Hiroshige de l’estampe à l’éventail

A la une, Expositions

Hiroshige de l’estampe à l’éventail

487

L’estampe japonaise est dans l’air du temps. C’est le cas de le dire avec l’exposition actuelle du musée Guimet, consacrée aux éventails imagés japonais. Plus précisément à ceux d’Hiroshige, un des plus éminents maîtres du genre.

Les Japonais appellent « ukiyo-e », ces images pittoresques, sur éventails ou feuilles volantes, dont raffole le public du pays. Un mot que les Européens traduisent en termes aussi mystérieux que poétiques « images du monde flottant ». Ou plus prosaïquement « estampes japonaises ». La petite centaine de feuilles d’éventails présentées à Guimet sont une sélection parmi les plus intéressantes de la collection de Georges Leskowicz. Un des plus fins connaisseurs d’estampes japonaises en général et d’Utagawa Hiroshige (1797-1858) en particulier.

Musée Guimet - Hiroshige, Le fleuve Tone-gawa à Kōnodai, province de Shimōsa, c.1849-1851,

Hiroshige, Le fleuve Tone-gawa à Kōnodai, province de Shimōsa, c.1849-1851, © Fundacja Jerzego Leskowicza

Musée Guimet - Hiroshige, L'artiste au travail - Saigū no nyōgo (Série Les Trente-six génies féminins de la poésie) c1843-1846

Hiroshige, L’artiste au travail – Saigū no nyōgo (Série Les Trente-six génies féminins de la poésie) c1843-1846, © Fundacja Jerzego Leskowicza

Musée Guimet : Le Japon, l’Europe et l’estampe

L’engouement des Occidentaux pour l’art Japonais ne remonte qu’à la seconde moitié du XIXe siècle. Quand l’ère Meiji succédant en 1868 à l’Époque d’Edo ouvre à l’Occident le pays jusque-là récalcitrant à toute intrusion. Contrairement à la Chine d’où les navigateurs rapportent depuis 500 ans des soieries et porcelaines qui fascinent les Européens. Du Japon, on s’intéresse donc d’abord aux porcelaines et aux laques dont la technique reste mystérieuse.  Quant aux estampes, on dit que certaines servaient parfois de papiers d’emballage pour les porcelaines ! C’est donc par hasard que les antiquaires parisiens les auraient « découvertes ». Comme Samuel Bing dans sa galerie proche de l’Hôtel Drouot. C’est là que les peintres impressionnistes les remarquent, les achètent et s’en inspirent. Dont Monet dont une partie de la collection est exposée à Giverny, et Van Gogh qui en réunit plusieurs centaines. 

Hiroshige, - Marchands prospères du quartier des Musiciens, 1853,

Hiroshige, – Marchands prospères du quartier des Musiciens, 1853, © Fundacja Jerzego Leskowicza

La fabrique d’une estampe

Au Japon, l’art de l’estampe remonte à plusieurs siècles, selon le procédé de la xylographie. Le graveur creuse l’image sur une planche de bois laissant en relief le motif dont les éléments sont encrés. Il y applique un papier à l’aide d’un tampon de bambou. Il faut autant de passages que de couleurs. Cette technique simple et limitée en couleurs donne des images d’une belle vigueur destinées à une clientèle large et variée. Le collectionneur exigeant privilégie les sujets sophistiqués, d’un dessin élégant et une gamme de couleurs raffinées. En se popularisant à partir du XVIIIe s. l’artiste simplifie son dessin et réduit sa gamme de couleurs. Il choisit aussi des sujets qui flattent les goûts du public. Paysages, fleurs, oiseaux, figures burlesques des acteurs du théâtre kabuki, courtisanes. Sans oublier les scènes érotiques sous lesquelles l’Occident a caricaturé les « estampes japonaises ». 

Hiroshige, Les divinités du temple d’Asakusa au théâtre], 1846

Hiroshige, Les divinités du temple d’Asakusa au théâtre], 1846, © Fundacja Jerzego Leskowicza

Éventails et collection

Dans le même esprit, il propose ses estampes sous le format d’une feuille d’éventail. L’éventail japonais ne ressemble pas à nos éventails européens de nacre et de soie. C’est un objet banal composé d’une feuille de papier d’environ 23x 29 cm, montée sur un manche de bambou. On l’achète pas cher dans de simples échoppes. À priori, cet accessoire fragile voire jetable n’a pas vocation d’œuvre d’art. C’est l’ accessoire d’une saison, voué à se détériorer et à disparaître. Le fait qu’il soit décoré et signé d’artistes réputés a pour effet de détourner l’éventail de sa vocation première. Il devient alors objet de décoration et de collection. Qui va confier au vent une œuvre signée Hokusai, Utamaro ou Hiroshige ? pour ne citer que les trois plus célèbre maîtres de l’Ukiyo-e. Ces éventails sont d’ailleurs présentés et vendus non montés, comme images à encadrer.

Musée Guimet - Hiroshige, Le repiquage du riz à Fuchū, 1836

Hiroshige, Le repiquage du riz à Fuchū, 1836, © Fundacja Jerzego Leskowicza

Hiroshige et les maîtres de l’estampe

C’est vers la fin du XVIIIe siècle que les maîtres de l’Ukiyo-e ont l’idée de s’en emparer. Comme un gadget sans doute, ou pour élargir leur clientèle au-delà des amateurs d’art. Hiroshige n’est pas l’unique vedette de la collection Georges Leskowicz, mais c’est le plus représentatif de ceux qui s’adressent « au plus grand nombre ». Né en 1797 à la fin de l’ère Edo, il est le plus récent, le plus prolifique et le plus accessible à la clientèle occidentale de la fin du XIXe siècle. On lui doit plus de six cent cinquante estampes à destination d’éventails aux thèmes particulièrement variés et populaires. Précisons pour qu’il n’y ait pas d’équivoque que les estampes présentées autour de la rotonde de Guimet sont parfaitement chastes ! elles s’adressent à tous les publics, dont les enfants que ces images colorées et burlesques ne peuvent qu’amuser. 

Hiroshige, Saigū no nyōgo, Série Les Trente-six génies féminins de la poésie, c. 1843-1846.

Hiroshige, Saigū no nyōgo, Série Les Trente-six génies féminins de la poésie, c. 1843-1846. © Fundacja Jerzego Leskowicza

La rotonde du musée Guimet

La rotonde du musée Guimet

Musée Guimet

Hiroshige et l’éventail, Voyage dans le Japon du 19e siècle
Ouvert chaque jour sauf mardi 10h -18h., du 15 février au 29 mai 2023
Musée national des arts asiatiques – Guimet
6 place d’Iéna 75116 Paris
Entrée : 11,50€,  TR : 8,50€ (réduit).
www.guimet.fr  resa@guimet.fr
Information :   01 56 52 53 00

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/pasion-de-buena-vista-casino-de-paris/

Les commentaires ne sont pas disponibles!