Vitoria-Gasteiz, au Pays basque espagnol : une capitale verte au patrimoine original 

Evasion, Idées Week-End, Voyages

Vitoria-Gasteiz, au Pays basque espagnol : une capitale verte au patrimoine original 

185

Située à 65 kilomètres de Bilbao, à l’intérieur des terres, Vitoria-Gasteiz est souvent moins connue que sa voisine. Elle ne manque pourtant pas d’atouts tant sur le plan de son histoire remontant au Moyen Age, qu’en tant que destination verte. Avec ses nombreux espaces naturels (une moyenne de 42 m2 par habitant), la capitale administrative du Pays basque espagnol peut s’enorgueillir aujourd’hui de sa certification Biosphère. Elle a été élue Capitale verte de l’Europe en 2012 et Global green City en 2019.

Les amoureux d’histoire, un brin « écolo », seront donc à la fête. Suivez-nous, à pied ou à vélo, pour un agréable bol d’air le temps d’un long week-end ou de petites vacances. Il est temps de se mettre au tourisme durable !

Victoria-Gasteiz -La place de la Vierge blanche

La place de la Vierge blanche

Visiter le centre historique

C’est ce qu’il faut faire en premier lieu. Arpenter cet ensemble en forme d’amande, qui empile les siècles depuis plus de huit-cents ans. Traversons le parc de la Florida (XIXe siècle) et ses vieux arbres majestueux. La place de la Vierge blanche surgit soudain, spacieuse et majestueuse : le cœur battant de la ville, surtout le soir. Lui succède la place Nouvelle, plus classique, la plus carrée d’Espagne. Au XVIIIe siècle, elle servait pour les courses de taureaux et chaque habitant était alors tenu de louer son balcon. Au cours de la balade, on admirera les nombreuses bow windows qui rythment les façades. Ou encore l’église Saint-Michel (XVIIe siècle) et son retable dédié au saint dont la chevelure blonde fit couler beaucoup d’encre à l’époque.

Celedon, en attendant la fête…

Juste à la sortie, une sculpture en bronze de Celedon attire le regard. Cette figure symbolique des villageois d’Alava rappelle les fêtes traditionnelles de la Vierge Blanche qui ont lieu tous les ans début août. Un moment fort de la ville où un mannequin du personnage avec son béret, sa chemise blanche, sa ceinture colorée et son parapluie descend du sommet de l’église accroché à un cable sous les acclamations de la foule.

Victoria-Gasteiz

La vaste place de la Vierge blanche, animée à toute heure

Bow Windows à l’entrée de la Place nouvelle

Bow Windows à l’entrée de la Place nouvelle

La statue de Celedon et ruelle de la vieille ville

La statue de Celedon et ruelle de la vieille ville

Victoria Gasteiz - Eglise Saint-Michel : retable de la Vierge blanche et petit bas relief du chœur.

Eglise Saint-Michel : retable de la Vierge blanche et petit bas relief du chœur.

Victoria-Gasteiz - Le quartier de Saint-Michel

Le quartier de Saint-Michel

Sainte Marie, une très fragile cathédrale

C’est à une vieille dame, assez malade, que l’on rend visite cette fois. En restauration depuis 21 ans, cet édifice montre des arcs tordus, des fissures, des chapelles bombées. Un impressionnant spectacle dû à des problèmes structurels et à un sous-sol humide. 

Au départ, elle était une église forteresse avec meurtrières et chemin de ronde. Avant de devenir gothique avec un clocher XVIIe reconstruit au XIXe siècle. On en découvre tour à tour les sous-sols où demeurent ses anciens vestiges et celles de maisons de Gasteiz, le village d’origine, vers l’an 1000. Ailleurs, des parties plus récentes arborent vieilles machineries d’horloge et escalier contemporain. Une passionnante visite d’1h30 environ pour laquelle on conseille un guide.

Voûtes aux arcs tordus et sculpture en pierre

Voûtes aux arcs tordus et sculpture en pierre

Horloge ancienne et escalier contemporain

Horloge ancienne et escalier contemporain

Le très sculptural escalier contemporain

Le très sculptural escalier contemporain

Les sous-sols : maquette du village de Gasteiz et vestiges archéologiques

Les sous-sols : maquette du village de Gasteiz et vestiges archéologiques

Vitoria-Gasteiz reine du muralisme

Seize murales illuminent les murs aveugles du Vieux centre, rappelant l’histoire de la ville. Ici, c’est une nature morte composée de tissus qui nous rappelle qu’elle fut longtemps une halte obligée pour le commerce de la laine entre la Castille et l’Europe du nord. Là, une autre composition montre qu’au XIXe siècle Vitoria-Gasteiz, alors véritable capitale intellectuelle (on la surnommait l’Athènes du nord) se distingua par sa production de cartes à jouer. Heraclio Fournier, notamment,  inventa un vernis spécial leur permettant de mieux glisser.  Enfin le Canton de las carnicerias, ancienne rue des abattoirs, arbore deux pimpantes compositions sur le thème de la musique et du multiculturalisme. A leur pied, on pourra observer un système de vide-ordure extérieur évacuant les objets à recycler par un système de pneumatiques. On n’arrête pas le progrès…

Victoria-Gasteiz - Canton de las carnicerias

Canton de las carnicerias

Street art dans le quartier des anciennes boucheries

Street art dans le quartier des anciennes boucheries

Fresque représentant des draperies face au restaurant El Portalon (ancien dépôt, calle Correria)

Fresque représentant des draperies face au restaurant El Portalon (ancien dépôt, calle Correria)

Le très graphique tapis roulant donnant accès à la ville haute

Le très graphique tapis roulant donnant accès à la ville haute

Balade en vélo sur l’Anneau vert

L’Anillo verde qui entoure la ville consiste en six parcs (600 hectares au total) et une trentaine de kilomètres de voies cyclables auxquelles s’ajoutent de très nombreux chemins pour les piétons. Des aménagements initiés dans les années 90, qui permettent aux habitants aujourd’hui de profiter quotidiennement des espaces verts.  Dans le parc Olarizu, sorte de grand jardin botanique, de très nombreux chênes ont été plantés. Mais aussi des arbres acclimatés illustrant divers milieux naturels : méditerranéen, subméditerranéen, tempéré, montagneux, boréal… Une ambiance à laquelle en succèdent d’autres, très différentes : des bois ou des plans d’eau avec leur faune aquatique. L’itinéraire ne manque pas de surprises. Ainsi le parc Salburua avec ses 150 espèces d’oiseaux et ses prairies poussant sur les anciennes pistes d’atterrissage des avions nazis dans les années 30 ! La zone de Zabalgana, quant à elle, associe la nature à des architectures périurbaines colorées. Un étonnant tableau.

Le parc d’Olarizu et ses plans d’eau

Le parc d’Olarizu et ses plans d’eau

Parc d’Olarizu : Sorbus domestica et plan de cassis

Parc d’Olarizu : Sorbus domestica et plan de cassis

Architectures périurbaines

Architectures périurbaines

Immeubles entourés d’un parc à la périphérie de Vitoria

Immeubles entourés d’un parc à la périphérie de Vitoria

Bois (Anneau vert)

Bois (Anneau vert)

Oiseaux aquatiques (Anneau vert)

Oiseaux aquatiques (Anneau vert)

Plan d’eau marécageux (Anneau vert)

Plan d’eau marécageux (Anneau vert)

La vallée salée d’Anana

A une trentaine de kilomètres de Vitoria-Gasteiz se trouve un marais salant unique au monde où l’on exploite le sel de terre depuis 7000 ans. Cette activité a forgé au fil des siècles un paysage hors du commun constituant de centaines de terrasses étagées communiquant entre elles par des canaux. L’été, saison où travaillent les saulniers, le site est entièrement blanc. Magique !  Ce sel provient de la présence de la mer il y a 200 millions d’années. Remontant à travers différentes couches géologiques, il constitue une boule de six kilomètres sur trois à travers laquelle passe l’eau. C’est ainsi que quatre sources d’eau salée jaillissent en différents points. Elles produisent  au total deux litres par seconde. 

Une visite passionnante

Lors de la visite avec de très savants guides, on se laisse conter l’histoire et le processus de récupération du fameux « or blanc ». L’occasion aussi d’observer ces étonnantes architecture de bois et de pierre de même que les étranges cristallisations du sel sur les canalisations en bois. On pourra aussi tremper les pieds et les mains dans certains bassins, découvrir la flore ou goûter différentes spécialités de la Vallée.

Vue de la vallée salée d’Anana

Vue de la vallée salée d’Anana

Travail du saulnier sur une plateforme (démonstration de notre guide)

Travail du saulnier sur une plateforme (démonstration de notre guide)

Canalisation en pin acheminant l’eau salée de plateforme en plateforme. A droite, stalactite de sel

Canalisation en pin acheminant l’eau salée de plateforme en plateforme. A droite, stalactite de sel

Balade au pied des plateformes, dans la vallée

Balade au pied des plateformes, dans la vallée

Structure de bois d’anciennes plateformes recouvertes de sel

Structure de bois d’anciennes plateformes recouvertes de sel

Plus d’infos sur Vitoria-Gasteiz

Comment s’y rendre 

De Paris : vols Vueling Orly-Bilbao (1h30). Puis 65 km de route.
https://www.vueling.com/fr 

Où dormir 

Hôtel NH Canciller Ayala****
Confortable, non loin du centre. Jolie vue sur le parc Florida et la ville depuis les chambres.
https://www.nh-hoteles.es/hotel/nh-canciller-ayala-vitoria 

Chambre et vue depuis la chambre

Chambre et vue depuis la chambre

Où se restaurer

El Portalon
Très bonne table proposant les plats traditionnels de la région. Le cadre, splendide, est celui d’une ancienne auberge du XVe siècle qui servait aussi de dépôt de marchandise. https://www.restauranteelportalon.com/ 

Façade du Portalon. A droite, sèches à l’encre.

Façade du Portalon. A droite, sèches à l’encre.

Tolono bar

Une bonne adresse pour déjeuner et déguster la fameuses spécialité basque des pintxos, de délicieuses bouchées cuisinées présentées sur des petites tartines. Avec un bon Rioja Alavesa en accompagnement.
https://www.tolonobar.com/ 

La Escotilla

Très bonne table de poissons et fruits de mer. On peut aussi y faire un repas de pintxos marins préparés à la demande. (Menus de dégustation entre 20 et 35 euros)
https://laescotilla.com/ 

La Escotilla. Cuisinier derrière son étal de langoustine et de gambas. Pétoncles noires.

La Escotilla. Cuisinier derrière son étal de langoustine et de gambas. Pétoncles noires.

Où faire une dégustation de vin

Au marché des viandes, Silvia Ibanez vous fera goûter les excellents vins Eguren Ugarte de la Rioja Alavesa. Avec de passionnantes explications.
https://egurenarte.com

Choisir un guide

Sans hésiter le jeune Gonzalo Martinez de Antonana, historien de l’art aussi sympathique qu’érudit.
https://kalearte.com/

Silvia Ibanez et dégustation de vins Eguren Ugarte de la Rioja Alavesa

Silvia Ibanez et dégustation de vins Eguren Ugarte de la Rioja Alavesa

Pour tous les renseignements

Office espagnol du tourisme à Paris

https://www.spain.info/fr/exterieur/office-tourisme-espagne-paris-france/ 

Oficina de Turismo de Vitoria-Gasteiz

Plazza de Espana, 1
01001 Vitoria-Gasteiz
Tél. : +34 945 161 598
https://www.vitoria-gasteiz.org/turismo   

Copyright : Valérie Collet

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/le-bois-dans-tous-ses-etats/

Les commentaires ne sont pas disponibles!