A la découverte du patrimoine de l’Aisne : de Saint-Quentin Art Déco au Familistère de Guise

Evasion, Idées Week-End

A la découverte du patrimoine de l’Aisne : de Saint-Quentin Art Déco au Familistère de Guise

113

Saint-Quentin, vous connaissez ? Et l’Aisne, vous situez ? Et pourtant… Cette ville et ce  territoire du Nord Est de la France possèdent un patrimoine surprenant. Depuis quelques années, Saint-Quentin restaure et met en valeur ses fabuleuses architectures des années 1925-30 à découvrir notamment dans le cadre du Printemps de l’Art Déco (prochaine édition en 2022). Quant au Familistère de Guise, le fameux Versailles ouvrier, tout proche, il incarne une des utopies les plus incroyables de notre pays. En un temps –le XIXe siècle- où les patrons se croyaient de bons pères de famille… 

Saint-Quentin possède aussi de jolis musées. Tel celui des Papillons. Ou le musée Antoine Lécuyer et sa collection de pastels de Maurice Quentin de La Tour. Il nous faudra revenir pour les découvrir, lorsqu’ils auront rouvert ! 

Saint-Quentin - Jean-Baptiste André Godin et le Familistère de Guise

Jean-Baptiste André Godin et le Familistère de Guise

Saint-Quentin, perle de l’Art Déco

Occupée d’août 1914 à septembre 1918, Saint-Quentin subit de plein fouet les destructions de la première guerre mondiale : 70% de ses bâtiments furent réduits en cendres. Si une partie de la ville demeura intacte (sa basilique) du fait de l’occupation par les allemands, il fallu reconstruire le reste très vite, dès la fin de la guerre. Saint-Quentin constitua donc un fabuleux terrain de jeu pour les architectes, sculpteurs, ferronniers ou mosaïstes. Avec aux manettes financières des clients aisés -de gros commerçants- et les pouvoirs publics. L’Art Déco, style à la mode à l’époque, y fit florès avec sa sobre stylisation. Sa géométrie élégante s’opposait aux courbes et fantaisies de l’Art Nouveau en un temps qui prônait le « retour à l’ordre ». 

Saint-Quentin - Une maison Art Déco de l’architecte Jules Arduin

Une maison Art Déco de l’architecte Jules Arduin

Le Buffet de la Gare, unique en France

Si vous arrivez en train, vous y êtes ! De la gare, incendiée en 1922, il faut tout d’abord remarquer le plafond à caissons influencé par l’Antiquité  et surtout l’élégante marquise, à l’extérieur. Une petite « mise en appétit » avant le feu d’artifice du Buffet, son grandiose voisin. Restauré il y a trois ans, celui-ci montre un rare et harmonieux ensemble que l’on a peine à quitter tant l’œil s’attarde à chaque détail. Sur les murs comme sur le bar, les dessertes ou l’office des verres, c’est une débauche de mosaïques en pâte de verre grises ou en grès cérame, d’opalines rouges et noires, d’émaux de Venise dorés. Avec pour couronner le tout de splendides vitraux composés de 20 sortes de verre différents. Du grand art que l’on doit à Auguste Labouret, maître verrier qui travailla aussi pour l’hôtel Lutetia, à Paris.

La gare de Saint-Quentin et sa jolie verrière

La gare de Saint-Quentin et sa jolie verrière

Plaque et hall d’entrée du Buffet de la Gare

Plaque et hall d’entrée du Buffet de la Gare

Le Buffet de la Gare restauré

Le Buffet de la Gare restauré

L’Office des verres

L’Office des verres

Le vitrail d’Auguste Labouret et la desserte

Le vitrail d’Auguste Labouret et la desserte

Dans les rues de Saint-Quentin…

Suivons maintenant le parcours Art déco. Il foisonne et se mêle souvent au style régionaliste. Ainsi le Conservatoire de musique et ses spectaculaires bow windows importées d’Angleterre. 

On jettera un coup d’œil aux anciens grands magasins Seret et leur armature métallique 1900 puis c’est la rue de la Sous-Préfecture. On y découvre (aux n°19-21) l’ensemble commandé en 1929 par un chauffagiste pour son magasin, son atelier et son habitation. Deux étages, un balcon, un pignon à la flamande, des corbeilles et des « roses Iribe »… Monsieur et Madame ne se sont rien refusé !

Quant au n°33, il abrite une maison de l’architecte Jules Arduin. Sa porte au motif « oasis » s’inspire d’une des spécialités du célèbre ferronnier Edgar Brandt. Il faudra entrer dans la Basilique. Pousser aussi la porte des Nouvelles Galeries et de la Poste pour admirer les décors intérieurs. Ce sera pour notre prochain voyage à Saint-Quentin !

Saint-Quentin - Le conservatoire de musique

Le conservatoire de musique

Le n°19-21 de la rue de la Sous-Préfecture. A droite, les anciens grands magasins Seret

Le n°19-21 de la rue de la Sous-Préfecture. A droite, les anciens grands magasins Seret

Saint-Quentin -Le n°33 de la rue de la Sous-Préfecture

Le n°33 de la rue de la Sous-Préfecture

Porte d’immeuble et, à droite, porte à motif « oasis » (rue de la Sous-Préfecture)

Porte d’immeuble et, à droite, porte à motif « oasis » (rue de la Sous-Préfecture)

Familistère de Guise : utopie quand tu nous tiens !

A quelques kilomètres de Saint-Quentin, ce grand ensemble en brique curieusement inspiré par le château de Versailles, a logé pendant près d’un siècle (jusqu’à 1968) une étonnante expérience sociale. Celle de Jean-Baptiste André Godin, capitaine d’industrie à la tête d’une grande fonderie. L’idée était de rendre à l’employé la richesse de son travail. De réduire le temps consacré à ce dernier et d’augmenter son salaire. 

Selon un principe d’équité, il pouvait jouir sur place, s’il le voulait, d’un logement avant-gardiste. D’économats où l’on achète à prix coûtant. D’une école, d’une buanderie, d’une piscine, d’un théâtre… Laïcité, mixité sociale, égalité homme-femme étaient au centre du projet. De même l’émancipation de l’ouvrier qui participe aux décisions de la fameuse Association Coopérative du Capital et du Travail, créée en 1880.

Saint-Quentin - Le Familistère de Godin, à Guise

Le Familistère de Godin, à Guise

Le Pavillon central avec, dans la cour, l’exposition Anima(ex)Musica

Le Pavillon central avec, dans la cour, l’exposition Anima(ex)Musica

De l’appartement moderne à la piscine 

Près de 500 appartements étaient à disposition pour quelque 2000 personnes. D’une quarantaine de mètres carrés, traversants, ils étaient fournis avec une cuisinière et un poêle, la grande spécialité de la Maison. On en visite plusieurs. Ici, une pipe, un berceau. Là, une cage à oiseau. Puis c’est la buanderie où les eaux chaudes des ateliers industriels étaient récupérées pour le lavage du linge. 

Vient ensuite la piscine chauffée (50m2) dont le plancher pouvait varier en hauteur pour sécuriser les baigneurs qui ne savaient guère nager. Partout, on note la même préoccupation hygiéniste : espace, lumière, air pur, eau courante… Enfin on découvre plusieurs salles montrant les productions en fonte de Godin : des poêles, des poêles et des poêles !

Saint-Quentin - La piscine et son plancher amovible

La piscine et son plancher amovible

Le premier étage de la buanderie avec une petite exposition sur l’hygiénisme

Le premier étage de la buanderie avec une petite exposition sur l’hygiénisme

Un appartement du Familistère. La pièce de vie sert aussi de chambre.

Un appartement du Familistère. La pièce de vie sert aussi de chambre.

Dans l’appartement : le berceau. Et, à droite, la cuisine avec son poêle servant pour le chauffage et la cuisson des aliments

Dans l’appartement : le berceau. Et, à droite, la cuisine avec son poêle servant pour le chauffage et la cuisson des aliments

Différents poêles en fonte produits par Godin

Différents poêles en fonte produits par Godin

Productions en fonte et fonte émaillée Godin : gaufrier, faitout, trois porte-allumettes et crachoir (à droite) en forme de soulier

Productions en fonte et fonte émaillée Godin : gaufrier, faitout, trois porte-allumettes et crachoir (à droite) en forme de soulier

Pavillon central : l’expo Anima(ex)Musica 

Le Familistère propose régulièrement des expositions entre ses murs. Celle, présentée jusqu’au 26 mai dans le Pavillon central, est proprement bluffante. Au centre de cette magnifique architecture, une dizaine de gros insectes en bois et métal se meuvent lentement au son d’une étrange musique électronique. Ils ont été créés à partir d’instruments de musique récupérés par un collectif d’ingénieurs et d’artistes. Quelques vitrines et boîtes d’insectes les accompagnent à la façon de cabinets de curiosité. Superbe et insolite. Il faut y courir !

Phasme Goliath

Phasme Goliath

Trichognathus Marginipennis

Trichognathus Marginipennis

Leptinotarsa Decemlineata ou Doryphore de la pomme de terre  

Leptinotarsa Decemlineata ou Doryphore de la pomme de terre

Scolopendre

Scolopendre

Plus d’infos

Aller à Saint-Quentin
De Paris-gare du Nord : une heure de train

Familistère de guise
www.familistere.com 

Exposition Anima(ex)Musica
Jusqu’au 26 mai 2021
www.toutresteafaire.com 

Pour tous les renseignements sur l’Aisne et Saint-Quentin
www.jaimelaisne.com
https://www.saint-quentin-tourisme.fr/ 

Saint-Quentin - une belle décoration

Copyright : Valérie Collet

Tous nos remerciements à Pascale Quévreux de l’agence Aisne Tourisme pour son organisation et son sympathique accueil

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/lisle-sur-la-sorgue-antiquaires-artistes-nature/

Les commentaires ne sont pas disponibles!