. Ou encore Bamberg et Limbourg. On en remarque les vitraux pour la plupart intacts depuis le XIVe siècle. L’élégante  grille de cœur provenant du couvent des Célestins, près de Soissons. Et l’icône de la sainte face ramenée au XIIIe siècle par Jacques de Troyes.

Monter dans les tours… 

Une grimpette de 209 marches? Vous ne la regretterez pas ! La vue sur les toits en ardoise et la grande plaine y est splendide. On pourra aussi y observer les célèbres bœufs sculptés, liés à la construction du bâtiment. Selon la légende, les bêtes charriant les pierres s’étant effondrées d’épuisement au bord de la route, elles auraient été remplacées, pour finir la tache, par un bœuf blanc, apparu miraculeusement. Leurs nobles représentants sont aujourd’hui immortalisés dans la pierre.

Laonnois - La cathédrale

La cathédrale.

Nef et vitraux du XIVe siècle (cathédrale de Laon)

Nef et vitraux du XIVe siècle (cathédrale de Laon)

Icône de la sainte face et Vierge avec l’enfant Jésus (Cathédrale de Laon)

Icône de la sainte face et Vierge avec l’enfant Jésus (Cathédrale de Laon)

Détail de façade avec Prosper Mérimée, (à gauche) et Emile Boeswillwald, le très soucieux restaurateur de l’édifice (XIXe siècle). A droite, les fameux boeufs sculptés

Détail de façade avec Prosper Mérimée, (à gauche) et Emile Boeswillwald, le très soucieux restaurateur de l’édifice (XIXe siècle). A droite, les fameux boeufs sculptés.

Le jardin d’Hélène, ma sorcière bien-aimée…

Voici maintenant une expérience hors du commun. Nous l’avons vécue dans un petit jardin privé et l’ancienne gare de Proisy réhabilitée en habitation et en ateliers. Hélène Vatin, infirmière de métier, vit là depuis 1989. Ces dix dernières années, à force de formations et de lectures (les livres de Bernard Bertrand), elle est devenue une experte en plantes sauvages qu’elle cuisine aussi à la perfection. Un savoir qu’elle transmet lors de petits stages. 

On commence par une visite au jardin. Assez fascinante. Toutes ces « mauvaises herbes » que l’on connaît depuis l’enfance peuvent nous nourrir ou nous guérir. Ainsi le lierre terrestre, le plantain ou l’achillée mille feuilles. Le pissenlit, diurétique et bon pour le foie. Saviez-vous que des fleurs et feuilles de lamier pourpre, riches en oligo-éléments, on fait de délicieuses salades ? Que la pâquerette aux vertus digestives peut se confire ou se manger crue ?

Du jardin à l’assiette…

Entrons dans l’antre de la magicienne… C’est un sublime capharnaüm d’objets, de vaisselles et de bocaux plein de plantes séchées ou de mystérieuses mixtures. Vous y apprendrez les recettes de la tarte à l’ortie et au lamier blanc. Ou celle de la crème aux fleurs de tilleul. Avant de passer à l’incontournable étape de la dégustation. Des saveurs nouvelles, des mariages inattendus… Et on se fait du bien. Mortel !
https://www.stagescuisineplantessauvages.com/
http://lajardindhelene.blogspot.com/ 

La maison d’Hélène, dans l’ancienne gare de Proisy (Jardin d’Hélène)

La maison d’Hélène, dans l’ancienne gare de Proisy (Jardin d’Hélène)

Laonnois - Le jardin (Jardin d’Hélène)

Laonnois – Le jardin (Jardin d’Hélène)

Esprits de la nature et gris-gris accompagnent les plantes (Jardin d’Hélène)

Esprits de la nature et gris-gris accompagnent les plantes (Jardin d’Hélène)

L’atelier et à droite, Hélène Vatin devant une sorcière et son chaudron

L’atelier et à droite, Hélène Vatin devant une sorcière et son chaudron

Etagères de l’atelier et ustensiles.

Etagères de l’atelier et ustensiles.

Fromage de chèvre frais au lierre terrestre et échalotes. Pesto à l’ail des ours et pain complet au tournesol, lin, graines de courge et de sésame. Vin de coing. A droite, salade avec feuilles de tilleul, de chêne et pissenlits.

Fromage de chèvre frais au lierre terrestre et échalotes. Pesto à l’ail des ours et pain complet au tournesol, lin, graines de courge et de sésame. Vin de coing. A droite, salade avec feuilles de tilleul, de chêne et pissenlits.

Sur la voie verte de l’Ailette, en vélo

Pour finir, une balade de deux petites heures sur la Vélo Route, autour du lac de l’Ailette, parachèvera notre zénitude oxygénée… Location du matériel (éventuellement électrisé), à l’hôtel du Golf. Puis nous voilà dans les roseaux, au milieu des cygnes et des canards. En chemin, des observatoires à oiseaux nous ouvrent leurs petits volets. Nous y avons assisté au vol lent et élégant de trois grues. Un spectacle merveilleux auquel succèdent les lignes douces et picturales du paysage avec son colza en fleur.

 En bouquet final la très romantique abbaye de Vauclair, détruite en 1917, dessine à l’horizon ses cascades de ruines. Approchons c’est un décor de cinéma calme, silencieux. Retour à l’enfance… notre imaginaire s’emballe. Songe d’une après-midi d’été dont nous sortirons grâce au chant des oiseaux…
http://www.ailette.org/velo-route 

Laonnois - Le lac de l’Ailette.

Le lac de l’Ailette.

La Voie Verte de l’Ailette.

La Voie Verte de l’Ailette.

De ma fenêtre… (Observatoire à oiseaux, lac de l’Ailette).

De ma fenêtre… (Observatoire à oiseaux, lac de l’Ailette).

Lannois - L’Abbaye de Vauclair

L’Abbaye de Vauclair.

Restes de colonnes (Abbaye de Vauclair).

Restes de colonnes (Abbaye de Vauclair).

Les ruines de l’abbaye.

Les ruines de l’abbaye.

Plus d’infos

Se rendre dans le Laonnois (et l’Aisne verte)

En train de Paris à Saint-Quentin ou Laon : entre 1h45 et 2h de trajet.

Dormir dans le Laonnois

L’hôtel du Golf de l’Ailette**** à Chamouille
Un très beau lieu avec golf, spa, piscine chauffée et restaurant panoramique. Chambres confortables et joliment décorées avec une vue magnifique sur le lac aux lumières changeantes.
https://www.ailette.fr/fr/hotel-spa-golf-reims 

Lannois - Chambre et son balcon, Hôtel du Golf

Chambre et son balcon, Hôtel du Golf.

Se restaurer

Restaurant l’Albatros, à Chamouille
C’est le restaurant de l’hôtel du Golf. Panoramique et gourmet. Une carte inspirée avec viandes, poissons, salades et snacks. Y avons fait un repas « thon-thon ». Délicieux !
https://www.ailette.fr/fr/restaurant-reims-terrasse-lac 

Steak de thon grillé, sauce Chimichouri et légumes. A droite, Tartelette au thon façon pissaladière.

Steak de thon grillé, sauce Chimichouri et légumes. A droite, Tartelette au thon façon pissaladière.

Le la de l'Ailette, lumière crépusculaire (depuis l'hôtel du Golf).

Le la de l’Ailette, lumière crépusculaire (depuis l’hôtel du Golf).

Pour tous les renseignements

L’Agence Aisne Tourisme, à Laon
www.jaimelaisne.com
www.randonner.fr
www.sejourner-en-picardie.com
www.weekend-espritdepicardie.com 

L’office de tourisme de Laon
www.tourisme-paysdelaon.com 

Photos de l’article faites par Valérie Collet dont la photo d’ouverture.

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/isola-les-terrasse-disola-residence-club-mmv/

Les commentaires ne sont pas disponibles!