Les extatiques, une exposition inédite dans les sous-sols interdits de La Défense

A la une, Expositions

Les extatiques, une exposition inédite dans les sous-sols interdits de La Défense

497

Jusqu’au 25 février, l’art contemporain investit les souterrains de La Défense pour une nouvelle édition de l’exposition Les Extatiques. Cette année, l’événement prend une dimension inédite en s’installant dans la « Cathédrale engloutie », un lieu mystérieux et habituellement fermé au public. Tout se passe sous la dalle en béton, dans les entrailles du plus grand quartier d’affaires d’Europe.

La Défense, quartier emblématique de Paris, est souvent associée à la froideur des gratte-ciel et à l’effervescence du monde des affaires. Cependant, ce paysage urbain prend une tout autre dimension grâce à l’incontournable rendez-vous des amateurs d’art, Les Extatiques. Cette année, le collectif Interstices nous emmène sous la dalle piétonne. C’est là que tout se passe. Un monde d’émotions et de créativité s’ouvre aux visiteurs, offrant une expérience esthétique saisissante et inoubliable.

Les extatiques - L’entrée de l’exposition au cœur de La Défense.

L’entrée de l’exposition au cœur de La Défense.

Les silhouettes d’arbres de papier blanc crées par Tine ouvrent la visite dans un long tunnel ponctué de graffitis

Les silhouettes d’arbres de papier blanc crées par Tine ouvrent la visite dans un long tunnel ponctué de graffitis

Les Extatiques, un dialogue entre l’art et l’architecture

Lancées en 2018, Les Extatiques ont rapidement conquis le cœur des Parisiens et des visiteurs internationaux, devenant un rendez-vous incontournable de la scène artistique contemporaine. En 2024, cette exposition d’art urbain réaffirme son engagement à transformer l’espace public en un lieu de réflexion, d’émerveillement et de connexion humaine. Cette année, les organisateurs des Extatiques ont choisi d’explorer le thème de la métamorphose, invitant les artistes à repenser notre rapport à la transformation, tant individuelle que collective. Sous la dalle de La Défense, ce thème trouve une résonance particulière, évoquant les multiples mutations de ce quartier d’affaires au fil des décennies. Les installations artistiques, soigneusement sélectionnées, transforment les espaces urbains en autant de toiles vivantes, où la lumière, le mouvement et la matière dialoguent avec l’environnement urbain. Des sculptures monumentales aux œuvres interactives, chaque création raconte une histoire, suscitant l’étonnement et la réflexion chez les visiteurs.

Dans la “cathédrale” d’immenses photographies montrent aux visiteurs des lieux abandonnés.

Dans la “cathédrale” d’immenses photographies montrent aux visiteurs des lieux abandonnés.

Lex extatiques - plus de 5 000 m2 d’espace pour cette exposition éphémère.

Plus de 5 000 m2 d’espace pour cette exposition éphémère.

Il y a peu de lumière dans cette exposition. Il faut savoir en tirer parti.

Il y a peu de lumière dans cette exposition. Il faut savoir en tirer parti.

Les extatiques - Partout, des photos…

Partout, des photos…

Des sculptures réalisées spécialement pour l’exposition à partir de plastiques, de filets et de bouchons de bouteilles. Émerveiller pour éveiller !

Des sculptures réalisées spécialement pour l’exposition à partir de plastiques, de filets et de bouchons de bouteilles. Émerveiller pour éveiller !

Les Extatiques - Des personnages extraordinaires…

Des personnages extraordinaires…

Une atmosphère envoûtante

Vous êtes convié à une déambulation immersive originale. D’abord, un long tunnel dans lequel des silhouettes d’arbres de papier blanc, scandent un couloir illustré de graffitis. Il débouche sur une immense salle souterraine de près de 5 000 m2. Se dévoilent alors des installations artistiques originales et spectaculaires d’une vingtaine d’artistes et collectifs. La lumière et le son se mêlent pour créer une atmosphère envoûtante et sensorielle. Une superbe invitation à un voyage initiatique à la découverte de soi et de l’invisible. Les œuvres exposées dialoguent avec l’architecture brute et minimaliste du lieu, créant un contraste saisissant et stimulant. Sculptures monumentales, projections vidéo, installations interactives, photographies, peintures. Chaque création explore les potentialités de cet espace unique et questionne notre perception du monde qui nous entoure. Ce parcours évoque la puissance de la nature reprenant ses droits dans des lieux oubliés.

Un voyage sensoriel dans l’obscurité

Il y a plusieurs points forts dans cette édition. La première est une installation lumineuse signée Katre et Obsolettrismes, “Lignes de Défense”. Une composition esthétique mêlant photographie, aérosol, tubes néon et vidéo projection. Une autre, bluffante, est l’installation aquatique “Image Latente” de Urbrain et Érick Lorré. Cette œuvre immersive mêle sons et lumières, plongeant les visiteurs dans un voyage sensoriel unique. L’artiste a créé une incroyable installation sous forme de boucle en 3D. C’est visuel grâce à des lumières et un système de diffusion d’eau à partir de buse. C’est aussi sonore avec la création d’Ôtano. Cela crée des lignes, des triangles ou encore des cercles… Une installation belle et étonnante ! À travers cette expérience, chacun est invité à explorer sa propre métamorphose intérieure, à se laisser emporter par le flux incessant du changement.

L’installation lumineuse de Katre et Obsolettrismes, “Lignes de Défense” se voit de loin…

L’installation lumineuse de Katre et Obsolettrismes, “Lignes de Défense” se voit de loin…

Les extatiques - L’étonnante installation aquatique “Image Latente”, racontée par son auteur Érick Lorré.

Érick Lorré, présente son installation “Image latente”.

L’étonnante installation aquatique “Image Latente”, racontée par son auteur Érick Lorré.

L’étonnante et magique installation aquatique et lumineuse “Image latente”.

Une vision audacieuse de l’art urbain

Mais Les Extatiques ne se limitent pas à une seule forme d’expression artistique. Elle offre une expérience multidimensionnelle aux visiteurs de tous horizons. Cette diversité reflète la richesse et la vitalité de la scène artistique contemporaine, tout en favorisant le dialogue et l’échange entre les différents acteurs de la société. Au-delà de son aspect esthétique, Les Extatiques incarnent également un engagement en faveur de l’accessibilité culturelle et de la durabilité environnementale. En rendant l’art accessible à tous, quel que soit leur âge ou leur origine sociale, l’exposition aspire à créer des ponts entre les individus et à favoriser l’inclusion au sein de la société. De plus, les organisateurs veillent à minimiser l’empreinte écologique de l’événement, en privilégiant les matériaux recyclés et les pratiques respectueuses de l’environnement. Des médiateurs sont présents pour accompagner les visiteurs et les aider à décrypter les œuvres exposées.

L’installation artistique singulière de Rémi Petit aux commandes des rayons de lumière.

Rémi Petit présente son installation à voir dans le noir total.

L’installation artistique singulière de Rémi Petit aux commandes des rayons de lumière.

Une installation artistique singulière faite de rayons de lumière.

La fresque Jungle Subway de Caligr, Raphe, Reaone et MG la bomba dépeint les wagons d’un métro.

La fresque Jungle Subway de Caligr, Raphe, Reaone et MG la bomba dépeint les wagons d’un métro.

Des végétaux imprimés sur du tissu à l’aide de rouille pour créer des Archives de la nature…

Des végétaux imprimés sur du tissu à l’aide de rouille pour créer des Archives de la nature…

Le “Monstre de La Défense” de Raymond Moretti

Après avoir nous avoir permis d’explorer un monde inhabituel interdit aux regards du jour, Les Extatiques 2024, nous emmènent au bout du tunnel ! Et là… surprise. Nous découvrons un lieu mythique de l’art contemporain. L’atelier de l’artiste sculpteur et dessinateur Raymond Moretti. Dans les années soixante-dix il s’était installé sous cette dalle de La Défense, dans un vaste espace pour créer ses œuvres. On y découvre l’œuvre de sa vie, “Le monstre de la Défense”. Un enchevêtrement de matières, de formes et d’objets qui semblent matérialiser l’idée de la folie, de l’insaisissable condition humaine. Cet atelier est rarement ouvert au public et c’est un beau moment pris à cette visite. En remontant à l’extérieur, on retrouve la réalité d’aujourd’hui entre les tours du quartier d’affaire. Heureux d’avoir pu descendre dans les bas-fonds de cette superbe exposition.

Les extatiques - Le fabuleux “Monstre de La Défense” dans l’atelier de Raymond Moretti.

Le fabuleux “Monstre de La Défense” dans l’atelier de Raymond Moretti.

Les artistes

Photographie : Diane Dufraisy- Couraud, Cassandre Charpentier, François K. Olivier Dexheimer, Stéphane Babatasi, Maxime Rouge, Jean Roulin julsboo.
Peinture : MG la bomba, Rea On, Caligr, Raphe, Lün
Installations : Katre & Apôtre, Collectif Fasm, Rémi Petit, Urbrain, Mel Piat et Romain Gonçalves, Tine
Numérique : Rozetta Emka
Vidéo :
Will Duval

Déambulation dans le vaste espace sous terrain.

Déambulation dans le vaste espace sous terrain.

Les extatiques - Des graffitis illustrent le long tunnel vers la sortie.

Des graffitis illustrent le long tunnel vers la sortie.

Une dernière photo avant la sortie.

Une dernière photo avant la sortie.

Informations pratiques

Dates : Du 2 au 25 février 2024 (l’exposition Les Extatiques qui devait se terminer le 18 février a été prolongée jusqu’au 25 février).
Lieu : Cathédrale, sous l’esplanade de La Défense. Place du Bassin Agam, 86 Esplanade du Général de Gaulle
Accès : Gratuit, sur réservation
Plus d’informations : Les extatiques
https://parisladefense.com/fr/actualites/agenda/exposition/extatiques-2024

Reportage Photos :  Caroline Paux

A lire aussi sur le Site Dynamic Seniors : https://dynamic-seniors.eu/la-mer-musee-palais-de-chaillot/

Les commentaires ne sont pas disponibles!