Un fabuleux parcours Renaissance en Castille-La Manche : ses villes, ses théâtres, ses palais…

Evasion, Idées Week-End, Voyages

Un fabuleux parcours Renaissance en Castille-La Manche : ses villes, ses théâtres, ses palais…

405

Au nom de Castille-La Manche surgit immédiatement devant nos yeux l’image de plaines arides et battues par le vent. Des terres peuplées de moulins où se déroulèrent au début du XVIIe siècle, les folles aventures du Don Quichotte de Cervantès. Le tableau est bien réducteur en réalité. Située en plein centre de la péninsule ibérique, la communauté autonome de Castille-La Manche est plus verte qu’il n’y paraît grâce à d’abondantes eaux souterraines et elle comporte des montagnes. Elle nous a ravis par ses jolis villages, ses paysages, son splendide patrimoine Renaissance et sa gastronomie. 

En trois jours bien remplis, nous avons découvert nombre de ces trésors. Un périple en voiture, hors des sentiers battus, que vous pourrez faire aux beaux jours ou cet hiver (si vous ne craignez pas le froid sec). Nous vous le présenterons chronologiquement en deux articles successifs. 

Castille-La Manche - La fière silhouette de l’Alcazar à Tolède

La fière silhouette de l’Alcazar à Tolède

Tolède, la capitale de Castille-La Manche

Impériale, incontournable, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, la ville natale de Pedro Almodovar mériterait plusieurs jours à elle seule. Juchée sur un promontoire que couronne l’Alcazar et entourée par les eaux du Tage, Tolède a fière allure. Vue de plus près elle offre une abondance de trésors artistiques, d’églises et de musées avec comme grand maître des lieux : Le Gréco. Romains, Wisigoths, chrétiens, juifs et musulmans se succédèrent ou cohabitèrent parfois dans cette ville de la tolérance. Ils y laissèrent tous leur empreinte. 

Vue de Tolède entourée par le Tage De palais en musées…

Vue de Tolède entourée par le Tage

De palais en musées…

De Tolède, il faudra arpenter les ruelles. Visiter le palais de l’Alcazar, les synagogues del Transito (véritable musée sépharade) et de Santa Maria la Blanca, le musée Gréco. Ou encore le musée de la Sainte Croix consacré à l’art du Siècle d’or (XVe-XVIIe siècle), logé dans un ancien hôpital. La découverte de son immense salle principale en forme de croix et ses plafonds à caissons, est un spectacle en soi. De même son fabuleux pêle-mêle de peintures, sculptures, tapisseries, orfèvreries et céramiques. Avec pas moins de sept œuvres du Gréco.

Castille -La Manche - La place Zocodover (Tolède)

La place Zocodover (Tolède)

Immeubles et bow Windows (Tolède)

Immeubles et bow Windows (Tolède)

Ruelles du centre historique (Tolède)

Ruelles du centre historique (Tolède)

Castille-La Manche - La salle des Gréco, musée de la Sainte Croix

La salle des Gréco, musée de la Sainte Croix

Deux peintures du Gréco : Véronique et la sainte face et L’immaculée conception vue par saint Jean l’évangéliste

Deux peintures du Gréco : Véronique et la sainte face et L’immaculée conception vue par saint Jean l’évangéliste

Couronne de la Vierge des Désemparés (1641) et Portrait de chevalier (anonyme, XVIe siècle)

Couronne de la Vierge des Désemparés (1641) et Portrait de chevalier (anonyme, XVIe siècle)

Sa majesté la Cathédrale

60 mètres de large, 120 mètres de long, 45 mètres de haut. Des éléments gothiques, Renaissance, baroques, néo-classiques. Un Ostensoir fait de 19 kilos d’or massif et de 180 kilos d’argent… La cathédrale de Tolède est le monument de tous les records. Sa visite est éblouissante. On en admire d’abord le chœur dont la magnifique grille et les stalles demandèrent plus de six ans de travail. A l’arrière de la capilla Mayor, c’est un monumental et foisonnant retable baroque réalisé par Narciso Tomé et tous ses enfants sur le thème de l’Apothéose du Saint-Sacrement de l’Eucharistie. Une œuvre si incroyable que l’architecte fit percer au dessus une fenêtre ovale pour mieux l’éclairer. La salle capitulaire, quant à elle,  montre une avalanche de portraits d’évêques peints par Jean de Bourgogne. La sacristie alignant des Titien, Van Dyck, Raphaël, Caravage et Goya au côté de vingt Gréco…

Façade de la cathédrale (Tolède)

Façade de la cathédrale (Tolède)

Le Chœur (Cathédrale de Tolède)

Le Chœur (Cathédrale de Tolède)

L’intérieur du chœur avec ses stalles sculptées et une jolie Vierge à l’enfant (cathédrale de Tolède)

L’intérieur du chœur avec ses stalles sculptées et une jolie Vierge à l’enfant (cathédrale de Tolède)

La sacristie avec au centre un tableau du Gréco. A droite, le grand autel derrière la Capilla Mayor et fenêtre percée dans la voûte (cathédrale de Tolède)

La sacristie avec au centre un tableau du Gréco. A droite, le grand autel derrière la Capilla Mayor et fenêtre percée dans la voûte (cathédrale de Tolède)

La salle capitulaire (cathédrale de Tolède)

La salle capitulaire (cathédrale de Tolède)

Ange en or et argent massif soutenant l’ostensoir monumental du Trésor (cathédrale de Tolède). Religieuses dans la nef.

Ange en or et argent massif soutenant l’ostensoir monumental du Trésor (cathédrale de Tolède). Religieuses dans la nef.

Puerto Lapice, un village authentique

En route pour Ciudad Real, une des cinq provinces de Castille-La Manche ! Notre parcours Renaissance croise rapidement la Route de Don Quichotte. Le vieil hidalgo de Cervantès, imprégné des ouvrages et des valeurs de la chevalerie, connut ici sa première aventure. Il s’y fit aussi adouber à la Venta del Quijote (Auberge de Don Quichotte). Plusieurs plaques en faïence en témoignent. Aujourd’hui, Puerto Lapice a le charme d’un bourg tout simple avec son petit marché, ses cafés et ses commerces ambulants de viande ou de churros. 

Castille - La Manche - Heures tranquilles à l’Auberge Cervantès… (Puerto Lapice)

Heures tranquilles à l’Auberge Cervantès… (Puerto Lapice)

Castille- La Manche - Le marché (Puerto Lapice)

Le marché (Puerto Lapice)

Azulejo représentant l’adoubement de Don Quichotte (Puerto Lapice)

Azulejo représentant l’adoubement de Don Quichotte (Puerto Lapice)

L’auberge de Don Quichotte (Puerto Lapice)

L’auberge de Don Quichotte (Puerto Lapice)

Almagro, le joyau de Ciudad Real

De larges rues bordées d’édifice aux murs blancs parfois soulignés d’une ligne bleue ou scandés d’imposantes portes en pierre surmontées de blasons… L’entrée à Almagro se fait tout en douceur, tout en longueur… Quand surgit soudain, la plaza Mayor (photo d’ouverture de l’article), un immense quadrilatère ceint du ruban émeraude et blanc de dizaines d’édifices accolés. Des galeries ouvertes au rez-de-chaussée. Fermées par des vitres au premier étage (une intervention du XIXe siècle). Ce style unique est un véritable choc visuel. Le lieu servait jadis pour les événements festifs et religieux tels les corridas. Almagro vécut ses heures de gloire à partir du XIIIe siècle car elle abrita la résidence du Grand maître de l’Ordre de Calatrava. En plein essor au XVIe siècle, elle est aussi connue internationalement pour ses théâtres qui, encore aujourd’hui, jouent des pièces écrites il y a quatre cents ans. 

 Rue d’Almagro avec, à gauche, un palais et sa porte monumentale

Rue d’Almagro avec, à gauche, un palais et sa porte monumentale

Porte monumentale et blason sculpté (Almagro)

Porte monumentale et blason sculpté (Almagro)

Castille-La Manche - La Plaza mayor (Almagro)

La Plaza mayor (Almagro)

Epicerie vendant des paniers (Almagro)

Epicerie vendant des paniers (Almagro)

La ville des théâtres

La première salle de spectacle à découvrir est le Corral de commedia magnifiquement conservé et en passe d’être classé par l’Unesco. Créé en 1629, il nous projette en plein Siècle d’Or, époque où les théâtres, sortis des églises, investissent les cours privées. Les dames arrivaient en premier et se plaçaient dans la cazuela de mujeres (littéralement « casserole des femmes »), au premier étage. Les messieurs occupant le rez-de-chaussée où des « pousseurs » tassaient la foule pour faire entrer plus de monde… Chacun assistait ainsi sans broncher (ou plutôt à grand bruit) à des pièces de Lope de Vegas ou Cervantes, qui pouvaient durer cinq heures. Sans possibilité d’emprunter des toilettes… Le Palais Fucares du XVIe siècle se visite aussi. Tout comme celui de Condes de Val de Paraiso, une demeure typique de Castille-la Manche où la cour intérieure sert encore aujourd’hui à un festival de théâtre.

Castille-La Manche - El Corral de commedia (Almagro)

El Corral de commedia (Almagro)

Le palais Condes de Val de Paraiso (Almagro)

Le palais Condes de Val de Paraiso (Almagro)

Viso del Marques et son splendide Palais Marqués de Santa Cruz 

Le marquis Don Alvaro de Bazan (1526-1588), commandeur de l’ordre de Santiago cherchait une « maison de campagne » à mi-chemin entre Madrid et la côte depuis laquelle il partait combattre. Il jeta son dévolu sur ce lieu et y édifia, en vingt ans, un des plus beaux palais Renaissance d’Espagne. On passe de la chambre aux salons et des escaliers monumentaux à la chapelle, éblouis par les peintures, les objets d’art, les meubles et surtout les 8000 mètres carrés de fresques réalisées par les plus grands peintres italiens de l’époque. En sortant, on jettera un coup d’œil à l’église Nuestra Señora de la Asuncion. Outre un joli décor, on y trouvera un crocodile rapporté, à l’époque, d’Egypte par le Marquis. Naturalisé, il joue ici les protecteurs.

Le palais Marques de Santa Cruz (Viso del Marques)

Le palais Marques de Santa Cruz (Viso del Marques)

Salle du palais Marques de Santa Cruz (Viso del Marques)

Salle du palais Marques de Santa Cruz (Viso del Marques)

Escalier et bouclier, palais du Marques de Santa Cruz

Escalier et bouclier, palais du Marques de Santa Cruz

Détails de fresques, palais du Marques de Santa Cruz

Détails de fresques, palais du Marques de Santa Cruz

Eglise Nuestra Senora de la Asuncion (Viso del Marques)

Eglise Nuestra Senora de la Asuncion (Viso del Marques)

Intérieur et Vierge, église Nuestra Senora de la Asuncion

Intérieur et Vierge, église Nuestra Senora de la Asuncion

Plus d’infos sur la Castille-La Manche

Y aller

De Paris, vol Iberia jusqu’à Madrid (2 heures). Puis prendre la route jusqu’à Tolède (1 heure). Ou le train (50 minutes de Madrid à Ciudad Real).
www.iberia.com 

Se loger

Hôtel boutique Adolfo**** (à Tolède)
Confortable avec tout le charme d’un bâtiment historique. Donne sur la grande place de Zocodover, non loin du vieux centre.
http://hotelboutiqueadolfo.com 

Hôtel La Caminera (à Torrenueva, province de Ciudad Real).
Un havre de paix donnant sur la nature avec des champs d’oliviers à perte de vue. Golfe, piscine extérieure et spa. Restaurant étoilé (voir plus haut).
https://www.hotellacaminera.com/  

Hôtel La Caminera (à gauche) et vue depuis une chambre de l’hôtel Adolfo (à droite)

Hôtel La Caminera (à gauche) et vue depuis une chambre de l’hôtel Adolfo (à droite)

Se restaurer

Restaurant de l’hôtel Adolfo (à Tolède, voir ci-dessus).
Très bonne cuisine. Y avons notamment apprécié le gaspacho de pastèque, tomate, ail et vinaigre. Ainsi que le ceviche de langoustines. 

Toit terrasse de l’hôtel Carlos V (à Tolède).
Une carte moderne avec plats chauds, froids et bonnes tapas. A déguster avec un excellent vin blanc Verdejo. Très belle vue sur la ville et ses monuments.
https://www.carlosv.com/es/azotea/ 

Salle du restaurant de l’hôtel Adolfo et calamar a la plancha servi au Toit-terrasse de l’hôtel Carlos V

Salle du restaurant de l’hôtel Adolfo et calamar a la plancha servi au Toit-terrasse de l’hôtel Carlos V

El Corregidor (à Almagro)
Logé dans une auberge du XVIIe siècle. Sert des plats typiques de la Manche. Ainsi, l’asadillo manchego (poivron au four avec ail et cumin), el pisto de calabacin (ratatouille de courgettes), le calamar a la plancha (énorme) ou les migas del pastor, du pain perdu frit à l’ail et au lard. Don quichotte en raffolait !
https://www.elcorregidor.es/ 

Le Prado (à l’hôtel La Caminera, Torrenueva)
Ce restaurant a obtenu une étoile au Michelin. Il revisite de façon subtile les plats traditionnels tels la perdrix, le poulpe ou la morue. Avons particulièrement apprécié le chevreau de lait confit à basse température.
https://www.hotellacaminera.com/  

Salle du Corregidor et chevreau de lait confit du restaurant le Prado

Salle du Corregidor et chevreau de lait confit du restaurant le Prado

Que rapporter de Castille-La Manche

Simon Artesania plaza San Vincente, Tolède
On y trouve tout un choix d’épées (militaires, historiques…) en acier fabriquées et gravées à l’acide. De même un grand choix de bijoux typiques en damasquinage (acier enchassé de fils d’or).

Mazapanes Los Toledanos place Zocodover, Tolède.
Chez Vicente et Irene, on trouve toutes les gourmandises tolédanes. Beaucoup sont à base de pâte d’amande.

Simon derrière ses épées et pâtes d’amandes de chez Mazapanes Los Toledanos

Simon derrière ses épées et pâtes d’amandes de chez Mazapanes Los Toledanos

Artes el Villar
Sur la plaza Mayor à Almagro, cette boutique vend toutes sortes de dentelles (grande spécialité de la ville). On vous y fera volontiers une démonstration car l’atelier de fabrication se trouve sur place.
https://arteselvillaralmagro.com/  

Paca Costoso, créatrice de la boutique Artes el Villar il y a 40 ans. Et sa fille Julia Maria au travail.

Paca Costoso, créatrice de la boutique Artes el Villar il y a 40 ans. Et sa fille Julia Maria au travail.

Pour toutes les informations

L’office du tourisme espagnol, à Paris
https://www.spain.info/fr/exterieur/office-tourisme-espagne-paris-france/ 

Photos : Valérie Collet

A lire prochainement, la suite de notre périple : Castilla-La Mancha côté nature ; moulins, parcs naturels et archéologie

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/marly-cocon-louis-xiv-amis/

Les commentaires ne sont pas disponibles!