juillet 3, 2018 7:34

Publié par Caroline PAUX

Château de Guédelon

Si vous passez par l’Yonne, venez visiter le château de Guédelon. Ce bel endroit est situé au nord-ouest de la région Bourgogne-Franche-Comté. Faites y une halte car il y a tant à voir ! C’est un département où l’on se sent bien. On y fait de belles rencontres et des découvertes étonnantes. Outre la ville d’Auxerre, chef-lieu du département, qui a elle seule compte 32 monuments historiques, le pays ne manque pas d’atouts. Des châteaux reconnus, des abbayes classées, un vignoble mythique, des paysages vallonnés, des villages au charme fou et à la douceur de vivre… L’Yonne est la terre d’origine de nombreuses personnalités, les écrivains Colette, à Saint-Sauveur-en-Puisaye, Marcel Aymé, à Joigny, Romain Rolland, à Vézelais… Mais aussi les éditeurs et collectionneurs d’art, Yvonne et Christian Zervos, à Vézelais. Ou encore l’illustre Maréchal de Vauban au château de Bazoche… 

Laissez-vous porter par la douceur tranquille du département de l’Yonne au rythme de vos découvertes et partez à la rencontre des artisans Bourguignon. Ce sont des experts ou créateurs de talent, des gardiens de métiers oubliés qui vous attendent pour vous faire découvrir leur savoir-faire. Nous vous proposons une série de belles découvertes, en commençant Guédelon, le château du Moyen-âge en construction depuis plus de 20 ans. Une très belle histoire.

 Le château de Guédelon est né il y a 20 ans et il devrait s’achever dans 5 ans… ou plus ! © Caroline Paux

Le château de Guédelon est né il y a 20 ans et il devrait s’achever dans 5 ans… ou plus ! © Caroline Paux

Guédelon : un château fort du Moyen-Âge en construction depuis 20 ans

Les travaux du château de Guédelon ont démarré en 1997. L’enceinte fortifiée, le logis principal ont bien avancé… Mais il reste encore beaucoup à faire ! ©Caroline Paux

Les travaux du château de Guédelon ont démarré en 1997. L’enceinte fortifiée, le logis principal ont bien avancé… Mais il reste encore beaucoup à faire ! ©Caroline Paux

Première étape incontournable de ce périple découverte dans l’Yonne : le château fort de Guédelon. Sa chronique est unique et va vous faire vivre une histoire à l’envers. Ici le passé est en construction…

Un château pour adapter le présent au passé

Florien Renucci, maître d’œuvre du chantier et l’’intérieur du logis principal et sa magnifique charpente. ©Caroline Paux

Florien Renucci, maître d’œuvre du chantier et l’’intérieur du logis principal et sa magnifique charpente. ©Caroline Paux

Nous sommes dans la forêt de Guédelon entre les villages de Saint-Sauveur-en-Puisaye et de Saint-Amand-en Puisaye. Des passionnés ont eu une idée folle : construire un château fort comme au Moyen-Âge, sans électricité, sans engins mécaniques. Les matériaux, les procédés, les outils… tout est fait selon des techniques médiévales. Et de nombreuses recherches ont été nécessaires pour adapter le présent au passé !

La chambre. Des pigments comme l'ocre et l'hématite, ont été utilisés pour réaliser toutes les peintures murales du château. Elles ont été Inspirées des très belles peintures de l'église de Moutiers toute proche. ©Caroline Paux

La chambre. Des pigments comme l’ocre et l’hématite, ont été utilisés pour réaliser toutes les peintures murales du château. Elles ont été Inspirées des très belles peintures de l’église de Moutiers toute proche. ©Caroline Paux

L’idée est venue à Michel Guyot, propriétaire du château de Saint-Fargeau, lorsqu’une étude archéologique révéla des restes d’un château du Moyen Âge englouti sous des briques. Pour répondre à toutes les questions qu’il se posait sur les techniques d’antan, il s’est demandé si construire soi-même un château fort ne donnerait pas les réponses… « Et si on bâtissait nous-même un château fort ? » Drôle de question qui a séduit, puisqu’après avoir convaincu l’administration, créé une équipe et recruté les premiers œuvriers, le chantier a été lancé.

Florian Renucci en est le maître d’œuvre. C’est lui qui a en charge la réalisation des plans d’exécution du château et le suivi technique avec le comité scientifique de Guédelon.

Le chantier du château ouvert au public

La chapelle. En 2018, les charpentiers assembleront au sommet de la tour de la chapelle les premières charpentes en poivrière. ©Caroline Paux

La chapelle. En 2018, les charpentiers assembleront au sommet de la tour de la chapelle les premières charpentes en poivrière. ©Caroline Paux

Il a fallu trouver un site naturel qui permette aux bâtisseurs de trouver les matières premières nécessaires à la construction : du bois pour la charpente, de la pierre pour les murs, du sable et de l’argile pour les tuiles et les pavés, de la terre et de l’eau. C’est la forêt de Guédelon qui a été choisie, de Saint-Sauveur-en-Puisaye, sur un espace de 11 hectares, d’où le nom du château.

Le chemin de ronde de la courtine permet d’accéder, de la chapelle, à la tour ouest du château. ©Caroline Paux

Le chemin de ronde de la courtine permet d’accéder, de la chapelle, à la tour ouest du château. ©Caroline Paux

Le permis de construire a été déposé le 25 juillet 1997 et le chantier a ouvert ses portes au public en 1998. Des subventions ont permis au projet de démarrer, mais très vite il s’est autofinancé grâce aux visiteurs qui venaient de plus en plus nombreux. Car ici, contrairement aux chantiers de construction classiques, le public est fortement recommandé !

Des savoir-faire ancestraux

Les maçons travaillent sur les escarpes qui sont les parties basses du château. Près de 200 mètres de murs qui font 2,5 mètres d’épaisseur. ©Caroline Paux

Les maçons travaillent sur les escarpes qui sont les parties basses du château. Près de 200 mètres de murs qui font 2,5 mètres d’épaisseur. ©Caroline Paux

Pour bâtir ce château, les oeuvriers (c’est le nom des artisans) redonnent vie à des savoir-faire ancestraux et redécouvrent des techniques oubliées. Ils sont un peu plus d’une quarantaine, représentant des métiers tous étroitement liés. Tailleurs de pierre, carriers, maçons, tuiliers, charpentiers, bûcherons, forgerons, cordiers, charretier, teinturières, vannières, meuniers et même monnayeur… maîtrisent leur savoir-faire, mais le partage également au public. Ils montrent, expliquent, répondent aux questions. Habillés comme au Moyen-Âge, ils utilisent les outils qui servaient à l’époque, mais, sécurité oblige, ils gardent les équipements obligatoires d’aujourd’hui.

Les charpentiers travaillent sur la charpente qui couvrira la chapelle. ©Caroline Paux

Les charpentiers travaillent sur la charpente qui couvrira la chapelle. ©Caroline Paux

Parallèlement aux équipes fixes, 700 « bâtisseurs » occasionnels viennent prêter main-forte aux œuvriers pour quelques jours. Ce sont des passionnés de vieilles pierres, des néophytes ou des stagiaires en formation. Ou tout simplement vous et moi qui désire participer à une formidable aventure !

Le forgeron à la forge réparent et fabriquent les outils. Ils réalisent aussi toutes les pièces métalliques du château. © Caroline Paux

Le forgeron à la forge réparent et fabriquent les outils. Ils réalisent aussi toutes les pièces métalliques du château. © Caroline Paux

Autour du château de Guénelon, le village des artisans

Dans le village des artisans, la maison des tuiliers. © Caroline Paux

Dans le village des artisans, la maison des tuiliers. © Caroline Paux

20 ans après les premiers coups de pioche le château a vraiment pris forme. L’enceinte fortifiée, le logis principal et ses charpentes, la chambre et ses peintures murales, la cuisine et le cellier, les salles de tir, la chapelle, le chemin de ronde ont été construits.

Les tuiliers fabriquent, à partir de terre glaiseuse, les tuiles et les carreaux de pavement pour le château. Les tuiles sont moulées dans des cadres de bois. 25 000 tuiles couvrent le toit du logis seigneurial. © Caroline Paux

Les tuiliers fabriquent, à partir de terre glaiseuse, les tuiles et les carreaux de pavement pour le château. Les tuiles sont moulées dans des cadres de bois. 25 000 tuiles couvrent le toit du logis seigneurial. © Caroline Paux

Tout autour du chantier, un village des artisans montre les ateliers correspondants aux différents métiers. On peut y voir les tuiliers façonner l’argile, les teinturiers travailler les couleurs dans l’atelier de pigments pour préparer les peintures murales, les charpentiers préparer le bois des charpentes, les tailleurs de pierre outils en main

Ici, c’est l’atelier des pigments. On y extrait les pigments du chantier. Une palette de douze couleurs a été créée dont l’ocre et l’hématite permettent de réaliser les peintures murales. © Caroline Paux

Ici, c’est l’atelier des pigments. On y extrait les pigments du chantier. Une palette de douze couleurs a été créée dont l’ocre et l’hématite permettent de réaliser les peintures murales. © Caroline Paux

La teinturière se charge de donner des couleurs de la laine à partir de végétaux. © Caroline Paux

La teinturière se charge de donner des couleurs de la laine à partir de végétaux. © Caroline Paux

Un Moulin à farine

Ici, dans la cuisine, le boulanger réalise le pain, dans le four, avec la farine créer dans le moulin.© Caroline Paux

Ici, dans la cuisine, le boulanger réalise le pain, dans le four, avec la farine créer dans le moulin.© Caroline Paux

À 500 mètres du château, un moulin du Moyen Âge a été bâti. Un beau défi d’archéologie expérimentale qui a duré trois énnées. Ce moulin a été reconstruit d’après les vestiges archéologiques retrouvés à Thervay dans le Jury en partenariat avec l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives). Tous les savoirs faire ont été sollicités pour la construction de ce moulin avec l’objectif de fabriquer de la farine comme au Moyen-Âge. On peut visiter le moulin. Pour y accéder les visiteurs passent par un chemin forestier boisé, un site naturel protégé et classé. Le meunier est sur place et explique le fonctionnement et la construction « à l’ancienne » de ce magnifique moulin. Le boulanger du château fait régulièrement du pain, cuit dans le four à pain du château… et les visiteurs peuvent le déguster.

De nouveaux défis pour 2018

Le monnayeur a beaucoup de succès auprès des enfants. Il frappe la monnaie comme au Moyen-Âge à partir de la fonte de l’alliage argent-cuivre. Il fabrique des deniers. © Caroline Paux

Le monnayeur a beaucoup de succès auprès des enfants. Il frappe la monnaie comme au Moyen-Âge à partir de la fonte de l’alliage argent-cuivre. Il fabrique des deniers. © Caroline Paux

Pour 2018 plusieurs défis doivent être relevés par l’équipe. Carriers, tailleurs de pierre et maçons vont poursuivre l’élévation de la porte entre deux tours qui constitue l’accès principal au château.

Ils vont également lever une par une, à plus de 16 mètres de hauteur, les 265 pièces de chêne qui vont former la charpente de la tour de la chapelle, la plus haute des tours.

Un autre challenge va être relevé en étroite collaboration avec le comité scientifique, qui est de tenter de répondre aux questions concernant la fermeture des fenêtres du château. Il n’existe aucune trace des matériaux utilisés. Y avait-il des volets intérieurs ou extérieurs ? du verre ? de la toile ? Des recherches iconographiques ont été réalisées par les archéologues et castellologues, spécialistes du bâti pour finalement choisir de fermer les fenêtres de la chapelle avec des cadres de bois sur lesquels sera tendu et peint du parchemin. Guédelon est finalement un véritable laboratoire à ciel ouvert.

Des ateliers pour apporter sa pierre à l’édifice

Le château de Guédelon accueille plus de 300 000 visiteurs par an dont 50 000 enfants. © Caroline Paux

Le château de Guédelon accueille plus de 300 000 visiteurs par an dont 50 000 enfants. © Caroline Paux

Le château fort de Guédelon est le deuxième site le plus visité de l’Yonne, après la basilique de Vézelais. Plus de 300 000 visiteurs dont de nombreux étrangers viennent découvrir le site. Les sorties scolaires amènent 50 000 enfants par saison car le chantier est un lieu privilégié pour aborder le Moyen Âge de façon vivante et concrète. Les visites se font en costumes pour les enfants des écoles et de manière pédagogique pour les adolescents. Tous les visiteurs peuvent participer à des ateliers de taille de pierre, carreaux de pavement, ateliers du trait… et s’initier aux métiers mythiques des bâtisseurs.

Les tailleurs de pierre sont à deux pas du château. Ils travaillent le grès extrait de la carrière (pierre de couleur brun foncé) ou le calcaire (pierre blanche) qui provient d’une carrière voisine. Leurs principaux outils sont le ciseau, la broche ou la chasse et la machette. © Caroline Paux

Les tailleurs de pierre sont à deux pas du château. Ils travaillent le grès extrait de la carrière (pierre de couleur brun foncé) ou le calcaire (pierre blanche) qui provient d’une carrière voisine. Leurs principaux outils sont le ciseau, la broche ou la chasse et la machette. © Caroline Paux

Une restauration bio

Entrée et plats du restaurant « le Pain sur la planche »…Bons, simples et sains…© Caroline Paux

Entrée et plats du restaurant « le Pain sur la planche »…Bons, simples et sains…© Caroline Paux

Guédelon s’est lancé un autre défi pour 2018, celui de la restauration. Il gère depuis cette année deux lieux de restauration : « le Pain sur la planche » et au « Mistembec ». Pour rester en accord avec les principes fondamentaux de la construction du château, les produits sont fournis par des producteurs locaux, en majorité bio, ou ils proviennent des jardins médiévaux du site. Les plats sont copieux et goûteux… et le pain vient directement du four à bois… Au menu, en entrée, une tarte salée (aux herbes, à l’ail ou au fromage blanc) ou une soupe du jour, et en plat, un excellent bœuf bourguignon bio (évidemment !) ou un poulet limonia bio (citronné), mais aussi une planche à charcuterie ou une planche des “compains”… La cuisine est bonne, simple et saine. On trouve également des sandwichs faits maison.

Château de Guédelon : Informations pratiques

 Le château de Guédelon est né il y a 20 ans et il devrait s’achever dans 5 ans… ou plus ! © Caroline Paux

Ou se trouve Guédelon : Le chantier se trouve sur la route départementale 955, à Treigny, entre les villages de Saint-Sauveur-en Puisaye et Saint-Amand-en-Puisaye. À 2 heures au sud-est de Paris, 1 h 45 d’Orléans, 2 heures de Dijon, 1 h 20 de Bourges.

Dates d’ouverture  : le chantier est ouvert depuis le 19 mars jusqu’au 4 novembre 2018.

Prix d’entrée : 14 € ; 12 € pour les adolescents de 14 à 17 ans ; 11 € pour les enfants de 5 à 13 ans. Visite libre ou guidée. Possibilité de participer à des ateliers d’initiation.

Temps de visite : On peut visiter le chantier avec un guide pour une durée d’1h15. Pour la visite libre, il faut compter au moins 2 h 30. 

Restauration : trois services de restauration possibles : La taverne, L’encas et L’épicerie.

Restauration : trois services de restauration possibles : La taverne, L’encas et L’épicerie.

Lien sur site du château de Guédelon : cliquez > http://urlz.fr/7kVB

Cette maquette du château de Guédelon a été réalisée au 1/40e par des enfants du village de Treigny durant l’année scolaire 2015-2016. © Caroline Paux

Cette maquette du château de Guédelon a été réalisée au 1/40e par des enfants du village de Treigny durant l’année scolaire 2015-2016. © Caroline Paux

Les Bonnes Adresses à Guédelon

Dormir au Hameau de la Fausse Sauge

Béatrice Vola, avec un de ses jumeaux, a restauré le Hameau de la Fausse Sauge avec beaucoup de patience et de goût. ©Caroline Paux

Béatrice Vola, avec un de ses jumeaux, a restauré le Hameau de la Fausse Sauge avec beaucoup de patience et de goût. ©Caroline Paux

À une vingtaine de minutes au nord du château de Guédelon, au cœur de la Puisaye ne manquez pas de découvrir le Hameau de la Fausse Sauge. Béatrice Vola, qui travaillait dans la finance à Paris, y a posé ses valises pour changer totalement de métier. Après avoir racheté un petit hameau en ruine composé de plusieurs maisonnées et bâtiments de ferme, elle s’est mise à les restaurer avec beaucoup d’énergie. Et il lui en a fallu ! Un long travail d’une dizaine d’années qui a transformé le hameau en une maison d’hôte de grande élégance.

Le Hameau de la Fausse sauge comprend plusieurs bâtiments, dont celui de la piscine, sur un très grand espace. On est à la campagne et au calme ! © Caroline Paux

Le Hameau de la Fausse sauge comprend plusieurs bâtiments, dont celui de la piscine, sur un très grand espace. On est à la campagne et au calme ! © Caroline Paux

Le Hameau de la Fausse sauge porte aujourd’hui encore bien son nom car en franchissant le portail on a vraiment le sentiment d’être dans un petit village. Il y a même la boîte aux lettres !

Le site dispose d’un grand bâtiment pour les petits-déjeuners avec deux espaces repos dont un au premier étage avec billard et baby-foot !© Caroline Pau

Le site dispose d’un grand bâtiment pour les petits-déjeuners avec deux espaces repos dont un au premier étage avec billard et baby-foot !© Caroline Pau

Trois appartements labélisés Ecogite

Indépendant, cet appartement de 50m2 sur deux niveaux peut accueillir deux personnes. Avec sa cheminée, sa baignoire balnéo et sa décoration soignée, il invite à un séjour cocooning ! ©Caroline Paux

Indépendant, cet appartement de 50m2 sur deux niveaux peut accueillir deux personnes. Avec sa cheminée, sa baignoire balnéo et sa décoration soignée, il invite à un séjour cocooning ! ©Caroline Paux

Plusieurs bâtiments sont dispersés dans un vaste parc, avec un potager bien garni (c’est le domaine de Béatrice) et même un espace pour l’âne. Cinq chambres et trois appartements sont disponibles, décorés avec beaucoup de goût et d’attention. Les appartements, ouverts en 2016, ont obtenu la qualification Ecogite® Hébergement de Qualité Environnementale par le réseau Gîtes de France. Un label qui valorise le travail réalisé depuis 13 ans par Béatrice Volla pour marier le confort haut de gamme, l’architecture durable et l’écologie. Ces appartements, parfaitement équipés, permettent d’accueillir 2 ou 4 personnes.

Une piscine intérieure, chauffée et ouverte sur l’extérieur agrémente les lieux, ainsi qu’un espace spa avec sauna finlandais.

En 2018, Béatrice Volla a terminé les travaux d’une immense salle à la charpente remarquable, qui compte un coin feu de cheminée, une salle de réunion, agrémentée d’un salon, d’un billard et d’un baby-foot.

Vous pouvez dîner le soir, si vous avez réservé au moins 48 heures à l’avance, et vous êtes assuré de passer une excellente soirée. Les produits sont du terroir : au menu, ardoise d’entrée, plat chaud en cocottes individuelles, fromages locaux, dessert, café…

C’est un endroit idéal pour venir se ressourcer…

Site : www.la-fausse-sauge.fr

Bientôt sur dynamic-seniors.eu :  Le centre d’art graphique de la Métairie Bruyère à Parly

Copyright : Caroline Paux

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniorshttps://dynamic-seniors.eu/perrusson-en-saone-et-loire/

Classés dans :

SUR LE MEME THEME

Marché de Noël de Mulhouse

lundi, décembre 17, 2018

L’étoffe est à l’honneur sur le Marché de Noël de Mulhouse

Chaque année, la ville de Mulhouse crée un nouveau tissu de Noël. Depuis 28 ans, le marché de Noël de Mulhouse ajoute à l’authenticité et à la tradition pour mettre en valeur son épopée industrielle. Si elle est la ville des Etoffes, elle est également la cité des bredalas et du vin chaud.

En savoir plus

Table de noël au Château de Cheverny

dimanche, décembre 9, 2018

Univers féérique au Château de Cheverny pour Noël

Pour Noël, les châteaux, les villes, les chaumières et les maisons se parent de leurs plus belles décorations. Cheverny n’échappe pas à cette tendance. Cette année, le Marquis et la Marquise de Vibraye ont imaginé deux jardins de Noël et des décorations festives originales dans le château. Accompagnée par Caroline Paux (photographe), j’ai pu découvrir […]

En savoir plus

Sur le sentier des lanternes

samedi, décembre 8, 2018

Un château, des jardins, des jouets d’antan…

Cette année, le château de Vaux-le-Vicomte, offre pour la treizième année, un joli conte de Noël. Sur tout le domaine, les jouets sont à l’honneur. Les cours, communs, jardins et bien sûr le château se transforment en un monde merveilleux. Une parenthèse enchantée pour petits et grands, qui aura lieu jusqu’au 6 janvier 2019.

En savoir plus