Jean Sala : Couleurs d’une époque au musée Bernard Boesch – La Baule Escoublac

A la une, Expositions

Jean Sala : Couleurs d’une époque au musée Bernard Boesch – La Baule Escoublac

751

Jean Sala (1869 -1918), Couleurs d’une époque, une belle exposition à voir jusqu’au 23 août. Elle se tient au musée Bernard Boesch à La Baule Escoublac.

Le musée Bernard Boesch de La Baule Escoublac présente une exposition consacrée à l’oeuvre de l’artiste peintre français d’origine espagnole Jean Sala. Les 70 oeuvres exposées*révèlent la richesse et l’étendue du travail de l’artiste. Inédite, cette exposition nous livre avec justesse et élégance, une représentation de ce que fût la période dite « de la Belle-époque » à travers le regard de cet artiste célèbre en son temps, à découvrir aujourd’hui.

*essentiellement des peintures et aussi objets et dessins
Jean Sala - Rêverie, souvenir de Grenade. Huile sur toile 65 x 92 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

Rêverie, souvenir de Grenade. Huile sur toile 65 x 92 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

Jean Sala

Dès la fin du XIXe siècle, la France rayonnait sur le monde artistique et culturel. De nombreux artistes de tous pays, dont des espagnols (à l’instar de Picasso), s’y installaient. Adulés et admirés par la critique, ces derniers participaient aux Salons et manifestations officielles pour se faire connaître. La participation de Jean Sala est remarquée dans diverses expositions, dont l’Exposition universelle de 190. Il brille aussi dans diverses expositions à Paris, dont dans la galerie Durand-Ruel. A Nantes, Rennes, Bordeaux, il ne passe pas inaperçu. Il a fait l’objet d’une grande exposition dans le salon du Figaro en mars 1909 sous le titre «Grenade et ses gitanes par Jean Sala», reprise à Londres.

Portrait de femme en robe blanche, debout. 1912. Huile sur toile 179,1 x 84,5 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin-Portrait de femme, la joueuse de tennis. Huile sur toile, 101 x 71,5 cm©Jean-Paul Morin

Portrait de femme en robe blanche, debout. 1912. Huile sur toile 179,1 x 84,5 cm. Collect.
Privée. ©Jean-Paul Morin-Portrait de femme, la joueuse de tennis. Huile sur toile, 101 x 71,5 cm©Jean-Paul Morin

Peintre de la mondanité

A la manière de Marcel Proust en littérature, il fut un peintre de la mondanité. Mais aussi un observateur assidu d’une certaine société, réalisant des scènes de genre, à l’instar d’Henri Gervex ou Antonio de la Gandara. Il fut surtout un grand portraitiste. Jean Sala a réalisé les portraits des élégantes de la bourgeoisie parisienne et de personnalités du monde politique. Il a aussi croqué le milieu montmartrois et le monde du spectacle. En attestent les portraits de Paul Porel*, d’acteurs et d’actrices comme Polaire, Arlette Dorgère, Constant Coquelin,… . Ce qui caractérise nombre de ces portraits, c’est l’utilisation privilégiée du pastel. Cette technique lui permet d’apporter une sensibilité et une délicatesse dans la touche, la couleur. Et ce, même quand il n’hésite pas à utiliser des couleurs vives, de l’orange, du vert, qui sont aussi le reflet des couleurs alors magnifiées par les couturiers comme Paul Poiret.

*mari de Réjane etqui fut directeur du théâtre de l’Odéon en 1884 puis de l’Eden-Théâtre et du Vaudeville.
Jean Sala - Marchande de fleurs sur le Pont-Neuf. Vers 1900. Huile sur toile 66 x 93,5 cm ©Jean-Paul Morin

Marchande de fleurs sur le Pont-Neuf. Vers 1900. Huile sur toile 66 x 93,5 cm ©Jean-Paul Morin

Parisien et Catalan dans dans l’âme

Profondément parisien, il ne reniait pas ses origines catalanes, et toute une partie de sa production relève d’une attirance pour les ambiances espagnoles (La gitane ). Il développa d’autres thèmes, comme des scènes d’inspiration plus naturaliste (En train de plaisir), dans la veine d’un Jules Bastien- Lepage, et, dans une moindre mesure, des paysages, telles les marines réalisées lors de ses étés passés entre Dieppe et Varengeville. Les 70 oeuvres exposées, essentiellement des peintures et aussi objets et dessins, révèlent la richesse et l’étendue du travail de l’artiste. Inédite, cette exposition nous livre avec justesse et élégance, une représentation de ce que fût la période dite « de la Belle-époque » à travers le regard de cet artiste célèbre en son temps, à découvrir aujourd’hui.

Un collectionneur qui vaut d’être connu

L’aventure a commencé il y a 50 ans pour le petit-fils de l’artiste Jean-Paul Morin. Il est devenu collectionneur et mécène de musées quand il a retrouvé dans la maison familiale des photos de l’atelier de son aïeul. « Connu, réputé, admiré de son vivant, j’ai pensé que Jean Sala ne méritait pas l’oubli qui le guettait et qu’il fallait restaurer son image, retrouver son oeuvre, et la faire connaître. » Jean-Paul Morin acquiert progressivement une partie des oeuvres de son aïeul. Certaines sont présentées à l’exposition. En 2009, un très beau catalogue raisonné est publié. Près de 400 tableaux de Jean Sala sont ainsi recensées. On y découvre une oeuvre picturale riche, variée et colorée, témoignage d’une époque marquée par la douceur de vivre, riche intellectuellement, et artistiquement.

Jean Sala - Casino à Dieppe. Huile sur toile 57 x 83 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

Casino à Dieppe. Huile sur toile 57 x 83 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

Un cadre prestigieux

Le musée est situé au coeur d’une baie reconnue comme étant l’une des plus belles du monde. Elle s’ouvre du Pouliguen à Pornichet sur la plage de La Baule. Ce musée doit son existence à l’héritage que Bernard Boesch et son épouse ont légué et confié à la municipalité de La Baule-Escoublac. Cette dernière veille à la conservation, à la connaissance, à la diffusion du travail et de l’oeuvre de cet artiste pluridisciplinaire. Près de 1400 peintures sont conservées dans ce lieu. Il comporte une villa face à la mer qui abrite la galerie dédiée à Bernard Boesch. Il y a aussi une maison atelier indépendante qui accueille des artistes en résidence. L’artiste a été inspiré par ses rencontres avec Matisse, Raoul Dufy, Charles Walch puis Bernard Buffet. Son oeuvre picturale est marquée par trois périodes. Après celle dite Fauve, il se dirige vers une peinture plus géométrique puis minimaliste.

A savoir

Bernard Boesch est aussi un grand architecte qui a largement contribué à la reconstruction de la côte atlantique française détruite lors de la seconde guerre mondiale, puis à l’essor architectural de la ville balnéaire bauloise.

En train de plaisir. 1893. Huile sur toile 60,5 x 88,5 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

En train de plaisir. 1893. Huile sur toile 60,5 x 88,5 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin

Information Pratiques

Jean Sala – 1869 -1918 : Couleurs d’une époque
Jusqu’au 23 août
Musée Bernard Boesch
35 Rue François Bougouin
44510 Le Pouliguen
Du mardi au vendredi 14:00 à 18:30
Samedi et dimanche 10:00 à 12:30 et 14:00 à 18:30
Entrée libre
Tél. : 02 40 01 53 08
https://www.labaule.fr/musee-bernard-boesch

Photo d’ouverture de l’article : Le Port de Dieppe. Vers 1909. Huile sur panneau 70 x 100 cm. Collect. Privée. ©Jean-Paul Morin 

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/antoine-bourdelle-dans-ses-oeuvres/

Les commentaires ne sont pas disponibles!